Jérôme Noirez – Le diapason des mots et des misères

Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misèresAu diapason des mots et des misères humaines s’accordent et s’entremêlent les âmes et les sons, les voix polyphoniques et les corps dissonants, l’écho du métronome de nos cœurs assassins, et la verve et le fiel et les espoirs déçus. Lisez et écoutez ces quinze morceaux, au fil desquels Jérôme Noirez compose une symphonie sublime, où le tragique côtoie le grotesque dans une sarabande aussi implacable qu’infernale.

Il y a, dans ce recueil, des histoires que j’ai aimé, d’autres moins, mais en tout cas, j’ai trouvé l’écriture d’une grande qualité.

A travers ces nouvelles, Jérôme Noirez réveille nos peurs d’enfant et revisite un certain nombre de contes et de mythes. Il nous entraîne dans des univers tous plus flippants les uns que les autres bien qu’on ne s’en aperçoive pas forcément au premier abord.

Les sons, comme vous pouvez vous en douter, ont également une part très importante dans ces histoires ; je ne pouvais bien évidemment pas m’empêcher d’entendre le son du taiko (tambour japonais) à la lecture de Kesu, le gouffre sourd, et j’ai trouvé l’idée de retranscrire la partition Berceuse pour Myriam à la suite de l’excellente nouvelle Nos aïeuls, originale et intéressante.

Si je suis mitigée sur l’ensemble – comme c’est souvent le cas dans un recueil de nouvelles – je dois dire, par contre, que j’ai absolument adoré les trois dernières, regroupées sous le titre Contes pour enfants morts-nés : Shirley’s doll, L’enfer des enfants pas sages et La leçon de piano (dans le style de Balthus). Là, j’ai vraiment trouvé un univers que j’aime avec une atmosphère glauque et angoissante, autant dire que le recueil se termine an apothéose !

Ce livre a reçu le prix du Meilleur recueil de nouvelles du Grand Prix de l’Imaginaire en 2010.

On notera, au passage, la couverture dessinée par Aurélien Police qui illustre à merveille une des nouvelles du recueil.

J’ai lu, septembre 2011

Publicités
  1. Je vais me tenir éloignée des recueils de nouvelles pendant quelques temps… j’en ai 2 en cours et j’ai du mal à les finir !

  2. Serpentine et un de Daphné du Maurier comportant Les oiseaux !

    • Ah très bien Serpentine ! Je n’ai pas lu celui de Daphné du Maurier mais ça me tente bien, je vais attendre ton avis quand même :)

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :