Archive pour 12 février 2010

TAWARA, Machi – L’anniversaire de la salade

L'anniversaire de la salade - Tawara MachiL’anniversaire de la salade (サラダ記念日) est un recueil de tankas modernes ; et là je suis sûre que si vous n’êtes pas familiers avec la culture japonaise, vous vous demandez ce que sont les tankas, petite explication :

Le tanka – considéré comme l’ancêtre du haïku – est un poème court de 31 syllabes sur 5 lignes décomposé ainsi : 5-7-5-7-7. Le tanka est un poème construit en deux parties, la seconde venant conforter la première. Traditionnellement, la première partie montre une image naturelle, elle est appelée kami-no-ku (上の句). La deuxième partie, shimo-no-ku (下の句), peut éventuellement exprimer des sentiments humains liés au sujet précédent, sans que cela soit une règle absolue. Il se développe pendant la période Heian (794-1192) et est toujours considéré au Japon comme la forme d’expression littéraire la plus sophistiquée. Ishikawa Takuboku (1886 – 1912) est considéré comme le maître du tanka ; c’est lui qui a donné l’envie à Tawara d’en écrire à son tour.

Intéressons-nous maintenant au recueil de Tawara Machi. Il est considéré comme un recueil de tankas « modernes » car l’auteure traite de sujets actuels, contemporains, et a particulièrement touché le public parce qu’il pouvait se retrouver dans ces poèmes. Tawara Machi y parle de sa vie de jeune fille (elle a écrit les tankas de ce recueil entre 20 et 24 ans), et de sujets de la vie quotidienne : la musique, la cuisine, le base-ball et aussi des relations amoureuses.

Difficile de se faire un avis précis sur des poèmes en en lisant une traduction, je ne sais pas si vous avez déjà lu Baudelaire traduit en anglais mais je vous assure que pour un français ça fait bizarre. Je ne remets pas en cause le travail du traducteur mais je pense qu’on perd forcément quelque chose par rapport à l’œuvre originale car on ne peut apprécier que les sujets traités et pas la construction. Les huit millions de recueils vendus dans le monde entier montrent tout de même que les lecteurs ont été interpellés par les tankas de Tawara Machi, tant mieux !

Editions Philippe Picquier, mai 2008