Archive pour septembre 2011

Tonino Benacquista – L’Outremangeur

L'OutremangeurCe mois-ci chez Pimprenelle, on découvre Tonino Benacquista. Comme je connais déjà l’auteur, j’ai décidé de le découvrir dans un registre un peu différent, celui de la bande dessinée.

160 kilos de chair et de volonté, alliés à une intuition magistrale, font du commissaire principal Séléna, une figure du SRPJ de Marseille. Inspirant crainte et respect, il ne semble avoir qu’un seul ennemi capable de l’abattre : lui-même.

Fasciné par une très belle jeune femme, Elsa, qu’il sait coupable d’un crime, il propose un étrange marché : contre son silence, il exige qu’elle vienne dîner chez lui tous les soirs pendant un an. Révoltée par la perversité de la situation, Elsa se plie tout de même à ce rituel imposé.

J’ai apprécié le scénario qui rappelle un peu la belle et la bête et la personnalité du commissaire est intéressante. Le style de Tonino Benacquista est aussi agréable à lire dans ce format de courts dialogues que dans ses romans, il y a quelques phrases très justes dont je me souviendrai longtemps, notamment celles du début lorsqu’il parle de l’obésité. En revanche, je n’ai pas tellement aimé le dessin. Un point positif pourtant du côté du graphisme, j’ai trouvé que les couleurs réussissent à créer l’ambiance idéale pour ce récit.

On signalera également l’adaptation cinématographique de Thierry Binisti sortie en 2003 avec en vedette Eric Cantona et Rachida Brakni. Si vous l’avez vu, j’aimerais beaucoup vos avis !

Un grand merci à Pimprenelle chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif des billets.

Casterman, juin 2003

A paraître en octobre 2011

Une petite sélection des parutions à venir qui ont retenu mon attention, dans des styles très différents.

Sophie Jordan – Lueur de feu

Sophie Jordan - Lueur de feuJacinda est draki, des descendants des dragons qui peuvent prendre forme humaine. Mais elle crache également du feu, un don exceptionnel pour ceux de son espèce. Un matin, alors qu’elle enfreint le règlement en volant de jour, la jeune fille est prise en chasse. Jacinda s’échappe de justesse et trouve refuge dans une grotte. Quel est ce mystérieux garçon qui la surprend sans pour autant révéler sa cachette? Obligée de fuir pour éviter la punition de son clan, elle s’installe en plein désert avec sa mère et sa soeur. Mais pas question pour Jacinda d’oublier son « don ». Au lycée, elle retrouve le jeune garçon qui lui a sauvé la vie. Si Will ne la reconnaît pas, ils sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Elle devrait pourtant le fuir, car le désir, comme la peur, pousse les drakis à se manifester, et ce serait une bien mauvaise idée de révéler sa vraie nature dans les couloirs du lycée…

Gallimard jeunesse, 29 septembre 2011

Ambre Dubois – Absinthes & Démons

Qui est réellement Lord Nermeryl ? Le diable, comme le laisse sous-entendre la rumeur ? Ou un jeune dandy un peu trop excentrique dont le passe-temps morbide est d’enquêter sur des affaires surnaturelles ?

Au fil des énigmes, en compagnie de sa fidèle compagne, la Corneille, le jeune homme goûte la saveur des âmes des êtres humains, découvrant les travers de l’humanité et y apportant sa propre justice… d’une manière bien singulière…

Éditions du Riez, 1 octobre 2011

José Carlos Somoza – L’appât

José Carlos Somoza - L'appâtLever de rideau. Ici une bretelle noire glisse sur une peau diaphane, là des yeux mi-clos quémandent un improbable pardon : parure et posture. Elles charment et abusent les sens, elles disent qui est le maître. Si le grand ordonnateur de ce manichéisme visuel s’appelle Shakespeare, nous ne sommes pas sur les planches du théâtre du Globe mais dans le centre de formation ultramoderne de la police madrilène. Des instructeurs y décryptent les codes élisabéthains, qui placent la satisfaction du désir à l’épicentre de notre psyché. Les agents sont formés à la technique des « masques » : identifier en quelques secondes la nature du désir le plus profond du suspect pour provoquer en lui une overdose du seul plaisir auquel il ne peut résister. On les appelle les « appâts », Diana Blanco est leur meilleur élément.

Quand elle découvre que sa jeune sœur est aux prises avec l’insaisisssable Spectateur qui terrifie la ville, elle mène une course contre la montre qui la conduit jusqu’à l’antre du monstre. C’est du moins ce qu’elle croit.

Actes Sud, 5 octobre 2011

Jean-Luc Marcastel – Le dernier hiver

Jean-Luc Marcastel - Le dernier hiver2 035, 31º C en-dessous de 0. Depuis des années, le Crépuscule baigne Aurillac dans un ciel de sang. L’Hiver s’est installé, un hiver éternel qui dévore les terres et fige l’océan dans la banquise. La Malesève, cette armée de pins monstrueux, a mis à genoux la civilisation. Alors, devant la fin d’un monde, que reste-t-il d’autre que l’amour ? L’amour qui va pousser Johan à braver le froid et les pins pour retrouver sa bien-aimée, l’amour qui va pousser son frère, Théo, à lui ouvrir la voie, l’amour toujours qui incitera Khalid et la jolie Fanie à tout laisser derrière eux pour les suivre. L’amour est-il assez fort pour triompher de la Malesève et de ce qu’elle a fait des hommes ?

Hachette, Black Moon, 5 octobre 2011

Elizabeth Chandler – Les secrets de Wisteria, tome 2

Les secrets de Wisteria 2Je comprends à la voix de ma tante qu’il y a un problème. Elle sort de l’eau et semble traîner quelque chose. Avant même de la voir clairement, je sais qu’il s’agit de ma mère. Sept ans plus tard, me voilà de retour dans la maison de mon enfance. Mais rien n’est plus pareil. Il se passe des choses étranges et ma cousine me fait peur. Sans parler de ce message qu’on m’a laissé : Tu seras la prochaine. On m’en veut, c’est sûr. Mais pourquoi ?

Hachette, Black Moon, 5 octobre 2011

Glen Duncan – Moi, Lucifer

Glen Duncan - Moi LuciferMoi, Lucifer, Ange Déchu, Porteur de Lumière, Prince des Ténèbres, de l’Enfer et de ce Monde, Seigneur des Mouches, Père du Mensonge, Suprême Apostat, Tentateur, Antique Serpent, Séducteur, Accusateur, Tourmenteur, Blasphémateur et, sans contestation possible, Meilleur Coup de l’Univers Visible et Invisible (demandez donc à Ève, cette petite garce), j’ai décidé — ta-daaah ! — de tout dire.

Tout ? Presque. Le funk. Le swing. Le boogie. Le rock. (C’est moi qui ai inventé le rock. Si vous saviez tout ce que j’ai inventé : la sodomie, bien sûr, la fumette, l’astrologie, l’argent… Bon, on va gagner du temps : tout, absolument tout ce qui vous empêche de penser à Dieu. C’est-à-dire à peu près tout ce qui existe.)

Dieu m’a laissé trente jours pour me racheter, dans ce corps immonde, chichement membré, d’écrivain suicidé… Mais qu’est-ce qu’Il croit ? Que j’ai du temps à perdre. J’ai un livre à écrire. Ma version de l’histoire. Et ça fera un putain de bon film, c’est moi qui vous le dis.

Denoël, Lunes d’Encre, 6 octobre 2011

Collectif – Cocktail Sugar et autres nouvelles de Corée

Cocktail Sugar et autres nouvelles de Corée

Cette brève et dense anthologie de nouvelles de Corée du Sud écrites par des femmes d’aujourd’hui bouleverse et secoue le lecteur, soudain projeté dans un univers qu’il connaît viscéralement et ignore en même temps : car s’il s’agit de la vie quotidienne, à Séoul ou dans les provinces. Ces histoires d’amour et de désillusion, de couples et de familles ont une force d’évocation intensément charnelle, soucieuse de l’instant et comme ancrée dans les mémoires. Ainsi avec ces Trois jours en automne où l’on suit l’installation dans un quartier chaud d’une obstétricienne célibataire devenue avorteuse par choix et qui en fin de parcours rêve de donner la vie. Ou avec la nouvelle titre, Cocktail Sugar, qui illustre le goût décalé de la classe moyenne pour les modes de séduction à l’occidentale, à travers un mot d’esprit qui, à force d’être répété, trahit en cascade la vie adultère.

Huit puissantes histoires de femmes écrites par des femmes, romancières consacrées, qui éclairent magnifiquement le nouveau visage de la littérature et de la société coréennes.

Zulma, 6 octobre 2011

Tessa Gratton – Blood Magic

Tessa Gratton - Blood MagicLe père de Silla a-t-il tué sa mère dans un accès de folie ? La jeune fille n’en croit rien. Un jour, un mystérieux personnage lui apprend que celui-ci avait des pouvoirs magiques et lui remet un recueil de sortilège écrit de sa main. Espérant en savoir plus en lisant le livre, Silla découvre l’existence de Joséphine, une sorcière maléfique liée à l’histoire de son père et apprend qu’elle a, elle aussi, des prédispositions à la magie. Au contact de Silla, le passé de Nick refait inexorablement surface. Les deux adolescents se retrouvent liés par la Magie du Sang. Ensemble, ils vont apprendre à se connaître, à utiliser leurs dons et découvrir ce qui est arrivé à leurs parents.

Éditions de la Martinière, 6 octobre 2011

Fabrice Colin – Winterheim

Fabrice Colin - WinterheimIl y a bien longtemps, les Faeders et les Dragons ont décidé de ne plus s’immiscer dans les affaires des mortels. Retirés loin de Midgard, ils ont cependant confié à la Dame des Songes et à ses trois demi-sœurs les Ténèbres la tâche de veiller sur les humains. Aujourd’hui, dans le royaume de Walroek, le jeune forestier Janes Oelsen, dont les parents n’ont jamais pu comprendre le caractère rêveur et la juvénile impétuosité, entre en possession, à la suite d’un pari, d’une mystérieuse carte. Accompagné de sa fidèle chouette Flocon, il part pour le château maudit de Nartchreck où, à en croire les légendes, repose un fabuleux trésor…

Indisponible depuis plusieurs années et réunie ici pour la première fois en un seul volume, la trilogie Winterheim demeure à ce jour l’une des œuvres les plus complètes et les plus envoûtantes sur la mythologie nordique.

Pygmalion, 12 octobre 2011

Ruta Sepetys – Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre

Ruta Sepetys - Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendreUne nuit de juin 1941, Lina, quinze ans, sa mère, Elena et son petit frère, Jonas, dix ans sont brutalement arrêtés par la police secrète soviétique. Au bout d’un voyage épouvantable de six semaines, presque sans eau et sans nourriture, entassés dans des wagons à bestiaux, ils débarquent au fin fond de la Sibérie, dans un camp de travail soviétique. Logés dans des huttes, sous alimentés, brutalisés, les déportés tentent de survivre et de garder espoir. Dans le kolkhoze, le travail de la terre est éreintant. Mais malgré la mort, la maladie, le froid, la faim et la terreur, Lina tient bon, soutenue par une mère exemplaire, son amour pour un jeune déporté de dix-sept ans, Andrius, et portée par sa volonté de témoigner au nom de tous et de transmettre un signe de vie à son père (condamné à mort dans un autre camp) grâce à son art du dessin et à l’écriture.

Gallimard jeunesse, Scripto, 13 octobre 2011

Fabrice Colin – Les étranges sœurs Wilcox, tome 4 : Le dernier sacrifice

Fabrice Colin - Le dernier sacrificePour empêcher Sekhmet, la reine des vampires, de contrôler lemonde, Amber et Luna doivent impérativement découvrir le dernier fragment du Venefactor. En compagnie de Holmes, Stoker, Wilfred et du garou Eluwak, elles mettent le cap sur le pôle sud, où l’arme meurtrière est censée se trouver. Mais de redoutables ennemis sont à leurs trousses…Les soeurs Wilcox parviendront-elles à échapper à leur nature de vampires?

Gallimard jeunesse, octobre 2011

Veronica Roth – Divergent

Voir mon avis : Veronica Roth – Divergent

Dans un Chicago post-apocalyptique, la société est divisée en 5 factions :les Altruistes, les Audacieux, les Sincères, les Érudits et les Fraternels. Chacune est consacrée au culte d’une vertu dans l’espoir de créer une civilisation parfaite.

À 16 ans, les adlescents doivent choisir leur faction, pour la vie. Avant de prendre cette décision, ils passent des tests pour connaître la vertu la plus proche de leur personnalité.

Pour Beatrice, issue d’une famille Altruiste, le choix s’annonce plus difficile encore.  Ses résultats ne sont pas concluants. Cas rarissime, elle peut choisir entre 3 factions.  Pour sa sécurité, elle garde le secret sur sa véritable nature et choisit la faction réputée la plus dangereuse : les Audacieux.  Ce qui surprend tout le monde,y compris elle-même… Son choix ne sera pas sans conséquences. Il apportera lechaos mais lui fera aussi découvrir l’amour…

Nathan, Blast, octobre 2011

Elena Johnson – Possession

Elena Johnson - PossessionViolette connaît les règles : les filles ne parlent pas aux garçons. Et elles doivent encore moins imaginer les embrasser. Les Penseurs régissent la Société. Ils ont le pouvoir de lire et dans l’esprit des citoyens. Mais Violette refuse d’être contrôlée. Elle se prépare à affronter la vérité sur le monde dans lequel elle vit … Contrôler ou être contrôlé.

Michel Lafon, 13 octobre 2011

Kami Garcia et Margaret Stohl – 18 lunes

18 lunesEntourés de Link, l’Incube nouveau venu, et de Ridley, la Sirène déchue, Ethan et Lena vont vivre une nouvelle année de rêves et de cauchemars.

Entre malédiction et trahisons, le choix de l’amour est-il encore possible ?

Hachette, Black Moon, 19 octobre 2011

Isaac Marion – Vivants

Isaac Marion - VivantsR a une vie compliquée. Il n’a pas de nom, pas de souvenirs ni de pouls. Mais il rêve. R est un zombie et il est un peu différent.Dans les ruines d’une ville à l’abandon, R rencontre une fille. Elle s’appelle Julie et elle est aux antipodes de ce qu’il connaît. Elle est vivante, palpitante. C’est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. Et c’est le début d’une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse. Jamais cela n’était arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts et défie la logique, mais il ne peut plus se contenter d’une existence vouée à la mort.Il veut respirer à nouveau, il veut vivre, et Julie va l’aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.

Bragelonne, 21 octobre 2011

Franck Plasse – Rubedo, la conspiration des Lumières

RubedoNous sommes à l’aube de la Révolution Française. Louis XV préfère chasser en forêt de Senart tandis que les Philosophes inventent une nouvelle société plus égale et libre, l’Église cherche à étouffer cette émergence et le peuple, affamé, épuisé, gronde. Le fameux et intriguant Comte de Saint-Germain – on le dit faiseur d’or et immortel – le sait : un simple grain de sable peut faire basculer la situation d’un côté comme de l’autre.

Rubedo, la conspirations des Lumières nous entraine à la suite du Comte de Saint-Germain et du secret de la Dame Bleue dans à une relecture surprenante et enchantée de l’Histoire.

Des dialogues faisant mouche comme des duels à la rapière, des personnages dignes des romans-feuilletons d’antan, une intrigue tissées de complots, de mystères séculaires et d’initiation.

Avec ce roman initiatique, prenant et humaniste, l’auteur nous offre un premier texte de «Fantasy historique» et nous fait toucher du doigt le versant occulte du grand basculement de l’Histoire durant le Siècle des Lumières.

Mnémos, octobre 2011

Et aussi la sortie en poche de :

Shane Stevens – Au-delà du mal

Shane Stevens - Au-delà du malSara Bishop a été violée par Caryl Chessman, violeur en série qui finira par écoper de la peine de mort alors qu’il n’a jamais tué personne. De ce viol est né Thomas Bishop qui sera placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère.

Quinze ans plus tard, la presse s’empare de l’affaire Chessman et Thomas découvre la vérité sur sa naissance. C’est à ce moment qu’échafaude un plan on ne peut plus astucieux pour s’évader.

Commence alors un périple meurtrier particulièrement atroce à travers les États-Unis. Car Thomas Bishop n’est pas aussi fou qu’on l’a cru jusqu’à maintenant et c’est avec beaucoup d’intelligence et d’ingéniosité qu’il réussi à échapper à la police en changeant d’identité aux moments opportuns.

Ce résumé ne révèle qu’une infime partie du scénario imaginé par Shane Stevens qui se révèle au fil de la lecture de plus en plus complexe, notamment par le nombre de personnages qui composent le récit. Car ce n’est pas seulement le tueur que nous suivons dans ce roman mais aussi les policiers qui le traquent, les journalistes toujours à l’affut pour décrocher un bon scoop, sans parler des malheureuses victimes…

J’ai bien aimé dans l’ensemble même si j’ai trouvé quelques passages un peu longuets. Certaines descriptions sont particulièrement écœurantes, je conseillerais donc aux âmes sensibles de s’abstenir, mais si vous aimez le genre, n’hésitez pas !

Pocket, février 2011

Kim Harrington – Clarity

Kim Harrington - ClarityClare, tout comme sa mère et son frère Perry possède un don. Le sien est de percevoir des évènements passés en touchant des objets. Lorsqu’un meurtre est perpétré dans un hôtel des environs,  Clare est amenée à collaborer avec la police. Notons qu’à cette occasion, elle va devoir faire équipe avec son ex-petit ami Justin – dont elle a découvert l’infidélité grâce à son don – et le fils du nouvel inspecteur de police, Gabriel Toscano, qu’elle trouvait très attirant jusqu’à ce qu’il mette en doute ses capacités.

Je n’ai pas lu ce roman avec déplaisir et j’ai trouvé l’intrigue bien tournée puisque je crois avoir soupçonné tout le monde à un moment ou un autre ; et pourtant je dois dire que j’ai été un peu déçue. Peut-être parce que les commentaires sur les blogs étaient très positifs, peut-être parce que je ne l’ai pas lu au bon moment (je dois dire que je l’ai piocher dans ma PAL un peu au hasard car je ne savais pas quoi lire), toujours est-il que je ne m’attendais pas à cela, j’imaginais quelque chose de plus fantastique ou en tout cas un autre élément que les seules visions de la famille Fern.

Je donnerai peut-être tout de même sa chance au deuxième tome, en essayant de mieux choisir le moment où je le lis. La sortie de Perception est prévue pour mars 2012.

Scholastic, mars 2011

Shana Abé – Le voleur de brume

Shana Abé - Le voleur de brumeC’est après lecture du billet de Sandy que j’ai eu envie de me lancer dans cette série qui semblait tout à fait correspondre à mon humeur du moment.

Dans les montagnes des Carpates vivaient autrefois les Drakons, êtres supérieurs doués de pouvoirs surnaturels. Persécutés, leurs descendants ont trouvé refuge en Angleterre, sur un domaine que seuls les plus puissants ont le droit de quitter.

Clarissa, fille d’une femme Drakon et d’un humain, a pourtant choisir de quitter ces terres et de s’établir à Londres sous une nouvelle identité.

Le clan est pour l’heure dirigé par Christoff Langford, le mâle alpha, qui est toujours à la recherche d’une épouse qui sera capable de muer et de perpétuer l’héritage des Drakons.

Pendant ce temps, à Londres, un cambrioleur ayant le pouvoir de se transformer en ombre défraie la chronique. Pour Christoff, alias Kit, cela ne fait aucun doute, il s’agit d’un Drakon qui aurait pris la fuite.

Pas de surprise du côté de l’intrigue amoureuse qui reste assez conventionnelle, voire même un peu trop rapide, en revanche, l’introduction de l’élément fantastique avec les Drakons est une excellente trouvaille qui, pour le coup, sort de l’ordinaire.

Voici une lecture qui a tout à fait satisfait mon envie du moment, nous sommes loin du chef d’œuvre mais c’est une lecture idéale pour se changer les idées et ne pas se poser de questions. Je ne manquerai pas de lire la suite lorsque l’envie de romance se fera sentir !

J’ai lu, juillet 2007

ENJOJI Maki – Happy Marriage ?! #5

Hapi Mari 5Alors qu’à la fin du volume 4, Chiwa était enfin rassurée sur les sentiments de son mari à son égard, le voilà qui se met à passer de plus en plus de temps au travail alors qu’elle s’efforce de devenir une épouse exemplaire.

C’est alors qu’elle décide de reprendre le travail pour rembourser les nouvelles dettes de son père, au grand dam d’Hokuto.

Bien entendu, la charmante Chiwa ne rate pas l’occasion dans ce cinquième tome de se faire une tonne de films et de mettre une fois de plus en danger sa relation avec Hokuto. C’est pour ça qu’on l’aime me direz-vous, mais quand même, on a envie de la secouer des fois !

Ceci dit, l’attitude du mari laisse également à désirer dans ce tome – même si certaines mauvaises langues diront qu’il agit tout à fait normalement pour un japonais – ce qui fait que je l’ai sans doute un peu moins aimé que les précédents.

C’est tout de même avec plaisir que j’ai retrouvé les personnages et l’évolution de leur relation, j’espère cependant que la série ne s’éternisera pas trop car j’ai peur, à ce rythme, de finir par me lasser.

Kazé, août 2011

KIM Young-Ha – La mort à demi-mots

Kim Young-Ha - La mort à demi-motsAprès ma découverte de l’auteur Kim Young-Ha avec L’empire des lumières, j’ai eu envie de poursuivre en lisant son premier roman : La mort à demi-mots.

Le livre étant assez difficile à résumer, je vous copie ci-dessous la présentation de l’éditeur qui sera beaucoup plus explicite que tout ce que je pourrais écrire :

Le narrateur, un esthète du crime, explore avec talent et cynisme l’art de détruire autrui. Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est révéler leur pulsion de mort à ses victimes,  » jusqu’au stade où la personne devient digne d’être mon client « . Et force est au lecteur d’admettre que ses  » clients  » trouveront écoute et consolation auprès de cet étrange bourreau égocentrique qui s’immisce dans leur vie, dans leur esprit, leur prodigue conseils bienveillants et compréhension.

Ce roman est très différent du premier que j’ai lu mais je l’ai trouvé tout aussi intéressant. Le livre est très court et décomposé en cinq chapitres dont la construction peut être déroutante. Si la plus grande partie du récit nous plonge dans les réflexions du « tueur », l’auteur nous présente également les clients potentiels et leurs motivations, nous permettant ainsi de faire le lien entre les personnages.

En tout cas, j’ai vraiment aimé ce roman, les thèmes abordés (la mort, le doute) mais aussi les relations entre les personnages.

Une chose est sûre, je ne m’arrêterai pas là avec cet auteur considéré comme le chef de file de la nouvelle génération d’écrivains coréens !

Philippe Picquier, septembre 2002

Simone Elkeles – Chain Reaction

Simone Elkeles - Chain ReactionChain Reaction est le troisième et dernier tome de la série Perfect Chemistry (Irrésistible alchimie en français). Chaque volume raconte l’histoire d’un des frères Fuentes : Alex dans le premier, Carlos dans le deuxième (Rules of Attraction) et enfin Luis dans ce denier tome.

Après avoir passé quelque temps au Mexique suite aux évènements du premier tome, Luis revient habiter à Fairfield. Cela veut dire également qu’il va retourner au lycée qu’il fréquentait alors et retrouver ses anciens camarades, dont une partie est affiliée au Latino Blood.

Mais c’est aussi l’occasion pour lui de revoir Nikki Cruz, une très jolie demoiselle qu’il avait rencontré un an plus tôt et qui ne l’avait pas laissé indifférent. Bien que ses deux parents soient mexicains, Nikki ne comprend pas un mot d’espagnol et ne se mêle pas du tout aux autres mexicains, surtout depuis que son ex l’a laissé tomber pour rejoindre le gang.

Je ne vous cache pas que la rencontre de Luis et Nikki fait des étincelles ! J’ai retrouvé les éléments qui m’avaient fait aimer Perfect Chemistry et Luis n’est pas loin d’être aussi séduisant que son grand frère ! J’ai vraiment pris autant de plaisir à lire ce troisième tome que le premier de la série et je serais bien en peine de dire lequel j’ai préféré. L’histoire d’amour m’a plu, il y a pas mal d’action et une révélation que je n’avais absolument pas vu venir, je suis on ne peut plus satisfaite !

Au final, c’est le second tome que j’ai le moins aimé, il y a des scènes qui m’ont plu mais Carlos n’a pas vraiment su se rendre irrésistible (d’ailleurs ici encore, son comportement m’a énervée). Si vous avez été moyennement séduite pas Rules of Attraction, il ne faut surtout pas que cela vous empêche de lire celui-ci !

Walker books, août 2011

HOJO Tsukasa – Sous un rayon de soleil

C’est dans le cadre du challenge Un mot, des titres, organisé chez Calypso que j’ai choisi cette lecture. Je dois dire que le mot ne m’inspirais pas plus que ça. Certes, il y  plein de romans ayant le mot soleil dans leur titre mais, ceux qui auraient pu m’intéresser, je les avais déjà lus… C’est donc, cette fois-ci, sur un manga que mon regard s’est porté.

HOJO Tsukasa - Sous un rayon de soleilIl s’agit de Sous un rayon de soleil, de HOJO Tsukasa, célèbre pour les séries City Hunter et Cat’s Eyes entre autres !

Nichikujo Sara est une fillette qui habite avec son père et l’aide à tenir sa boutique de fleurs, sous son apparence normale, elle cache la capacité de communiquer avec les végétaux et de ressentir leurs émotions. Ce don a cependant un gros inconvénient, Sara ne vieillit pas, elle est donc contrainte à vivre avec une apparence d’enfant.

Au début du premier tome, Sara rencontre un jeune garçon, Kitazaki Tatsuya, qui menace d’abattre un arbre ; elle va venir prendre la défense de ce dernier…

Ce manga en trois tome est plutôt agréable à lire, l’histoire est mignonne, il y a des passages amusants et le thème saura toucher les amoureux de la nature. Cependant, il n’y a pas de grosses surprise au niveau du scénario qui s’avère, somme toute, assez classique.

Pas à la hauteur des séries phares de l’auteur mais un dessin de qualité et une histoire qui tient la route à défaut d’être originale, ce qui n’est déjà pas si mal.

Tonkam, août 1997