Archive pour avril 2011

Ann Brashares – Toi et moi à jamais

Toi et moi à jamais met en scène trois personnages principaux : Riley, athlétique, un peu garçon manqué, elle est sportive et très énergique ; Alice, sa petite sœur, plus douce, plus féminine, presque maternelle, mais aussi plus réservée. Malgré leurs caractères différents, elles sont inséparables. Et enfin, il y a Paul. Paul a le même âge que Riley et depuis tout petits ils sont les meilleurs amis du monde.

Ils ont maintenant une vingtaine d’années. Cela fait 2 ans que Paul n’est pas revenu sur l’île et bien que tout semble familier, leur vie va bientôt être bouleversée…

La trame n’a rien d’original, on comprend tout de suite ce qui va se passer ; et pourtant, on ne peut s’empêcher d’être touché par les sentiments des trois protagonistes ! Le début est un peu lent et l’évènement qui vient tout chambouler tarde un peu à arriver mais ensuite on ne peut plus s’empêcher de tourner les pages frénétiquement.

J’ai à la fois aimé et détesté les trois personnages. Je les ai aimé parce qu’ils m’ont touchée chacun à leur manière mais ils m’ont aussi mis les nerfs en pelote. Leurs décisions m’ont parfois paru anormales et injustifiées mais en même temps je les comprenais. Pas facile, dès lors, de mettre de l’ordre dans tous ses sentiments contradictoires.

Comme vous pouvez le voir, un grand nombre d’émotions se sont succédés au cours de ma lecture, ce qui en fait à mon avis un très bon roman sentimental qui ne vous laissera sûrement pas indifférent !

Gallimard jeunesse, juin 2008

Arto Paasilinna – Les dix femmes de l’industriel Rauno Rämekorpi

Les dix femmes de l'industriel Rauno RämekorpiRauno Rämekorpi, un riche industriel finlandais, fête ses soixante ans. Les invités affluent les bras chargés de fleurs et de cadeaux. Mais Mme Rämekorpi est allergique au pollen et Rauno se voit prié, le dernier convive parti, de convoyer les fleurs à la décharge. En chemin, notre héros a une bien meilleure idée : il offrira les bouquets à ses nombreuses maîtresses. Commence alors une tournée qui va mener notre fringant sexagénaire d’un lit à un autre dans un déluge de champagne et de bonne chère. En attendant que ce don Juan prenne, quelques mois plus tard, à ses risques et périls, les habits du Père Noël…

J’ai découvert Arto Paasilinna il y a quelques années avec Petits suicides entre amis et je suis depuis devenu une lectrice assez fidèle de ses romans.

Avec Les dix femmes de l’industriel Rauno Rämekorpi, je n’ai pas été déçue, j’ai retrouvé l’humour (noir) qui m’avait fait accrocher au roman précité. Le personnage principal est une sorte de anti-héros que l’on se met rapidement à détester pour notre plus grand plaisir ! Car finalement, ce sont les 10 femmes de Rauno Rämekorpi qui sont les vraies héroïnes de ce roman !

Le style d’Arto Paasilinna est toujours aussi agréable à lire et même si les thèmes abordés dans son œuvre finissent par être répétitifs, on passe un très bon moment, d’autant que la fin du roman est jubilatoire !

Pas le meilleur livre de l’auteur mais un très bon cru !

Folio, mai 2010

Suzanne Collins – Mockingjay

MockingjayTroisième et dernier tome de la série Hunger Games, Mockingjay reprend exactement là où nous en étions à la fin du tome 2, une fin absolument atroce qui nous laissait avec nos questions, nos peurs, nos espoirs…

Je ne peux vous cacher que j’ai été déçue par cette suite. En effet, je n’ai pas ressenti du tout les palpitations qui m’avait fait dévorer les deux premiers tomes sans pouvoir m’arrêter. Pourtant, le scénario nous offre pas mal de rebondissements auxquels on ne s’attend pas du tout mais je n’ai pas ressenti la même tension ; pire ! je me suis quasiment désintéressée des personnages principaux, j’ai trouvé Katniss moins intéressante, j’avais du mal à comprendre ses décisions… Pourtant, je pense que le scénario imaginé par Suzanne Collins pour clore la série est celui qu’il fallait. Alors, qu’est-ce qui fait que j’ai été déçue ? Je ne me l’explique pas.

Seule la fin aura réussi à me rappeler le sentiment de peur et de frustration ressenti dans les premiers tomes. Peut-être que j’en attendais trop, je ne sais pas ; en tout cas, même si je ne l’ai pas lu avec déplaisir, je n’ai pas non plus été transportée.

Le livre sera disponible en français aux éditions Pocket jeunesse le 5 mai.

Scholastic Press, aout 2010

Rules of Attraction en français !

Le roman Rules of Attraction de Simone Elkeles sortira aux éditions de la Martinière Jeunesse fin 2011. Le livre se concentre sur le personnage de Carlos Fuentes, le petit frère d’Alex, et raconte son retour aux Etats-Unis après avoir passé quelques temps au Mexique.

Simone Elkeles - Rules of attraction

Pour en savoir plus, je vous invite à lire mon avis en cliquant sur le lien suivant : Simone Elkeles – Rules of Attraction.

Si vous avez aimé Irrésistible alchimie, vous vous laisserez sans doute également séduire par Rules of Attraction !

ENJOJI Maki – Happy Marriage ?! #1

Happy Marriage 1Chiwa est employée de bureau, mais pour aider à payer les dettes de son père, le soir elle travaille comme hôtesse dans un club. Une nouvelle solution lui permettant d’arrêter ce travail de nuit va lui être proposée, épouser Mamiya Hokuto, directeur de la société où elle travaille. Cependant, leur petit arrangement va devoir rester secret, ce qui engendre des situations assez compliquées avec ses collègues. Cette solution est-elle vraiment meilleure pour Chiwa ?

Je vais commencer en disant merci aux copines qui m’ont donné envie de le lire : Sandy, Bladelor, Lily, Cécile, j’en oublie peut-être.

J’ai adoré l’histoire, j’ai rigolé (le coup du sachet de thé, pour celles qui l’ont lu, grandiose !), je suis tombée sous le charme de Mamiya Hokuto et j’ai aimé la naïveté et la maladresse de Chiwa.

Bref, c’est donc une excellente découverte, un manga qui se lit avec plaisir, qui détend et met le sourire aux lèvres, je suis conquise !

Kaze, septembre 2010

Daniel Glattauer – La septième vague

Daniel Glattauer - La septième vagueVous vous souvenez peut-être de mon désespoir après avoir terminé Quand souffle le vent du nord et de mon soulagement en sachant que l’auteur avait écrit une suite. C’est malgré tout avec une certaine appréhension que j’ai ouvert La septième vague, j’avais peur d’être déçue. Je vous rassure tout de suite, cela n’a pas été le cas, ça a même été un vrai régal !

Les échanges entre Emmi et Leo sont toujours aussi savoureux, on se laisse une fois de plus facilement emporter et on a des papillons dans le ventre en pensant à tout ce qui est sous-entendu car bien évidemment, nous ne sommes jamais témoins de ce qui se passe en-dehors de ces échanges par e-mail.

Pour moi, cette suite est donc une totale réussite et conserve le même charme que le roman précédent. Et cette fois, j’ai pu refermer le livre l’esprit tranquille, tout à fait satisfaite par la fin !

Et je ne suis pas la seule, Cuné, Cécile, Bladelor, Syl. ont également aimé ! Ça y est, vous êtes convaincus ?

Grasset, avril 2011

Louise Rennison – Le bonheur est au bout de l’élastique

Le bonheur est au bout de l’élastique, deuxième tome du journal intime de Georgia Nicolson, est aussi hilarant que le premier !

La seule chose dont je me passerais, ce sont les mauvaises habitudes de sa petite sœur Libby, ces passages sont franchement dégoutants… Mais c’est vraiment la seule chose que je n’aime pas dans cette série !

Georgia est toujours aussi drôle, et pas forcément lorsqu’elle le veut. J’aime les reproches qu’elle adresse à sa meilleure copine Jas sans se rendre compte de son propre comportement. J’aime la façon qu’elle a de penser que ses parents sont des égoïstes qui ne pensent pas à son bonheur à elle. Et puis surtout, j’aime les questions existentielles qu’elle se pose et les films qu’elle se fabriquent pour expliquer certaines situations ou pour arriver à ses fins. La théorie de l’élastique, sur laquelle est basée ce tome, est extrêmement intéressante, ne vous privez pas de la découvrir !

Je me demande bien ce que réserve la suite des aventures de Georgia Nicolson ! Prochain tome : Entre mes nunga-nungas mon cœur balance. Et pour celles qui se demandent ce que veut bien pouvoir dire ce titre, le terme « nunga-nungas » est expliqué dans ce tome 2 ;)

Gallimard, Pôle fiction, septembre 2010

Bree Despain – Lost Divine

Bree Despain - Lost DivineAu début de ma lecture, j’ai eu un petit peu de mal à me remémorer le premier tome ; à vrai dire, je ne savais plus du tout de quelle « malédiction » Daniel était victime dans le premier tome. Oui, je sais, c’est là-dessus que toute l’histoire se base, mais bon, j’ai eu une absence. Après quelques pages cependant, les connexions se sont faites dans mon cerveau et j’ai pu profiter pleinement de ce nouvel opus !

Dans ce deuxième tome, j’ai trouvé que l’intrigue amoureuse était moins prenante, et ce malgré l’arrivée d’un nouveau personnage pouvant donner naissance à un triangle amoureux.L’héroïne, quand à elle m’a une fois de plus énervée, ayant le chic pour toujours prendre la mauvaise décision ! Certes, ce n’est pas forcément toujours de sa faute, mais quand même, j’ai pesté plus qu’une fois !

Malgré ces quelques points pas vraiment positifs, j’ai apprécié dans ce deuxième tome le fait qu’il y ait un peu plus d’action et un peu moins de sermons ! L’intrigue se concentre surtout sur la recherche de Jude après qu’il ait prévenu sa sœur qu’elle devait se méfier de quelqu’un, sans lui révéler de qui il parlait. Le doute plane donc jusqu’à la fin du roman et c’est ce qui tient le lecteur en haleine. Cependant, si vous espérez que votre esprit sera apaisé en refermant l’ouvrage, détrompez-vous, un nouvel évènement de taille vient relancer l’intrigue !

Un troisième tome, dont le titre n’a pas encore été dévoilé, devrait sortir en fin d’année. Et avec la fin que nous a servi Bree Despain dans Lost Divine, je peux vous dire que j’ai hâte de lire la suite !

Éditions de la Martinière jeunesse, avril 2011

Voir mon avis sur le premier tome : Bree Despain – Dark Divine

Jean-Philippe Jaworski – Gagner la guerre

Gagner la guerre - JP JaworskiPrésentation de l’éditeur : Au bout de dix heures de combat, quand j’ai vu la flotte du Chah flamber d’un bout à l’autre de l’horizon, je me suis dit : « Benvenuto, mon fagot, t’as encore tiré tes os d’un rude merdier. » Sous le commandement de mon patron, le podestat Leonide Ducatore, les galères de la République de Ciudalia venaient d’écraser les escadres du Sublime Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et je croyais que le gros de la tourmente était passé. Je me gourais sévère. Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon…

Mon avis : Quel livre ! Dans le sens le plus positif du terme. Pour commencer, le style de Jean-Philippe Jaworski, ou plutôt devrais-je dire le langage de Benvenuto Gesufal, est un vrai régal. Je ne vous raconte pas l’histoire, la présentation de l’éditeur donne un bon aperçu du sujet – et de la narration par la même occasion. Le scénario est d’une qualité exceptionnelle, assassinats, intrigues politiques, querelles familiales… tout y est ! Sur les 980 pages du livre, je ne vous cache pas que j’ai trouvé quelques passages un peu ennuyeux mais ils contribuent cependant à l’ambiance du roman et ne sont pas inutiles. Quant au personnage principal, que dire, il est plutôt détestable – ne serait-ce que par sa fonction – mais on ne peut s’empêcher de l’apprécier, de le comprendre, et d’espérer qu’il réussira à se sortir des mauvais pas dans lesquels il ne manquera pas de se fourrer !

Bien que le livre soit sorti dans la collection Folio SF, on ne peut pas vraiment dire qu’il s’agit d’un livre de fantasy, certes, on y trouve un tout petit peu de magie mais c’est surtout une grande épopée historique (fictive) qui nous est racontée, du moins c’est comme ça que je l’ai perçu. Ne vous laissez donc pas freiner par l’étiquette qui lui a été collée, Gagner la guerre, va bien au-delà de cela. Un vrai chef d’œuvre dans la littérature française actuelle.

Folio, janvier 2011

Mon petit bonheur du jour

J’ai enfin reçu mon colis ! Je l’attendais avec beaucoup d’impatience, notamment parce qu’il contient…

La septième vague de Daniel Glattauer ! Je vais enfin retrouver Emmi et Leo ! Hiiiiiiiii !

Mais pas seulement ! Au programme :

  • Louise Rennison – Le journal intime de Georgia Nicolson tomes 2 et 3 ;
  • Joyce Carol Oates – Fille noire, fille blanche et Nous étions les Mulvaney, et ;
  • Christopher Moore – Les dents de l’amour.

J’avais tellement hâte de l’avoir que je suis allée rattraper le postier dans la rue alors qu’il venait de déposer l’avis de passage dans ma boite aux lettres ! Heureusement que je l’ai vu arrêté un peu plus loin dans ma rue en rentrant !

Voilà, maintenant, je retourne bouquiner ! :)