Archive pour 22 novembre 2011

Karen Marie Moning – La malédiction de l’elfe noir (Highlander #1)

Karen Marie Moning - La malédiction de l'elfe noirVous vous souvenez sans doute de mon engouement (et je suis loin d’être la seule !) pour la série Fever de Karen Marie Moning ; c’est pourquoi j’ai eu envie de découvrir Les Highlanders dont les premiers tomes ont enfin été traduits en français (j’aurais pu les lire en anglais me direz-vous, mais je serais passée à côté de cette magnifique couverture, ahem…).

Parlons un peu de l’histoire. Après la conclusion du Pacte, le peuple des faës s’est réfugié sur l’île mythique de Morar, au large des côtes écossaises. La Reine Aoibheal, dans le but de rendre jaloux son époux, ne cesse de vanter les mérites d’un mortel beau comme un Dieu et chaud comme la braise, n’hésitant pas à affirmer que même elle n’a pu lui résister. C’est ainsi que le Roi Finnbheara décide d’envoyer son bouffon, Adam Black, tourmenter ce mortel surnommé Hawk. Sa mission : trouver une femme parfaite dont il s’éprendra mais qui se refusera indéfiniment à lui.

C’est ainsi qu’Adam Black a l’idée de se rendre au XXe siècle où il pense trouver une femme au caractère assez fort et indépendant pour tenir tête à Hawk. Il trouve la candidate parfaite en la personne d’Adrienne de Simone, une jeune femme en fuite bien décidée à ne plus jamais se laisser avoir par les hommes.

La voilà donc propulsée en 1513, contrainte de prendre l’identité de feue Janet Comyn au moment où elle doit épouser Sidheach James Lyon Douglas, comte de Dalkeith alias Hawk…

On retrouve ici la genèse du monde dans lequel se passe la série Fever (Les Chroniques de MacKayla Lane dans la version française), c’est ce qui m’a interpellée et donné envie de lire ce livre.

Je dois dire que j’ai moyennement apprécié cette lecture au final ; il faut que je vous explique. Je savais que c’était un livre classé dans la catégorie « romance » mais comme il y avait un peu de paranormal, je me suis dit que ça passerait… Et bien non… J’ai aimé le scénario mais les clichés sont trop nombreux à mon goût pour que j’ai pu en profiter pleinement et je ne vous parle même pas de certaines scènes qui m’ont plus fait pouffer de rire qu’autre chose.

Je pense que Karen Marie Moning a la capacité de créer un univers intéressant et que son style est agréable à lire mais ce genre de romans n’est sans doute pas fait pour moi (ou alors je n’ai pas choisi le bon moment ? j’avais envie de romance pourtant). Je ne pense pas lire la suite mais sait-on jamais, ma curiosité aura peut-être raison de mes réticences.

J’ai lu, novembre 2011