Archive pour 14 février 2012

Jane Austen – Northanger Abbey

Jane Austen - Northanger AbbeyCatherine Morland, est invitée par les voisins de ses parents, les Allen, à les accompagner dans la ville thermale de Bath pour quelques semaines. Jeune fille de 17 ans, naïve et peu habituée à la société, la voilà évoluant dans les salons et les bals, parée de ses plus belles toilettes. Le seul problème, c’est qu’elle ne connaît personne dans cette société et que ses chaperons ne s’avèrent pas être d’un grand secours.

C’est alors qu’elle fait la connaissance d’Henry Tilney, un jeune homme fort sympathique qui la séduit immédiatement mais qui semble, dès le lendemain, avoir quitté Bath. Sa nouvelle amitié avec Isabella Thorpe lui fera plus ou moins oublier sa déception jusqu’à ce qu’elle rencontre Eleanor Tierney, la jeune sœur d’Henry.

Revenons pour l’heure à Isabella avec qui Catherine se lit très vite d’amitié, et à son frère John, jeune homme très imbue de lui-même et assez déplaisant. Ce dernier se révélant être un ami de James Morland, le frère de Catherine, elle fait tout de même de son mieux pour se montrer aimable, d’autant qu’Isabella semble apprécier la compagnie de James…

Je ne veux pas révéler tout ce qui se passe mais il faut tout de même dire que c’est dans la deuxième partie du roman que Catherine sera invitée à séjourner à Northanger Abbey. Je le précise car c’est tout de même le titre du roman et je vous avoue que je me demandais quand on allait enfin en entendre parler !

Ce roman de Jane Austen est le premier qu’elle  écrivit – il fût achevé en 1803 – cependant il ne paru qu’en 1817, de manière posthume. Il n’a pourtant rien à envier aux autres car il présente déjà un grand nombre de qualités.

Dans Northanger Abbey, Jane Austen se moque délibérément de Catherine Morland et parodie allègrement le roman gothique à travers son héroïne. On note de nombreuses allusions aux Mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe, un des romans phares de la littérature gothique, qui jouera un rôle important dans l’idée que se fait Catherine de l’Abbaye de Northanger. Je trouve que l’auteure a bien su intégrer les codes de la littérature gothique pour en faire un pastiche très drôle, je me suis régalée !

Elle dépeint également, dans la première partie du roman, la bonne société anglaise qui se réunissait à Bath – the place to be dans les années 1800, et là non plus, elle ne se gène pas pour jeter un regard ironique.

Je l’ai trouvé très différent des autres romans de Jane Austen que j’ai lu, mais tout aussi intéressant ! Je n’ai pas réussi à le reposer avant de l’avoir terminé, espérant tout de même une fin heureuse pour cette pauvre Catherine !

Un petit bijou qui m’a donné envie de lire tous les romans de Jane Austen !

Je vous invite maintenant à aller voir le billet de Syl., ma partenaire pour cette lecture commune.

1o/18, avril 1996