Archive pour août 2010

Japon J-1 !

Et bien voilà, le moment du départ est proche, demain soir départ pour Tokyo.

Je n’ai pas beaucoup eu le temps d’écrire sur ce blog ces derniers temps, cartons, valises, etc. mais j’ai quand même trouvé un peu de temps pour lire et je vous en parlerai dès que je serai installée !

Juste un petit mot sur ma lecture en cours : Le souffle d’émeraude de Maria V. Snyder. Il sort le 1er septembre, jetez-vous dessus ! J’en suis à la moitié et il est aussi palpitant que le premier tome. Article plus détaillé à venir !

Le souffle d'émeraude - Maria V. Snyder

Dans ma valise, se côtoient Philip K. Dick, Alan Bennett, Frédéric Beigbeder, Charles Bukowski, Delphine de Vigan, Joyce Carol Oates, Bret Easton Ellis, etc. ainsi que mon Sony E-Reader, cadeau de départ de mes collègues, grâce auquel je ne risque pas de tomber en panne de lecture !

Je vous dis donc à très bientôt, en attendant, bonne lecture à tout le monde !

Virginie Despentes – Apocalypse bébé

Virginie Despentes - Apocalypse bébéLucie approche de la quarantaine, c’est typiquement la femme blasée, qu’on ne remarque pas, qui a une vie banale et qui fait un boulot de merde. En effet, elle travaille chez Reldanch où elle est chargée de la surveillance des adolescents. Elle avait pris en filature Valentine Galtan – fille d’un écrivain dont le succès décline et dont la mère l’a abandonnée – mais celle-ci a profité de la confusion provoquée par un malaise dans le métro pour la semer. Puisque c’est Lucie qui l’a perdue, c’est elle qui va devoir aller la chercher, seulement elle n’a aucune idée de par où commencer… Elle fait appel à La Hyène, violente, manipulatrice, très sûre d’elle et lesbienne extravertie ; l’antithèse de notre narratrice. C’est ce duo improbable qui va se mettre à la recherche de cette jeune de 15 ans mal dans sa peau.

J’ai retrouvé avec plaisir l’écriture de Virginie Despentes, son style incisif, qui n’épargne personne. Mais j’y ai trouvé aussi plus de maturité, en plus des chapitres narrés par Lucie, d’autres apportent au lecteur le point de vue des autres protagonistes François, Valentine ou La Hyène par exemple, et ceux-ci rendent à mon avis les personnages plus intéressants, plus fouillés que dans les précédents écrits de l’auteure.

Apocalypse bébé – dont le titre est peut-être la seule chose que je pourrais reprocher à ce roman – est un très bon cru. Si vous avez aimé les précédentes romans de Virginie Despentes, je vous conseille celui-ci mais sachez que vous n’en ressortirez, une fois de plus, pas indemne. Quant à ceux qui ne connaissent pas l’auteure, je ne peux que vous conseiller de la découvrir dès maintenant avec ce roman.

Grasset, août 2010

Hugh Laurie – Tout est sous contrôle

Hugh Laurie - Tout est sous contrôlePrésentation de l’éditeur : Tout comme le Dr. House, Thomas Lang a un caractère de chien. Mais c’est un type bien. Quand on lui propose 100000 dollars pour tuer un riche homme d’affaires, non seulement il a l’indécence de refuser mais il tente en plus de prévenir la future victime. Une bonne intention ? L’enfer en est pavé.

Je vous dirais bien que c’est uniquement ma curiosité qui m’a poussée à acheter le livre de Hugh Laurie, mais non, à force de le voir en tête de gondole dans tous les magasins, je me retrouvais à une caisse en train de l’acheter. C’est cette phrase « J’ai promis de ne lui faire aucun mal si elle ne criait pas. Alors elle a crié et je lui ai fait mal. « , extraite du livre, qui m’a convaincue, elle m’a fait sourire et je me suis dit « Pourquoi pas ? ». Maintenant, au moins, je sais pourquoi je n’aurais pas dû l’acheter, 400 et quelques pages, sur ce même ton cynique et pince-sans-rire, c’est lassant. Et quand en plus le scénario n’est ni original ni bien ficelé, on le regrette d’autant plus. Peut-être les fans du Dr House trouvent-t-ils leur compte dans cette comédie policière mais pour moi cette lecture a été plutôt pénible et sans intérêt.

Points, mai 2010

La rentrée littéraire : c’est parti !

Quimper – Paris, 4h30 de train demain après-midi, il fallait bien que je me ravitaille en lecture (comment ça elle est pourrie mon excuse ? :))

Cela a donc été l’occasion de voir les toutes premières parutions de la rentrée de septembre 2010. Mon choix s’est porté sur les livres suivants :

  • CosmoZ de Claro
  • Une forme de vie d’Amélie Nothomb
  • Apocalypse bébé de Virginie Despentes

Ce n’est là qu’un aperçu des sorties du jour, il y a bien évidemment plein d’autres romans qui ne manquent pas d’intérêt, attention aux tentations la prochaine fois que vous entrerez dans une libraire !

Rentrée littéraire - Mes premiers achats

Rachel Caine – Vampire City

Rachel Caine - Vampire cityClaire est une jeune fille très intelligente, à 16 ans, elle est déjà à l’université ; mais comme elle est encore très jeune, ses parents ne voulaient pas qu’elle aille dans une université située trop loin de chez eux. Bien qu’ayant le niveau elle n’a donc pas pu intégrer une des plus prestigieuses universités américaines, elle doit donc poursuivre ses études à Morganville. Malheureusement, dès son arrivée elle s’est attirée les foudres de la mauvaise personne et, après avoir été victime de violences physiques, elle n’ose plus rentrer dans sa chambre au dortoir.

Elle tombe alors sur une petite annonce pour une colocation en dehors du campus et, prenant son courage à deux mains, décide de se rendre à l’adresse indiquée. Elle fait ainsi la connaissance d’Eve, une jeune fille au look gothique qui se révèle très accueillante, mais aussi de Shane et Michael, qui sont pour leur part un peu plus réticents à laisser une fille mineure habiter avec eux. Cependant, ils sont encore moins prêts à la laisser repartir sur le campus à la nuit tombée puisque la ville est infestée de vampires…

Le premier tome de cette série, intitulé en français Bienvenue en enfer (Glass Houses en VO), est un très bon début. Bien que l’héroïne soit du type « je suis intelligente mais je fais toujours les mauvais choix », les quatre personnages principaux se complètent bien et l’histoire ne manque ni de rythme ni de surprises. On découvre petit à petit que les vampires contrôlent la ville et les accords qui ont été conclus avec les humains. Ce fut donc une très bonne lecture qui ne m’a pas ennuyée une seule seconde. Une série qui, à mon avis, devrait devenir une des séries-phares de la collection Black Moon.

Pour ma part, je pense que je vais vite lire la suite en VO car je ne vous cache pas que le livre se termine sur une scène qui offre un suspens insoutenable !

Merci à Cécile pour l’envoi des épreuves.

Hachette, Black Moon, à paraître le 6 octobre 2010

Jedediah Berry – Manuel à l’usage des apprentis détectives

Manuel à l'usage des apprentis détectivesCharles Unwin mène une vie réglée comme du papier à musique, il est clerc à l’Agence où il retranscrit avec soin les comptes-rendus du célèbre détective Travis Sivart. Lorsque ce dernier disparaît, c’est le début des ennuis pour Unwin. Il se voit en effet promu au rang de détective, métier auquel il ne connaît rien ; la seule chose à laquelle il peut maintenant se raccrocher est son Manuel à l’usage des apprentis détectives. Persuadé d’être victime d’une erreur administrative, il part en quête du détective Sivart, non sans l’aide de son assistante narcoleptique, en espérant que le retour de celui-ci lui permettra de retrouver son poste initial…

On se retrouve plongés dans un univers kafkaïen mais avec un côté plus loufoque qui confère une atmosphère plus légère au roman. Il n’en reste pas moins que certaines situations sont tellement absurdes qu’on se demande où on est tombés et surtout comment tout cela va finir.

Pour ma part, j’ai beaucoup aimé le début du livre, puis, après une petit pause dans ma lecture, je me suis sentie un peu perdue et je n’ai jamais vraiment réussi à reprendre le fil. Il n’en reste pas moins que j’ai apprécié les nombreuses références et clins d’œil de l’auteur aux classiques de la SF et que le livre foisonne de bonnes idées. J’essayerai sans doute de le relire à tête reposée car j’ai la nette impression d’être passée à côté de quelque chose…

Denoël, & D’ailleurs, avril 2010

Sherman Alexie – Le premier qui pleure a perdu

Sherman Alexie - Le premier qui pleure a perduSherman Alexie  est né en octobre 1966 à Wellpinit dans l’Etat de Washingston aux USA. Il vit aujourd’hui à Seattle où il écrit principalement sur les populations amérindiennes. Ses romans sont toujours partiellement autobiographiques et sont marqués par un grand réalisme, notamment sur le mode de vie actuel des Amérindien.

Ce roman raconte les aventures de Junior, un jeune Indien Spokane, né dans une Réserve. A sa naissance, il a survécu par miracle à un problème au cerveau mais est devenu l’enfant dont tout le monde se moque sur la Réserve. Prenant conscience qu’il n’a aucun avenir en restant là, il va s’inscrire dans une école fréquentée par les Blancs. Un nouveau problème se pose, comment gérer l’intégration dans cette nouvelle école, alors qu’à la Réserve, son meilleur ami Spokane lui tourne le dos ?

Si je n’ai pas détesté cette lecture, elle ne m’a pas non plus touchée, je suis restée à côté, n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Le thème est pourtant intéressant et le livre bien écrit ; il a d’ailleurs reçu le National Book Award for Young People’s Literature en 2007. Ce fut néanmoins un rendez-vous manqué pour ma part mais je vous en conseille la lecture pour vous faire votre opinion.

Albin Michel, Wiz, septembre 2008

Fabrice Colin – Les étranges sœurs Wilcox, tome 2 : L’ombre de Dracula

Fabrice Colin - L'ombre de DraculaJe vous le dis d’emblée, c’est un vrai plaisir de retrouver les sœurs Wilcox sous la plume de Fabrice Colin ; d’autant qu’il nous avait laissé dans le suspens le plus total en relançant l’intrigue dans l’épilogue du tome précédent !

Nous sommes plongés dans l’action dès les premières lignes du prologue où il est question de trahison et de sombres manigances ! Amber est disparaît mystérieusement et c’est à bord d’un navire, le Teutonic, que nous allons la retrouver, en route pour l’Amérique. Et plus précisément pour New York, à l’endroit même où Dracula a envoyé sa disciple récupérer un des fragments du Venefactor (un objet qui lui permettra d’asservir l’humanité toute entière). Luna de son côté est restée auprès des Invisibles (et de son chat Watson), cependant son rôle n’est pas moins important que celui de sa grande sœur puisqu’elle est contactée par la comtesse Báthory qui lui demande de venir la libérer !

Ce deuxième tome est placé sous le signe de l’action et je dois dire que je l’ai préféré au premier. Les chapitres alternent les péripéties d’Amber et celles de Luna ce qui augmente le suspens et donne plus de rythme au récit. J’ai aussi trouvé que les deux demoiselles étaient moins énervantes, en effet dans le premier tome elles ne comprenaient pas ce qui leur arrivait et subissaient les évènements, ici elles ont compris qu’elles ont un rôle à jouer et sont plus téméraires, une attitude plus active qui correspond mieux à ce que j’attendais.

Après un avis un peu partagé lors du précédent volume, me voilà pleinement convaincue : ce deuxième tome est plus abouti. De plus, Fabrice Colin parsème son récit de nombreux clins d’œil et références qui contribuent à l’atmosphère particulière de cette série ; vivement la suite !

Gallimard jeunesse, mai 2010

Laurent Poujois – L’ange blond

Laurent Poujois - L'ange blondAurore Lefèvre, plus connue dans les milieux musicaux de ce début de XXIe siècle sous le pseudonyme de Der Blonde Engel (l’Ange blond) est ce qu’on peut appeler une casse-cou. Un soir, en compagnie de son ami Marco, elle tente un saut en parachute en plein milieu de Londres, au nez et à la barbe des autorités, avant de rentrer chez elle le plus tranquillement du monde se préparer pour son concert du soir, certaine de ne pas avoir été repérée. Pourtant, en rentrant dans son appartement, elle est arrêtée par un commando spécial et conduite dans un lieu secret. On lui explique alors – non sans la menacer – qu’elle va devoir infiltrer une organisation soupçonnée de vouloir attenter à la vie de l’Impératrice lors de la commémoration du bicentenaire du débarquement en Angleterre. Son passé ne serait-il pas en train de la rattraper ?

C’est un roman plein d’action et de rebondissements, on ne s’ennuie pas une seule seconde ! Les chapitres sont introduits par des articles ou des citations qui expliquent au lecteur les étapes historiques de l’uchronie mise en place. En effet, l’intrigue se situe dans les années 2000 mais dans un univers assez éloigné du nôtre. Le point de divergence se situe lors du débarquement de Napoléon en Angleterre qui assoit définitivement l’hégémonie française en Europe. Un cadre très intéressant pour l’action, d’autant qu’il laisse également la part belle aux évolutions technologiques ce qui confère au récit toute son originalité.

On reprochera peut-être à Laurent Poujois de ne pas avoir assez approfondi l’univers en question et le manque de réponses à certaines questions (sur le passé d’Aurore notamment) mais il est fort probable qu’une suite soit en préparation. Je l’espère en tout cas !

Mnémos, février 2010

Fabien Clavel – Homo Vampiris

Fabien Clavel - Homo VampirisLe récit débute en Roumanie avec l’histoire d’un dénommé Zero, détenu dans une clinique d’un genre très particulier baptisée « l’Usine ». Après s’en être échappé d’une manière spectaculaire, il se met à la recherche de ceux qu’il appelle ses « bébés ».

Puis nous faisons la connaissance de Nina, jeune étudiante française en formation supérieure à Londres. Alors qu’elle assiste à une conférence d’Ashanti, diplomate de l’ONU, elle quitte précipitamment la salle, mise mal à l’aise par le regard perçant du Ghanéen. Aurait-il découvert la véritable nature de la jeune vampire ?

Au fil du récit, Fabien Clavel nous présente les autres protagonistes de cette histoire, notamment à travers une série de flashbacks qui nous apprendra au fur et à mesure les liens qui les unissent ainsi que leurs objectifs ; le lecteur fait ainsi la connaissance de Fedora la danseuse étoile, Epone à la mémoire prodigieuse, Marcus le télékinésiste et Nemrod qui est capable de prendre la forme d’une magnifique panthère noire.

Voilà un roman que j’ai pris plaisir à lire, ce n’est pas un coup de cœur mais ça a été une agréable lecture : le récit est bien rythmé, les personnages sont variés et l’intrigue se met en place petit à petit. Certes, on devine parfois à l’avance les rebondissements mais cela n’a en rien gâché ma lecture. J’ai aussi beaucoup aimé le côté anticipation du récit qui nous plonge dans un futur hypothétique intéressant.

En conclusion, j’ai été agréablement surprise par le premier roman adulte de Fabien Clavel et je ne manquerai sans doute pas de suivre ses prochaines publications.

En revanche, mon petit coup de gueule du jour concernera les nombreuses coquilles qui perturbent la lecture et finissent par agacer, très dommage.

Mnémos, août 2009