Archive pour 13 mars 2010

Jay Asher – Treize raisons

Treize raisons - Jay AsherHannah Baker s’est suicidée il y a quelques jours, mais avant cela, elle a enregistré plusieurs cassettes audio pour expliquer son geste…

C’est en compagnie de Clay Jensen que nous allons les écouter après qu’il ait reçu par la poste un colis contenant les 7 cassettes. Chaque face est numérotée de 1 à 13, tracés au vernis à ongle bleu, la dernière face ne portant pas de numéro. Ne sachant pas du tout ce qu’elles contiennent, il est plus que surpris d’entendre la voix de la disparue, et encore plus lorsqu’il entend ces mots :

« J’espère que vous êtes prêts, parce que je vais vous raconter l’histoire de ma vie. Ou plus exactement, la raison pour laquelle elle s’est arrêtée. Et si vous êtes en train d’écouter ces cassettes, c’est que vous êtes l’une de ces raisons. »

L’angoisse commence, la peur de découvrir ce qu’il a fait, en quoi il a joué un rôle dans le geste d’Hannah, l’incompréhension aussi et enfin la douleur de ce garçon qui était secrètement amoureux d’elle mais n’a jamais osé lui avouer.

Il va alors se lancer sur les traces du récit, parcourant la ville en écoutant les cassettes et suivre la piste de ses derniers jours qui l’ont conduit à cet acte fatidique. Les commentaires et les pensées de Clay viennent s’intégrer au récit que l’on entend sur les cassettes et nous permettent d’avoir ainsi deux points de vue sur l’histoire.

Il est difficile de s’arrêter un fois qu’on a ouvert le livre, et pourtant, je l’ai reposé plusieurs fois car j’avais besoin de me remettre les idées en places, un flot d’émotions me submergeaient. Je trouve qu’il est difficile de lire un livre lorsqu’on sait que la fin est inéluctable et aussi tragique. Mais c’est aussi ça que j’ai aimé dans ce livre, cette boule dans le ventre en me demandant ce qui avait pu entraîner son geste, l’envie de savoir tout comme le narrateur son rôle dans cette histoire et surtout savoir qui serait le dernier de la chaine, le dernier à n’avoir pas su l’aider…

Un livre que je ne recommande pas seulement aux adolescents mais aussi aux adultes qui parfois ne voient pas non plus les souffrances que d’autres peuvent traverser.

Lire des avis de Clarabel et de Milou.

Albin Michel Wiz, mars 2010