Richard Russo – Le déclin de l’empire Whiting

Richard Russo - Le déclin de l'empire WhitingAprès dix ans passés au Mexique, C.B. Whiting se voit contraint de rentrer à Empire Falls dans le Maine, sa ville natale où il décide de se faire construire une hacienda, façon de lui rappeler le pays où il a passé les meilleures années de sa vie. Son père lui cède alors la direction des deux usines familiales. Il épouse Francine Robideaux, sa voisine, diplômée comme lui de Bowdoin. Sans le savoir il perpétue ainsi la malédiction familiale qui veut que les hommes de la famille Whiting épousent des femmes insupportables… Voici ce que nous apprend le prologue.

Quelques années plus tard, l’usine à papier, la chemiserie et l’usine textiles ont mis la clé sous la porte depuis longtemps laissant un bon nombres de ses employés sans travail. Ce fût notamment le cas de Grace Roby, la mère de Miles et David qui finit par se mette au service de la veuve Whiting. Depuis le suicide de son mari C.B., c’est elle qui possède la moitié des biens immobiliers de la ville. En particulier, l’Empire Grill dont Miles Roby est le gérant et à qui elle a promis de le léguer à sa mort. C’est dans cet espoir qu’il y a travaillé jusqu’à maintenant, supportant son divorce d’avec Janine et essayant d’élever leur fille Tick du mieux possible malgré une communication de plus en plus difficile.

Je vais m’arrêter ici pour le résumé bien qu’il y ait encore énormément de choses à dire et de personnages à introduire, si vous voulez en savoir plus, je vous recommande d’acheter le livre !

Ce roman offre en effet une galerie de personnages très riche, chacun ayant ses particularités, vous en apprécierez certains et vous en détesterez sûrement d’autres comme ce fut le cas pour moi ! Du policier qui croit tout connaître alors qu’il n’est jamais sorti de sa ville, au prêtre devenu sénile, en passant par le vieux beau(f) ou encore l’adolescent asocial, il y a de quoi faire et chaque portrait est peint avec force détail.

J’ai adoré l’histoire de cette ville américaine sur le déclin et de ses personnages à l’avenir incertain. Je vous recommande vivement ce roman !

Le déclin de l’empire Whiting a obtenu le Prix Pulitzer en 2003.

10/18, janvier 2004

Publicités
  1. Si ce n’est pas fastidieux, je le note. Biz

    • Ça ne l’est pas du tout malgré l’épaisseur du bouquin !

  2. L’epaisseur et le titre font peur ! :) Mais je note.

    • J’ai eu un peu de mal à le lancer – le prologue est long et pas terrible – mais une fois dedans j’ai vraiment aimé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :