Archive pour 17 juillet 2012

Le mardi sur son 31 #11

Voici venu le moment de partager une phrase de la page 31 de notre lecture en cours ! Comme d’habitude, je vous invite à retrouver les autres participants en cliquant sur le logo ci-dessous.

Pour ma part, il s’agit d’un extrait de Tendre est la nuit de Francis Scott Fitzgerald. C’est la description de Nicole, l’épouse de celui dont Rosemary, jeune actrice sans expérience du monde, va tomber amoureuse, Dick Diver.

On pouvait décrire son visage en termes de beauté classique, mais il paraissait, au départ, avoir été créé sur un trop grand format, dans des proportions excessives, avec une ossature épaisse, fortement accusée, comme si les traits principaux, le dessin des sourcils et du front, le teint lui-même, tout ce qui évoque pour nous le tempérament et le caractère avait été conçu, dans un premier temps, avec un emportement héroïque, par un disciple de Rodin, puis longuement ciselé et poli, pour le conduire vers une beauté si parfaite que l’erreur la plus infime lui aurait fait perdre à jamais son évidence, et son pouvoir.

Francis Scott Fitzgerald - Tendre est la nuit