Archive pour 4 mai 2012

Joseph Heller – Catch 22

Joseph Heller - Catch 22Catch 22 est un roman atypique qui raconte le quotidien d’une troupe d’aviateurs américains basés sur l’île de Pianosa pendant le Deuxième Guerre Mondiale.

Le récit ne suit pas toujours l’ordre chronologique, chaque chapitre s’intéressant, en général, à un personnage en particulier. Cependant, l’un d’entre aux se démarque assez rapidement du récit ; il s’agit du capitaine Yossarian, officier qui n’aspire qu’à une chose, rentrer chez lui, alors que le nombre de missions à effectuer pour cela ne cesse d’augmenter à mesure qu’il se rapproche du but.

Il faut un immense génie pour écrire un roman aussi absurde, j’ai adoré ! Cela m’a fait penser à du Kafka, en plus drôle. A travers ce roman, Joseph Heller offre une critique acerbe de l’armée et de sa hiérarchie. Je me suis régalée avec les dialogues et les tournures de phrases, à commencer par la teneur du fameux article 22, jugez plutôt :

Il n’y avait qu’une seule entourloupe, et c’était l’Article 22, qui spécifiait en outre que le fait de s’inquiéter de sa propre sécurité face à des dangers réels et immédiats était la manifestation d’un esprit conséquent. Orr était cinglé et pouvait être affecté au service au sol. Il n’avait qu’à le demander ; mais à peine l’aurait-il demandé qu’il cesserait d’être cinglé et serait bon pour d’autres missions. Orr serait cinglé d’accomplir d’autres missions, et sain d’esprit s’il manifestait le désir de rester à terre, mais s’il était sain d’esprit, il fallait qu’il parte en mission. S’il acceptait de partir, il était fou et devait en être dispensé, mais s’il refusait, c’est qu’il était sain d’esprit et n’avait plus dès lors droit à une dispense. Profondément troublé par l’absolue simplicité de cette clause de l’Article 22, Yossarian émit un sifflement admiratif.

Un roman plaisant à lire et qui fait pas mal réfléchir, je vous le recommande.

Le livre de poche, mai 2006