J.R. Ward – L’amant éternel (Lover Eternal)

J.R. Ward - L'amant éternelIl y a quelques jours, je découvrais La Confrérie de la Dague Noire et, contre toute attente, cela me plu. A tel point que je n’ai pas résisté longtemps avant d’ouvrir ce second tome consacré à Rhage !

Rhage ayant gravement contrarié la Vierge Scribe, il a été condamné à une malédiction de deux cents ans ; dès que ses envies et pulsions sont contrariées, il se transforme en une créature d’au moins deux mètres cinquante ressemblant à un dragon. Autant vous dire toute de suite qu’il ne faut pas l’énerver ! Ceci dit, c’est une capacité qui peut s’avérer utile face aux éradiqueurs, ne trouvez-vous pas ? Le problème, c’est que dans ces cas-là, il s’en prendrait tout aussi bien à ses amis qu’à ses ennemis (ça ne serait plus une malédiction, nous sommes bien d’accord).

Désormais, s’il n’évacuait pas régulièrement sa tension, il devenait une machine à tuer. Pour se soulager et recouvrer un certain équilibre, deux moyens seulement s’offraient à  lui : se battre ou faire l’amour et il en usait comme un diabétique doit s’injecter de  l’insuline. Du moment qu’il avait sa dose, il arrivait à se maîtriser, mais ça ne marchait pas toujours. Et lorsqu’il perdait la tête, ça tournait mal pour tout le monde, lui y  compris.

Un jour, une civile prénommée Bella demande de l’aide à la confrérie, elle a rencontré un jeune garçon muet sur le point d’effectuer sa transition qui semble tout ignorer de sa nature et de ses origines. Bella souhaite le confier à la confrérie et l’emmène dans ses locaux avec son interprète, Mary, une humaine.

Dès qu’il perçoit sa présence, Rhage jette son dévolu sur la jeune femme. Lui-même ne comprend pas son attirance, d’autant qu’elle est humaine, atteinte de leucémie, et qu’il ne pourra jamais être avec elle…

Un deuxième tome dans la lignée du premier, avec de l’action, des vampires, des scènes osées mais avec un personnage principal plus torturé et aussi plus touchant. Les passages avec les éradiqueurs m’ont un peu saoulé (au passage, si quelqu’un peut m’expliquer pourquoi ils dégagent une odeur de talc, ça serait gentil ; parce que bon, moi, des méchants qui sentent le talc, j’ai du mal à ne pas rire, quand même) ; mais ceci mis à part, j’ai passé un bon moment avec L’amant éternel. Certes, ce n’est pas de la grande littérature, mais est-ce exactement ce qu’on demande quand on lit une romance paranormale ? Pas vraiment, pour ma part, et ce n’est pas non plus illisible donc ça me convient. Je voulais du divertissement, j’ai été servie, je suis ravie !

J.R. Ward ayant laissé une affaire en suspens à la fin de ce deuxième tome, je vais être obligée de lire la suite, L’amant furieux, mince alors !

Milady, juillet 2010

Publicités
  1. Hihihi… Obligée de lire la suite !!!

  2. Personnellement… les passages sur les éradicateurs, j’ai fini par les sauter, ils n’apportent rien à l’histoire ! Je me suis arrêtée au tome 3 il me semble, ce qui fait environ 1500 pages de JRWard, ce qui est déjà pas mal ! ;o)

    • Bah, je ne dirais pas qu’il n’apportent rien parce que sans eux, la Confrérie n’aurait pas lieu d’être et c’est un peu le seul élément dans la série qui crée du suspens (notamment à la fin de ce tome).

    • cess2
    • 11 avril 2012

    Si si ce n’est pas pour l’action avec les éradiqueurs qu’on lit ces livres hein ?! Moi aussi je zappe ces passages.
    Par contre, tu ris pour l’odeur de talc mais un mec qui se transforme en dragon, ça ne te fait pas rire ??? :D

    • Chacun les lit pour les raisons qu’il veut ^^
      Et non le mec qui se transforme en dragon, je ne trouve pas ça drôle, sinon je ne lirais pas un livre qui parle de vampires :D

    • Lisa
    • 11 avril 2012

    Ah ! On devient un peu accro à ces bouquins non ? Moi je me suis sevrée en lisant des trucs un peu plus intelligents entre chaque tome, mais au final on a vite fait d’avoir envie d’en lire un autre…

    • Bah, ça se lit bien ; c’est parfait pour une lecture-détente entre d’autres plus intellectuelles ou complexes.

    • bladelor
    • 12 avril 2012

    Pour le talc je ne sais pas, mais je ne lis tout simplement plus les passages consacrés aux éradiqueurs, ça m’ennuie !
    Mon tome préféré je crois est le cinquième avec Viszs.

    • Le talc restera un mystère à jamais !
      Viszs je ne vois pas bien lequel c’est pour l’instant. On verra quand j’en serai au 5 ! Hihi !

    • cess2
    • 12 avril 2012

    Oups je n’ai pas l’impression que tu aies pris mon commentaire sur le ton de la rigolade, comme il se devait…
    Alors, plus sérieusement, je trouve personnellement les éradiqueurs ridicules mais en effet, chacun lit ces livres pour les raisons qu’il veut. Moi c’est clairement plus pour les personnages, les histoires d’amour, et les répliques cultes que je lis ces livres, et non pour les éradiqueurs qui sentent le talc. :) Mais je comprends l’intérêt qu’on peut leur trouver.
    Quant au mec qui se transforme en dragon, je trouve ça très différent des vampires mais en soi, je ne sais pas pourquoi ce serait plus risible, tu as bien raison. :)

    • Ah mais si si, j’ai bien compris que c’était pour rire !
      Mais le coup du dragon non, franchement, je trouve ça 100 fois moins ridicule et plus approprié dans ce style de bouquin que des gens qui sentent le talc, je me demande même comment on peut avoir l’idée et se dire « tiens je vais rajouter dans méchants tueurs de vampires dans mon roman, et ils vont sentir le talc » je ne sais pas si c’est censé faire peur ou quoi ; ceci étant dit, J.R. Ward est assez douée pour trouver des comparaisons et des caractéristiques auxquels personne n’aurait jamais pensé !

    • cess2
    • 12 avril 2012

    Oui je me suis souvent demander où elle allait bien trouver ses idées… :)

    • Des fois j’ai envie de lire la VO pour voir si c’est tout à fait pareil, quand même.

  3. « Faire l’amour comme un diabétique s’injecte de l’insuline »…
    Mais où va-t-elle chercher tout ça ?? :D
    Je ne pense pas que je le lirai pour l’instant, ou alors pour me marrer.

    • Ça fait partie des phrases-cultes ! J’ai voulu toutes les noter, mais il y en a tellement que j’ai laissé tomber.
      Et je préfère ne pas savoir où elle trouve son inspiration !!!

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :