Archive pour 20 août 2012

Diniz Galhos – Gōkan

Diniz Galhos - GōkanPrésentation de l’éditeur :

Tokyo, 2010.
Une garagiste, jeune, jolie, très désagréable.
Son père, ancien Béret Vert, à peine plus aimable.
Une valise diplomatique débordant de billets.
Un assassin américain lancé dans un safari humain.
Des yakuzas dépassés.
Du béton, de l’électricité, des armes et du sang.
De la musique, du cinéma.
Et un professeur de la Sorbonne chargé de voler une bouteille de saké appartenant à Quentin Tarantino.
Secouez le tout.
Servez dans un bar de quinze mètres carrés.

Mon avis : 

Voici un roman qui tient toutes les promesses décrites dans la quatrième de couverture. Cela peut sembler un peu bizarre de prime abord, mais une fois mis en forme, on obtient une histoire vraiment distrayante, bourrées de références aussi bien à la pop culture qu’à la société japonaise et je dois dire que je l’ai trouvé assez jouissive.

On s’aperçoit rapidement qu’il n’y a pas de héros et que les personnages dont nous croisons la route sont, au mieux, peu recommandables. Parmi cette faune composée de yakuzas et autres bandits, un personnage se détache du lot dans le sens où il est encore pire que les autres, il incarne la violence gratuite et le racisme par excellence. On en arriverait presque à apprécier les autres en comparaison…

L’avant-dernier chapitre rappelle beaucoup les films de Quentin Tarantino – je pense notamment à Reservoir Dogs – et tient le lecteur en haleine ; je n’ai eu aucune peine à visualiser la scène qui se déroule dans ce petit bar de Golden Gai et je me suis vraiment régalée avec ce final.

J’ai également apprécié le fait que le récit ne soit pas dénué d’humour – souvent noir certes, mais je dois avouer que j’aime ça !

Un récit bien rythmé et maîtrisé qui devrait plaire à ceux qui aime les romans et les films d’actions un peu barrés.

Le Cherche Midi, Collection NéO, juin 2012