Archive pour 19 avril 2011

Jean-Philippe Jaworski – Gagner la guerre

Gagner la guerre - JP JaworskiPrésentation de l’éditeur : Au bout de dix heures de combat, quand j’ai vu la flotte du Chah flamber d’un bout à l’autre de l’horizon, je me suis dit : « Benvenuto, mon fagot, t’as encore tiré tes os d’un rude merdier. » Sous le commandement de mon patron, le podestat Leonide Ducatore, les galères de la République de Ciudalia venaient d’écraser les escadres du Sublime Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et je croyais que le gros de la tourmente était passé. Je me gourais sévère. Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon…

Mon avis : Quel livre ! Dans le sens le plus positif du terme. Pour commencer, le style de Jean-Philippe Jaworski, ou plutôt devrais-je dire le langage de Benvenuto Gesufal, est un vrai régal. Je ne vous raconte pas l’histoire, la présentation de l’éditeur donne un bon aperçu du sujet – et de la narration par la même occasion. Le scénario est d’une qualité exceptionnelle, assassinats, intrigues politiques, querelles familiales… tout y est ! Sur les 980 pages du livre, je ne vous cache pas que j’ai trouvé quelques passages un peu ennuyeux mais ils contribuent cependant à l’ambiance du roman et ne sont pas inutiles. Quant au personnage principal, que dire, il est plutôt détestable – ne serait-ce que par sa fonction – mais on ne peut s’empêcher de l’apprécier, de le comprendre, et d’espérer qu’il réussira à se sortir des mauvais pas dans lesquels il ne manquera pas de se fourrer !

Bien que le livre soit sorti dans la collection Folio SF, on ne peut pas vraiment dire qu’il s’agit d’un livre de fantasy, certes, on y trouve un tout petit peu de magie mais c’est surtout une grande épopée historique (fictive) qui nous est racontée, du moins c’est comme ça que je l’ai perçu. Ne vous laissez donc pas freiner par l’étiquette qui lui a été collée, Gagner la guerre, va bien au-delà de cela. Un vrai chef d’œuvre dans la littérature française actuelle.

Folio, janvier 2011