Archive pour 18 juillet 2012

Anne Percin – Comme des trains dans la nuit

Quatrième de couverture : Ils sont copains de galère ou de délire. Amoureux ou cousins. Comme des trains dans la nuit, ils vont vers la lumière. La flamme qui les libérera. Qui les rendra vivants. Ils rêvent de rejoindre le Paris de Mai-68. Règlent leur compte sur fond de reggae. Pleurent Kurt Cobain. Connaissent leur première nuit d’amour, bien qu’ils se connaissent depuis la crèche. Dans ces quatre histoires, quels que soient les lieux et les époques, les « héros » marchent toujours par deux, pour le meilleur ou pour le pire. Et se dirigent tant bien que mal vers l’âge adulte, tantôt en se brûlant les ailes, tantôt en prenant leur envol.

Anne Percin - Comme de trains dans la nuit

Comme des trains dans la nuit est un recueil de quatre nouvelles, sans doute pas le format idéal pour moi pour découvrir Anne Percin. Non pas que cela soit mauvais mais en général, quand je lis un recueil de nouvelles, j’en ressors souvent avec un avis mitigé car certaines me plaisent toujours moins que d’autres. Ce fut encore le cas ici,  sans avoir trouvé quelque chose de mauvais, il y a des thèmes, des histoires qui m’ont moins touchée. Il faut dire que la nouvelle éponyme par laquelle débute le recueil a un tel impact que les trois suivantes m’ont semblé un peu fade en comparaison. Néanmoins, celle-ci justifie pleinement l’achat de l’ouvrage donc je ne regrette pas !

J’aimerais maintenant découvrir l’auteure dans un format plus long et une atmosphère différente, ce sera sans doute avec Comment (bien) rater ses vacances.

Rouergue, Doado, janvier 2011