Archive pour 7 décembre 2011

Maryvonne Rippert – Metal mélodie

Maryvonne Rippert - Metal mélodieLuce a 16 ans et vit seule avec sa mère. Comme beaucoup d’adolescentes, elle est dans une période rebelle ; c’est en claquant la porte qu’elle est partie hier soir à une fête où elle passera d’ailleurs la nuit sans avoir prévenu. Et pourtant lorsqu’elle découvre, en rentrant au petit matin, le petit mot laissé par sa mère lui annonçant qu’elle est partie en Australie pour son travail pour une durée de 4 mois, son envie d’indépendance se mue en un vif sentiment de solitude.

C’est sans doute à cause de ce sentiment qu’elle va permettre à Moony , la squatteuse au look bariolé qui s’est incrusté avec son chien qui pue, de rester chez elle…

Et puis, elle vient tout juste de rencontrer son charmant voisin, Léo, alors, Luce baisse un peu sa garde.

C’est alors qu’elle découvre que sa mère lui a menti, elle n’est pas du tout partie en Australie, elle l’a bel et bien abandonnée. Mais Luce n’est pas d’accord, elle ne va pas se laisser faire, elle retrouvera sa mère, et pour cela, elle va devoir se plonger dans le passé de celle qui l’a engendrée et dont elle ne sait pourtant rien…

C’est un livre très touchant et bien écrit. Luce est une adolescente intelligente, ce qui ne l’empêche pas de tomber dans certains pièges ; on a parfois mal pour elle. Des fois, elle m’a un peu énervée aussi parce qu’elle ne se méfie pas assez et en même temps je l’ai trouvé très courageuse.

J’ai aimé me promener dans les rues de Grenade et retrouver l’ambiance de l’Espagne où on cherche le frais pendant la journée et où on passe ses soirées aux terrasses des cafés (j’avais trop envie d’y retourner pendant ma lecture !).

J’ai aussi aimé l’importance accordée à la musique – ma deuxième grande passion après les livres, forcément j’ai été touchée – comme moyen d’expression mais aussi comme guide.

Un très beau livre sur les relations mères/adolescentes que je recommande fortement.

J’ai bien envie de lire la série des Blue Cerises maintenant !

Milan, février 2010