Archive pour juillet 2012

Lecture commune : Anna Karénine

Certaines d’entre vous s’en doutaient, je ne pouvais pas passer à côté de la sortie du film Anna Karenina de Joe Wright sans organiser une lecture commune !

Je m’y prends un peu à l’avance car le film ne devrait pas sortir avant 3 mois mais compte tenu de la longueur du roman et du fait que beaucoup d’entre vous vont profiter de la période estivale pour partir en vacances, je pense que c’est un délai raisonnable !

Anna Karénine et moi, c’est une longue et malheureuse histoire. Si vous me connaissez un peu, vous savez que je déteste les spoilers et, malheureusement pour moi, ce livre doit être un des plus spoilé au monde que ce soit dans les livres ou au cinéma/à la télé ! J’ai donc laissé moisir ce livre dans ma PAL en me disant qu’un jour je finirai bien par oublier cet élément crucial du livre qui m’a été révélé malgré moi, mais c’est impossible surtout quand on continue à tomber sur des références à ce personnage à droite à gauche. J’ai donc fini par le lire, mais, obnubilée par ce qui allait ce passer, je ne me suis pas vraiment concentrée sur le déroulement des évènements, je voulais juste en finir, vite.

J’espère donc que cette relecture me permettra de mieux profiter du texte et je compte sur vous pour m’y aider !

Si vous souhaitez vous joindre à moi pour cette lecture, laissez-moi un petit commentaire à la suite de cet article ! Les billets devront être publiés le 3 octobre 2012, date à laquelle le film devrait sortir en France. Et si la date de sortie est finalement repoussée, ce n’est pas grave, au moins on l’aura lu !

EDIT : la LC a été reportée au 19 octobre.

Si vous ne l’avez pas encore vue, voici la bande-annonce du film de Joe Wright. Les rôles principaux sont tenus par Keira Knightley (Anna Karenina), Jude Law (Alexei Karenin) et Aaron Johnson (Alexei Vronsky). Je trouve que Vronsky a une drôle de tête, mais le film a l’air beau !

Le mardi sur son 31 #9

Nous sommes mardi ! C’est le moment du rendez-vous initié par Sophie : Le mardi sur son 31.

J’ai commencé à lire Les vaches de Staline de Sofi Oksanen. Voici la citation que j’ai relevée à la page 31 :

La caisse du supermarché, c’est comme la douane. Sauf que la caisse souri et dit bonjour, contrairement à l’éthique soviétique.

Anne Perry – Défense et trahison

Anne Perry - Défense et trahisonAu cours d’un élégant dîner londonien, le général Thaddeus Carlyon est retrouvé mort au pied d’un escalier, empalé sur la hallebarde d’une armure décorative. La thèse de l’accident est vite écartée, une terrible nouvelle qui implique que le meurtrier soit une des personnes présentes à ce dîner, tous des proches de la victime.

Étrangement, le coupable se dénonce assez rapidement, il s’agit d’Alexandra Carlyon, l’épouse du général, pour une soi-disant histoire de jalousie. Hester Latterly, amie de la sœur du défunt ne peut y croire ; elle demande à Oliver Rathbone et à William Monk de défendre la jeune femme et de découvrir la vérité.

Je commence à radoter mais Anne Perry est vraiment très douée pour entretenir le suspens jusqu’au bout. Dans ce troisième tome, je me suis dit qu’à moins d’un énorme coup de théâtre, le coupable semblait évident et pourtant, force est de constater que jusqu’aux dernières pages du roman, je n’avais rien compris.

Des révélations plus troublantes les unes que les autres se succèdent au cours du procès dans lequel nous avons le plaisir de voir un Oliver Rathbone plaider avec beaucoup de finesse et c’est en jugeant la mort du général Carlyon que nous découvrons des crimes pires encore. Certains témoignages au cours du procès m’ont mis les larmes aux yeux tellement je les ai trouvé bouleversants, une première pour moi à la lecture d’un roman policier !

Monk est moins présent dans ce troisième volume, il semble plus préoccupé par sa propre histoire que par cette affaire de meurtre, l’occasion pour nous de mieux connaître Oliver Rathbone qui joue un rôle prépondérant dans la résolution du cas Carlyon. Quant à Hester Latterly, je lui voue une admiration sans borne, ce personnage est formidable ! J’attends une fois de plus la lecture du prochain tome avec impatience !

Les billets de Shelbylee et Syl. (lien à venir) avec qui je poursuis l’aventure Monk !

10/18, mai 2001

L’okonomiyaki : recette japonaise

Suite à une discussion avec mes copines Touloulou et Syl., j’ai décidé de vous donner la recette de mon plat préféré japonais à ce jour : l’okonomiyaki.

Ingrédients de base :

  • 75g de farine
  • 1 œuf
  • 75ml d’eau
  • 1/4 c.c de dashi
  • 60g de yamaimo ou nagaimo (igname japonais ou chinois)*
  • 100g de chou coupé en lamelles

* en dehors du Japon, vous risquez d’avoir du mal à trouver cet ingrédient, dans ce cas, mieux vaut acheter directement de la farine pour okonomiyaki qui contient déjà cet ingrédient qui est en fait le liant qui donne sa consistance à la pâte. Dans le cas où vous utilisez cette farine, la quantité à utiliser pour une okonomiyaki sera indiquée sur la paquet car cela dépend des marques. Vous pourrez la trouver dans les épiceries japonaises ou sur les sites de vente en ligne.

Ingrédients pour la garniture :

Ce que vous aimez ! C’est dans cet aspect que ce plat peut se comparer à la pizza ou à la crêpe, on y met les ingrédients de son choix. Je vais tout de même vous donnez quelques exemples de ce que l’on trouve le plus souvent : poitrine de porc, crevettes, fruits de mer, poulet, kimchi, poireau, fromage, etc., vous pouvez ne choisir qu’un ou deux ingrédients ou en mettre plein, vous pouvez en faire un plat végétarien en y mettant seulement des légumes. Bref, c’est vraiment comme voulez !

Préparation :

Rien de sorcier dans cette préparation, il vous suffit de mélanger les ingrédients ci-dessus dans un saladier jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Versez ensuite le contenu du saladier sur une plaque ou dans une poêle bien huilée. Une fois que le dessous est bien cuit, retournez-là. On attend que cela prenne une couleur bien dorée pour servir.

Avant de servir :

Une fois que votre okonomiyaki est bien cuite, il y a quelques condiments à ajouter dessus pour lui donner son aspect final :

  • de la sauce chuuno
  • de la mayonnaise
  • de l’ao nori (algue en poudre)
  • du katsuobushi (bonite séchée)

Une fois encore, vous n’être pas obligés de tout mettre. C’est ce qu’on met traditionnellement mais si quelque chose ne vous plaît pas, n’en mettez pas, ça sera bon aussi !

A noter :

Il existe un nombre infini de recettes pour ce plat selon les régions du Japon mais aussi selon les goûts de chacun. La recette d’Hiroshima, par exemple, ajoute des nouilles et se cuit un peu différemment, je ne l’ai pas encore testée mais lorsque ce sera le cas je pourrai vous en reparler.  Tout cela pour dire que c’est un plat qui peut plaire à beaucoup de monde, n’hésitez pas à essayer et revenez me dire ce que vous en avez pensé !

Et si vous avez des questions sur la recette et ses ingrédients, n’hésitez pas à me les poser, mon article manque peut-être de précisions.

PS : C’est la recette pour 1 okonomiyaki soit pour 1 personne.