Archive pour mars 2012

Les Âmes Vagabondes (The Host) – Teaser

Le teaser de l’adaptation du roman de Stephenie Meyer, Les Âmes Vagabondes (The Host en VO), a été dévoilé il y a quelques jours.

Le film est réalisé par Andrew Niccol (Time Out) et on retrouve au casting Saoirse Ronan (Les chemins de la liberté, Lovely Bones), Diane Kruger, et Max Irons (Le chaperon rouge) dans les rôles principaux. Il sortira en avril 2013.

 

Avez-vous lu et aimé le livre ? Que pensez-vous de ces premiers extraits ? Est-ce que ça vous donne envie d’aller le voir ? Est-ce que ça colle avec ce que vous imaginiez ? J’attends vos commentaires !

Matt Haig – Les Radley

Matt Haig - Les RadleyLa famille Radley, composée de Peter et Helen et de leurs deux enfants Rowan et Clara, habite à Bishopthrop, au 17 Orchard Lane, une rue tout ce qu’il  y a de plus calme. C’est pour cette petite bourgade que Peter et Helen ont quitté Londres et leur ancienne vie avec l’idée de se ranger et de fonder une famille normale. Pour cela, ils ont du cacher à leurs enfants leur vraie nature ; ce sont des vampires. Avant la naissance des enfants, ils ont pris la décision de devenir des » abstinents », autrement dit, ils ont renoncé à se nourrir de sang et ont décidé de vivre comme le commun des mortels bien que leur soif reste inextinguible. Leurs pulsions sont cependant toujours bien présentes et s’ils réussissent depuis plusieurs années à les maîtriser, cela pourrait s’avérer de plus en plus difficile pour les enfants qui n’ont même pas conscience de ce qu’ils sont. Clara va bientôt en faire les frais en s’attaquant à un garçon un peu trop insistant.

Afin de gérer cet accident, Peter fait appel à son frère Will malgré l’interdiction d’Helen qui semble avoir quelque chose à cacher ; il faut croire que les Radley ont le mensonge dans le sang !

J’ai passé un bon moment avec cette famille de vampires abstinents. L’idée est plutôt originale et le résultat est drôle, si vous aimez le second degré.

Cependant Les Radley raconte surtout l’histoire d’une famille et aborde des problèmes qui pourrait survenir au sein de n’importe quel foyer où des secrets auraient été conservé trop longtemps ; le côté paranormal offre un petit plus amusant qui lui confère son originalité.

Pas un roman inoubliable mais plaisant qui s’avère un bon moyen de se détendre !

Le livre de poche, mars 2012

KAWAKAMI Hiromi – Manazuru

Le mari de Kei, Rei Yanagimoto, a disparu il y a environ douze ans. Du jour au lendemain, il est parti et n’a plus donné de nouvelles. Depuis son départ, elle vit avec sa mère et sa fille. Après avoir vu le nom de Manazuru écrit dans le journal de Rei, elle décide de s’y rendre pour essayer de retrouver sa trace.

Avec ce roman, il m’est arrivé un truc qui m’arrive rarement, je me suis ennuyée. La plupart du temps, quand je n’aime pas un roman, c’est parce que je le trouve mal écrit, ou que le scénario est bancal, mais c’est rarement parce que je m’ennuie ! Je n’en suis pas revenue tout au long de ma lecture, il ne se passe absolument rien ! Je tournais les pages, attendant le déclic qui me ferait m’intéresser à la vie de ces personnages, et non, rien n’y a fait. Je n’ai pas du tout été sensible à l’écriture ni à la vie quotidienne de ces trois femmes.

C’est très dommage car c’est le premier livre de Hiromi Kawakami que je lis, et bien que j’ai lu beaucoup d’éloges à propos de son roman Les années douces, je ne suis pas sûre d’avoir envie de retenter l’expérience de sitôt.

Philippe Picquier, février 2012

A paraître en avril 2012

Les nouveautés du mois d’avril ! Je ne sais pas si c’est dû à l’arrivée du printemps, mais ce mois-ci, ce sont surtout des parutions jeunesse qui m’ont interpellée !

Anna Godbersen – Tout ce qui brille

Anna Godbersen - Tout ce qui brilleLetty Larkspur et Cordelia Gray fuient leur petite ville du Midwest pour la métropole scintillante de New York. Tout ce que Letty désire est de voir son nom en haut de l’affiche, mais elle comprend vite que Manhattan est rempli de jolies filles prêtes à tout pour devenir des vedettes… Cordelia, elle, est à la recherche d’un père qu’elle n’a jamais connu, un célèbre contrebandier. Du jour au lendemain, elle découvre un monde excitant mais ô combien dangereux. Heureusement, elles ont une alliée : Astrid Donal, qui semble tout avoir – l’argent, l’allure et l’amour de Charlie, le frère de Cordelia. Mais l’apparence parfaite d’Astrid cache un lourd secret… Bienvenue à New York en 1929 !

Albin Michel, Wiz, 2 avril 2012

Sarah Mlynowski – Parle-moi

Sarah Mlynowski - Parle-moiDevorah Banks a dix-sept ans et tout va mal : le beau Brian vient de la quitter… Pour couronner le tout, elle fait tomber son portable dans une fontaine ! Ce qui, bizarrement, n’empêche pas le téléphone de sonner… et c’est le choc lorsque Devorah entend une voix bien familière au bout du fil : la sienne !

Une version d’elle-même plus jeune de quatre ans, qui n’a pas encore connu ses déboires et aurait bien besoin de ses conseils. Devorah se retrouve soudain devant une chance inespérée : tout recommencer… autrement !

Albin Michel, Wiz, 2 avril 2012

Jean-Philippe Depotte – Le crâne parfait de Lucien Bel

Jean-Philippe Depotte - Le crâne parfait de Lucien Bel« Je suis un soldat qui ne tue pas. »
C’est sur cette bonne résolution que Lucien Bel, un jeune provincial, part faire la guerre de 1870 contre les Prussiens.
De retour du front, du sang sur les mains, Lucien décide de consigner dans un carnet, pour mieux les combattre, les règles de « l’Art de tuer ». Mais la guerre continue et il est affecté au désarmement des canons parisiens de la butte Montmartre, dans une capitale en pleine insurrection. À ses côtés, des soldats séduits par les idées de la Sociale désertent. Les événements tragiques s’enchaînent, Paris est sur le point d’accoucher de sa Commune et Lucien Bel est blessé.
Quand il se réveille à l’hôpital de la Pitié, on lui apprend qu’une balle lui a traversé la tête et qu’il a été sauvé par le grand phrénologue Jean-Baptiste Delestre. Soupçonnant qu’on lui ment, Lucien s’enfuit pour trouver refuge à Montmartre et chercher Margot, la jeune femme qui l’a amené à l’hôpital et connaît certainement la vérité.
Que lui a-t-on fait ? Que cachent les trois étranges plaques de fer vissées dans son crâne ? Et d’où viennent ces souvenirs qui ne sont pas les siens ?

Avec son troisième roman situé durant les événements de la Commune de Paris, Jean-Philippe Depotte orchestre un suspense d’horloger autour des bouleversements politiques de l’époque. Une quête, sans temps morts, dans laquelle interviennent, entre autres, Jean-Baptiste Delestre (l’auteur de De la physiognomonie), Jules Allix (le créateur du bataillon des Amazones de la Seine), Eugène Pottier (l’auteur des paroles de L’Internationale) et Nadar, le truculent photographe et aérostier.

Denoël, Lunes d’encre, 5 avril 2012

Kiera Cass – La sélection

Kiera Cass - La sélectionDans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne…
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d’Illeá, la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer leur destin misérable contre une vie de paillettes et de pierres précieuses. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d’office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu’elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles…
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés : l’existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu’elle n’aurait jamais osé imaginer ?

Robert Laffont, R, 12 avril 2012

Ally Condie – Insoumise

Ally Condie - InsoumiseCassia enfreint les règles de la Société et part à la recherche de Ky… Cassia a quitté la Société pour s’aventurer dans les Provinces Lointaines, à la recherche de Ky. Cette quête pousse Cassia à remettre en question presque tout ce qui lui est cher, en particulier lorsqu’elle découvre l’existence
d’une vie différente dans le Labyrinthe. Au milieu de cette frontière sauvage de grands canyons, Cassia et Ky se retrouvent enfin, mais un mouvement de rébellion est en marche. Une trahison et une visite inattendue de Xander, personnage clef du Soulèvement, changent à nouveau la donne…
Racontée alternativement par Cassia et Ky, cette suite de Promise les emmènera tous deux aux confins de la Société, où changements de camps et trahisons sèment leur parcours d’embûches.

Gallimard jeunesse, 13 avril 2012

Gemma Malley – Sentiment 26

Gemma Malley - Sentiment 262065. La guerre a plongé le monde dans le chaos. Le Guide suprême a pris le commandement de la dernière cité et l’a organisée en différentes castes : de A à D, des citoyens Admirables aux citoyens Déviants. Tous ont subi une lobotomie. C’est la garantie qu’ils respecterontLes Sentiments, le livre qui fait loi. Et surtout qu’ils ne s’aventureront pas hors de l’enceinte, chez les Damnés…

Evie, 16 ans, une B, travaille pour le gouvernement. Promise à Lucas, parfait A et futur haut dirigeant, elle est en fait amoureuse de son frère Raffy, infréquentable D. Quand le Système bannit Raffy sur les terres des Damnés, elle refuse de se soumettre. Trouvera-t-elle la force de s’opposer à la Cité.

Michel Lafon, 14 avril 2012

Gail Carriger – Sans honte

Gail Carriger - Sans honteUne histoire de vampires, de loups-garous et d’imprévus. Alexia est indiscutablement LE scandale de la saison londonienne : après les événements inattendus survenus en Écosse, elle est retournée vivre chez ses parents. La reine Victoria n’a d’autre choix que de l’exclure du Cabinet fantôme, et la seule personne qui pourrait expliquer quelque chose, Lord Akeldama, a inopinément quitté la ville. Pour couronner le tout, Alexia se fait attaquer par une coccinelle mécanique létale, et découvre que les vampires de Londres ont juré sa mort. Tandis que Lord Maccon met toute son énergie à boire, et que le Professeur Lyall tente désespérément de maintenir la cohésion au sein de la meute Woolsey, Alexia s’enfuit en Italie à la recherche des mystérieux Templiers. Ils sont les seuls à pouvoir expliquer sa délicate condition actuelle. Mais ils pourraient aussi s’avérer pires que les vampires. Surtout armés de pesto.

Orbit, 18 avril 2012

Patrick Ness – Quelques minutes après minuit

Patrick Ness - Quelques minutes après minuitDepuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

Gallimard jeunesse, 20 avril 2012

Rachel Caine – Vampire City, tome 5 : Le maître du chaos

Rachel Caine - Vampire City, tome 5 - Le maître du chaosL’orage gronde à Morganville. Bishop, le vampire maléfique, a pris le contrôle de la ville. Mais Amelie, sa fille, ne compte pas se rendre sans combattre. Pendant que les vampires échangent coup pour coup, les humains en profitent pour se révolter contre les vampires qui les asservissent depuis si longtemps. Et comme si ça ne suffisait pas, les éléments s’en mêlent : une tornade effroyable se prépare. De désastre en catastrophe, comment Claire et ses amis vont-ils s’en sortir ?

Hachette, Black Moon, 25 avril 2012

Wendy Wunder – La fille qui ne croyait pas aux miracles

Wendy Wunder - La fille qui ne croyait pas aux miraclesCameron a 17 ans. Atteinte d’un cancer, elle est persuadée qu’elle va mourir avant ses 18 ans. Déterminée à la sauver, sa mère l’embarque dans un road-trip en direction de Promise, une ville magique réputée pour ses miracles. Résignée, Cameron ne croit pas plus à une possible rémission qu’aux superstitions ridicules de sa mère, mais se laisse tout de même entraîner dans cette aventure. Arrivées à destination, elles sont vite témoins d’événements inhabituels : les pissenlits deviennent pourpres, on aperçoit des flamants roses au large de l’Atlantique et Cameron retrouve une mystérieuse enveloppe contenant une liste de choses à faire avant de mourir… Aidée d’Asher, un garçon non moins mystérieux, Cam exécute peu à peu chaque point de la liste et apprend à croire en elle, en l’amour, et même… aux miracles.

Hachette, Black Moon, 25 avril 2012

Natasha Farrant – Les amants de Samaroux

Natasha Farrant - Les amants de SamarouxFrance, 1944 . Arianne et Luc, deux jeunes habitants de Samaroux, petit village au creux des Alpes, tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Mais comment s’aimer quand la guerre fait rage alentour ? Est-ce que ces amants purs, au seuil de leur vie d’adulte, peuvent résister à l’Histoire et aux troupes allemandes aux portes de leur village ? Luc désire redorer l’image de sa famille entachée par la collaboration de son grand-père avec la Gestapo ; il décide de s’engager dans la Résistance. Arianne, elle, va tout faire pour protéger celui qu’elle aime, sans un regard pour cet autre qui est secrètement amoureux d’elle. Quelqu’un est prêt à tout pour séparer les amants de Samaroux à jamais…

Hachette, Black Moon, 25 avril 2012

Anonyme – Le livre de la mort

Anonyme - Le livre de la mortAprès « Le Livre sans nom », « L’Œil de la Lune » et « Le Cimetière du diable », le nouvel opus tant attendu de la saga du Bourbon Kid.
Il est sans doute préférable pour votre bien-être que personne n’inscrive jamais votre nom dans Le Livre de la mort, sans quoi il vous resterait très peu de temps pour formuler vos dernières volontés. Aussi on peut aisément comprendre que celui-ci fasse l’objet de multiples convoitises, en général assez mal intentionnées. Et que quelques contrariétés guettent son actuel détenteur, l’infortuné Sanchez.
Officiellement mort, le Bourbon Kid, le tueur le plus impitoyable que la terre ait jamais portée, devrait, pour sa part, pouvoir aspirer à des jours heureux en compagnie de Beth, son amour de jeunesse enfin retrouvé. Encore faudrait-il que sa nouvelle identité reste secrète, sans quoi ses nombreuses victimes et ses ennemis, plus nombreux encore, pourraient bien s’unir pour élaborer une terrible vengeance. Mais quand Beth est kidnappée et qu’il s’avère être le seul à pouvoir sauver la petite ville de Santa Mondega d’un terrible bain de sang, le Bourbon Kid n’a plus qu’une solution : revenir d’entre les morts. Plus sauvage et impitoyable que jamais.
Vous pensiez ne jamais plus rien pouvoir lire de plus déjanté et jubilatoire que les trois premières aventures du Bourbon Kid ? Vous aviez tort.

Sonatine, 26 avril 2012

Jane Austen – Persuasion

Jane Austen - PersuasionSir Walter Elliot a trois filles, Elizabeth, Anne et Mary qu’il a élevé seul depuis le décès prématuré de son épouse. La plus jeune, Mary, est mariée à un certain Charles Musgrove mais les deux aînées sont toujours célibataires.

En raison de soucis financiers, Sir Walter se voit dans l’obligation de louer sa demeure de Kellynch à l’Amiral Croft. Ce dernier, une fois installé, reçoit la visite de son beau-frère, le capitaine Frederick Wentworth qui fût brièvement fiancé à Anne il y a huit ans, avant que ses proches ne s’opposent à cette union, jugeant le capitaine Wentworth indigne de la famille Elliot. Anne en éprouve, encore aujourd’hui, de la tristesse car elle était sincèrement éprise de lui et elle redoute autant qu’elle espère le moment où elle sera amenée à le revoir…

Persuasion est le dernier roman écrit par Jane Austen et paru de manière posthume en 1917.

Ce que j’ai le plus aimé dans ce roman est le personnage d’Anne Elliot. C’est une jeune fille douce, intelligente dont la beauté s’est fanée depuis qu’elle fût obligée de repousser le capitaine Wentmorth qu’elle aimait de tout son cœur et qu’elle aime d’ailleurs toujours ! Celui-ci « la trouvant si changée qu’il a failli ne pas la reconnaître » va lui préférer la compagnie des sœurs Musgrove, à son grand désespoir.

Je dois avouer que l’intrigue amoureuse de Persuasion n’est pas ma préférée parmi les romans de Jane Austen, cependant, le scénario offre d’assez nombreux rebondissements, notamment via le personnage de Luisa Musgrove dont le caractère intrépide est à l’opposé de celui d’Anne et que le beau Frederick semble apprécier.

C’est toujours un plaisir de lire Jane Austen et son dernier roman ne déroge pas à la règle avec une héroïne qui a tout pour nous charmer !

Le billet de Syl. qui m’a confié avoir eu des papillons dans le ventre !

10/18, mai 1996

Challenge « Anne Perry »

Oups, I did it again ! J’ai craqué pour le challenge « Anne Perry » organisé par Syl. !

Cela fait maintenant quelques mois que j’avais envie de découvrir cette auteure, ce challenge tombe donc à pic et je ne pouvais bien évidemment pas résister !

La bibliographie d’Anne Perry compte des dizaines d’ouvrages et je vous avoue que je ne savais pas par quoi commencer. Mon problème a été résolu par l’hôte de ce challenge qui organise une lecture commune du premier tome de la série consacrée à l’inspecteur William Monk, intitulé Un étranger dans le miroir.

Si vous aimez Anne Perry et ses romans policiers victoriens ou que vous avez, comme moi, envie de les découvrir, allez faire un petit tour chez Syl. qui vous parlera de ce challenge bien mieux que moi !

Blandine Le Callet – La ballade de Lila K.

Blandine Le Callet - La ballade de Lila K.Des hommes sont entrés chez elle et ont emmené sa mère de force ; c’est comme ça que Lila s’est retrouvée là…

Le 16 novembre 2095, elle est internée dans un centre dont elle sera autorisée à sortir à sa majorité si elle est jugée apte à se débrouiller seule. En attendant, elle va devoir tout réapprendre, à parler, à marcher mais surtout à faire confiance aux autres afin de pouvoir un jour réintégrer la société. Un objectif qu’elle est bien décidée à atteindre quelles que soient les difficultés car c’est son seul moyen de retrouver un jour sa mère dont elle ne garde que très peu de souvenir si ce n’est un sourire…

J’ai aimé l’histoire globalement bien qu’il manque un petit quelque chose dans ce roman ; plus d’explications sur le fonctionnement de la société peut-être ? Blandine Le Callet a de très bonnes idées mais je pense qu’elle aurait pu aller encore plus loin dans cette dystopie.

Quoi qu’il en soit c’est un bon roman, qui nous amène à nous poser pas mal de questions sur ce que pourrait être la vie dans ce type de société et qui nous offre aussi un aspect psychologique très intéressant à travers les relations que Lila tisse avec les autres personnages. On se demande tout au long du livre jusqu’où elle va aller pour arriver à ses fins et surtout, ce qu’elle va découvrir sur cette mère dont l’existence semble avoir été effacée.

Un livre très différent de son premier roman Une pièce montée mais qui traite une fois de plus très bien les relations humaines.

Le livre de poche, février 2012

Bulbul Sharma – La colère des aubergines

Bulbul Sharma - La colère des auberginesVoici un petit recueil de nouvelles pas banal du tout puisqu’en plus de nous éclairer sur les mœurs et le culture indienne, il nous livre plusieurs recettes de cuisine fort appétissantes. Dès l’avant-propos de l’auteur, le ton est donné et déjà l’odeur des épices nous chatouille les narines.

Si la cuisine joue un rôle important dans ces douze nouvelles, on se rend également compte à quel point la notion de famille est primordiale dans cette société et on voit bien que même au sein de celle-ci, les rôles sont très hiérarchisés : les hommes ont tous les droits, ils sont les chefs de famille, après seulement viennent les femmes, avec là aussi un ordre de priorité selon leur rôle au sein de la famille. L’ensemble est raconté avec humour, mais je n’ai tout de même pas pu m’empêcher de tiquer à la lecture de certains passages.

Les femmes doivent toujours manger à la cuisine, après les hommes, disait son père. Gopal comprenait maintenant pourquoi. Comme elles sont laides quand elles mâchonnent comme des vaches, avec leurs dents toutes tachées de mangeaille, pensait-il avec irritation.

On y constate aussi que la plupart des mariages sont arrangés par les parents en fonction de nombreux critères incluant les caractéristiques des époux mais aussi le rang social de leur famille. Ce n’est certes pas le seul pays du monde dans lequel les mariages arrangés sont monnaie courante mais cela m’a semblé ici vraiment très stricte.

En tout cas, j’ai pris plaisir à lire ce petit recueil de nouvelles, pas seulement parce que je suis gourmande mais aussi parce qu’elles sont bien écrites et dépaysantes. Il m’a aussi donné envie d’en apprendre plus sur l’Inde et sur son système de castes qui est évoqué à plusieurs reprises. D’ailleurs, si vous avez des suggestions de titres, n’hésitez pas !

Un livre que j’ai repéré chez Céline et qui s’inscrit à merveille dans le challenge des livres gourmands de Syl. !

Philippe Picquier, octobre 2002

Joyce Carol Oates – Le triomphe du singe-araignée

Joyce Carol Oates - Le triomphe du singe-araignéeLe triomphe du singe-araignée raconte les pérégrinations de Bobbie Gotteson, un déséquilibré qui prend plaisir à découper les femmes à la machette. Tout un programme ! J’avais été interpellée au départ par le fait que l’auteure se soit inspiré de Charles Manson, je m’attendais donc à quelque chose de difficile mais je ne pensais pas que la lecture de ce roman s’avérerait aussi ardue.

Je me suis sentie mal à l’aise pendant toute ma lecture et ce non seulement à cause de ce que le roman raconte mais aussi – surtout, en fait – de la façon dont c’est écrit. Le style est décousu et assez différent de ce que j’ai eu l’habitude de lire et d’aimer dans l’œuvre de Joyce Carol Oates et je dois dire qu’il n’est pas des plus agréables.

Ne savait-elle pas, cette saleté de vieille pute laide et puante, que je pouvais foutre le feu à cet appart si je le voulais – pouvais foutre le feu à cet endroit puant où on vivait et au canapé du salon puant où j’étais obligé de dormir, aux escaliers et à tout le bâtiment – elle ne le savait donc pas ? elle ne savait pas que je pouvais elle aussi la faire cramer et qu’elle partirait en fumée, ses robes trop larges et ses jupons et ses sous-vêtements partant tous en fumée, elle ne le savait donc pas – ?

Que dire de plus si ce n’est que je n’ai pas aimé ; cette lecture a été difficile mais heureusement ma souffrance a été de courte durée puisque le roman ne fait qu’une centaine de pages ; je n’aurais pas tenu plus longtemps !

Points, février 2012

Susan Hill – The Woman in Black (La Dame en noir)

Susan Hill - The Woman in BlackRécemment remarié, Arthur Kipps est réuni en famille à la veille de Noël. A cette occasion, il est de tradition dans la famille de sa nouvelle épouse de raconter des histoires fantastiques. Au fil de ces récits, il se remémore alors sa propre histoire et, submergé par les souvenirs, prend la décision de commencer à l’écrire dès le lendemain…

Arthur Kipps, jeune avoué dans le cabinet de Mr Bentely, est envoyé dans le nord de l’Angleterre pour régler les affaires d’une certaine Mrs Drablow. Une fois arrivé sur les lieux, il commence à apercevoir une mystérieuse femme en noir. Qui est-elle ? Quels sont ses rapports avec feue Mrs Darblow ? Personne dans le village n’est capable de lui répondre ni ne semble en avoir envie…

The Woman in Black est un court roman fantastique très réussi qui correspond tout à fait à ce que j’imaginais et qui ne m’a pas déçue du tout. Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu une histoire de fantômes !

J’ai adoré l’écriture dont le style un peu suranné rappelle les contes fantastiques du XVIIIe ce qui est assez surprenant puisque le livre paru pour la première fois en 1983 ! J’ai vraiment apprécié le livre en version originale ; je ne sais pas ce que donne la traduction française (sortie aux éditions L’archipel en février 2012 sous le titre La dame en noir) mais en anglais en tout cas, c’est sublime !

Je dois cependant avouer que je n’ai pas été effrayée même si l’atmosphère est parfois oppressante. Quoi qu’il en soit j’ai aimé l’ambiance et j’espère qu’elle est bien retranscrite dans le film. Je pense d’ailleurs que c’est le genre d’histoire qui me ferait beaucoup plus peur à l’écran que par écrit.

Je vous rappelle (ou vous informe) que le film sort aujourd’hui mercredi 14 mars 2012 sur les écrans français !

Le film a été réalisé par James Watkins et on retrouve dans le rôle d’Arthur Kipps Daniel Radcliffe, célèbre pour avoir incarné Harry Potter à l’écran pendant plusieurs années.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, la bande-annonce me donne drôlement envie de le voir !

Vintage, 1998