Archive pour octobre 2012

Ray Bradbury – La foire des ténèbres

La foire des ténèbres de Ray BradburyPrésentation de l’éditeur : Quelques jours avant Halloween, la foire est arrivée à Green Town en pleine nuit, dans un train mystérieux. Jim et Will ont entendu le chant de l’orgue et le sifflet du train, ils ont vu la foire débarquer. Seuls témoins d’événements inquiétants, ils savent qu’elle a de noirs desseins. Un carrousel qui, en tournant à rebours, inverse le cours du temps, la plus belle femme du monde endormie dans un bloc de glace, un homme qui a le pouvoir d’exaucer les vœux les plus fous… Telles sont les attractions de cette foire de cauchemar.

Mon avis : Halloween oblige, il me fallait trouver dans ma PAL une lecture de circonstance. Et je n’ai pas eu à chercher bien longtemps puisque je n’avais pas encore eu le temps de lire La foire des ténèbres que j’avais acheté pour le challenge-hommage à Ray Bradbury organisé par Arieste.

L’atmosphère générale du roman est inquiétante. Les deux garçons, aux patronymes prédestinés, Will Halloway et Jim Nigthshade, ne sont pas les enfants les plus sages du monde pourtant, on ne leur souhaite pas de vivre ce qui leur arrive !

By the pricking of my thumbs
Something wicked this way comes.

L’arrivée du cirque, dont ils sont apparemment les seuls à voir l’envers du décor, les jettent dans la plus vive angoisse ! A qui se fier si l’on ne peut plus compter sur ses professeurs ou encore ses propres parents ? Des tensions entre les deux garçons naissent aussi assez rapidement en même temps que leur désaccord sur la manière d’agir.

Le suspens est présent jusqu’au bout de l’histoire, pourtant, je dois avouer que je n’ai pas été réellement surprise par le déroulement des évènements. Il faut dire que le roman est paru initialement en 1962 et que le thème a depuis été maintes fois exploré ; je pense que c’est cela qui a fait que ce livre n’a pas eu autant d’impact sur moi qu’il a du en avoir à l’époque ou sur un lectorat plus jeune. Malgré cela, je trouve que le roman possède de nombreuses qualités mêlant à la fois un langage poétique et un univers horrifique. En conclusion, j’ai passé un bon moment et je n’ai aucune envie d’aller au cirque !

Folio SF, octobre 2006

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un Joyeux Halloween !

Julie Otsuka – Certaines n’avaient jamais vu la mer

  Certaines n’avaient jamais vu la mer raconte l’histoire de plusieurs jeunes femmes japonaises qui ont épousé, par correspondance, des hommes établis aux États-Unis. Sur le bateau qui les emmène dans leur nouveau foyer, elles s’imaginent leur première rencontre avec leur époux, leur nouvelle maison et toutes les belles choses modernes qu’elles vont pouvoir s’acheter. Pourtant la désillusion est grande en arrivant au port de San Francisco, ces maris, qui ont le plus souvent 20 ans de plus que sur la photo qu’ils ont envoyé, ont menti sur leur situation et voilà ces jeunes japonaises fraîchement débarquées sans parler un seul mot d’anglais obligée de travailler pour assurer leur subsistance. Puis la guerre éclate et les soupçons s’éveillent, quel avenir pour ces familles déracinées ?

Je suis tombée sous le charme dès les premières lignes. Cette façon d’écrire, donnant voix à toutes ces femmes au destin similaire et ayant pourtant chacune une histoire différente, formant ainsi une chorale aux accents tantôt puissants tantôt mélancoliques.

Je ne veux pas dévoiler trop de choses sur le contenu du livre mais je vous recommande fortement de vous plonger dans ce texte qui m’a à la fois touchée et passionnée, non seulement par son style mais aussi par son propos.

Un texte magnifique à lire absolument !

Julie Otsuka est également l’auteure de Quand l’empereur était un dieu que je vais m’empresser de me procurer !

Phebus, août 2012

KIM Tak-Hwan – Les romans meurtriers

KIM Tak-Hwan - Les romans meurtriersEn 1778, dans l’ancien royaume coréen de Joseon, une série de meurtres a été perpétrée. Le point commun entre ces assassinats est la présence, au chevet des morts, d’un roman du célèbre écrivain Cheong Un-Mong. Le coupable présumé est rapidement exécuté mais la situation se corse lorsque les meurtres continuent… Yi Myeong-Bang, dosa de la Haute Cour de Justice, est chargé de l’enquête. Entre complots et trahisons, il va rechercher le coupable sans relâche tout en espérant racheter sa faute auprès de la femme dont il est tombé amoureux.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, notamment parce que l’intrigue se déroule dans le milieu de la littérature à une époque où les intellectuels et les artistes, en particulier ceux qui s’intéressaient aux nouvelles sciences venues de Chine, étaient souvent considérés comme une menace. L’auteur a astucieusement intégré à son récit des personnages ayant réellement existé ce qui n’a pas manqué d’éveiller mon intérêt et donné envie d’approfondir mes maigres connaissances sur la Corée et sur cette période.

Une enquête sympathique dans une atmosphère à laquelle je ne suis pas habituée, ce fût plutôt une bonne surprise.

Picquier poche, mai 2012

Concours STAR #5 – Semaine #1

Le concours STAR organisé par Liyah a débuté le 20 octobre dernier. Elle propose pour ceux qui le souhaite de faire un petit bilan tous les vendredis, il est donc temps de voir ce que j’ai lu cette semaine !

J’ai terminé :

Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka

Et lu :

La foire des ténèbres de Ray Bradbury

Le roman de Bergen, tome 4 de Gunnar Staalesen

La guerre du bruit (Le chaos en marche, tome 3) de Patrick Ness

Le triomphe de l’œuf de Sherwood Anderson

Je vous donne rendez-vous vendredi prochain avec de nouvelles lectures !

Armistead Maupin – Autres chroniques de San Francisco

Armistead Maupin - Autres chroniques de San FranciscoCe troisième volume des Chroniques de San Francisco, dont le titre, bien qu’explicite, ne brille pas par son originalité, fût une lecture très agréable et une fois de plus je n’ai pas réussi à le lâcher avant la fin – même si c’était pendant le marathon de lecture et qu’il était 5h du matin !

C’est toujours un plaisir de retrouver Mme Madrigal, Mary Ann et Michael, mes trois personnages préférés de la série, au 28 Barbary Lane. L’ambiance à San Francisco a quelque peu changé, nous sommes maintenant dans les années 80 et nos personnages ont évolué ainsi que leurs relations. Un passage, que je ne raconterai pas en détails mais que ceux qui l’ont lu se rappellent sans doute, m’a complètement révolté. J’ai beaucoup de mal à supporter l’intolérance, surtout quand elle est assortie de violence, mais c’est aussi ce qui fait que j’aime les romans d’Armistead Maupin, il n’hésite pas à montrer tous les aspects de la vie à San Francisco, une ville qui, si elle fait souvent rêver, a aussi, comme partout, ses mauvais côtés.

J’ai quand même un tout petit peu moins aimé ce troisième volume que les deux tomes précédents, mais vraiment à peine ! J’ai juste regretté l’absence de certains personnages alors que d’autres, que j’aime moins, sont projetés sur le devant de la scène. Pas besoin néanmoins de vous dire que je lirai sans faute la suite !

10/18, septembre 2000

Rain Mitchell – Les chroniques de Lady Yoga

Rain Mitchell - Les chroniques de Lady YogaPrésentation de l’éditeur : Au studio de yoga de Lee, on apprend à lâcher prise. Un art qui ouvre de nouvelles perspectives à Katherine, masseuse et ex-junkie ; Imani, star de télé dépressive ; Stephanie, agent à Hollywood, paumée ; et Graciela, danseuse abîmée guettant le casting. Mais lorsque Lee se voit offrir l’opportunité d’un mirifique contrat avec YogaHappens, le véritable Starbucks du yoga, elle glisse doucement vers l’intranquilité. Comment pourrait-elle trahir ses fidèles de toujours ? Encouragée par son futur ex-mari Alan, Lee va-t-elle se laisser tenter par cette proposition ?

Mon avis : Soyons honnête, Les chroniques de Lady Yoga est un roman que je n’aurais sans doute pas acheté. Mais après l’avoir gagné grâce à Vendredi Lecture et aux éditions 10/18 – que je remercie au passage – ma curiosité a été attisée et je n’ai pas tardé à y mettre le nez.

Même si je l’ai ouvert sans trop d’a priori, j’avais un peu peur de ce que j’allais découvrir. Pourtant, j’ai fini par m’attacher à ces personnages qui m’ont à la fois émue et amusée. Certaines situations frisent parfois le ridicule mais je dois dire que ce livre m’a tout de même fait réfléchir à la manière dont j’aurais, à la place des personnage, tenté de surmonter certains obstacles. Et puis, il faut aussi dire que j’aime beaucoup le yoga – même si je ne suis qu’une débutante – et que le fait que l’essentiel de l’histoire se passe dans un studio de yoga m’a bien plu !

Un roman agréable avec lequel j’ai passé un bon moment.

10/18, juin 2012

Marie Lu – Legend

Marie Lu - LegendJune est une jeune prodige de quinze ans, elle a obtenu la note la plus haute à l’examen et semble destinée à faire de grandes choses. Elle a pour ambition d’embrasser la carrière militaire tout comme son grand-frère.

Day est le criminel le plus recherché du territoire mais cela ne l’empêche pas de tenter le tout pour le tout lorsqu’il s’agit de protéger ses proches. Alors qu’il tente de s’enfuir après avoir volé des médicaments destinés à sa famille, il lance son couteau sur son poursuivant avant s’enfuir dans les souterrains.

Lorsque Metias Iparis est retrouvé mort, Day est immédiatement accusé. Et c’est à June qu’est confiée la mission de retrouver le meurtrier de son frère…

Cela faisait pas mal de temps que je n’avais pas lu de dystopie, notamment parce qu’à un certain moment, j’ai eu l’impression de lire tout le temps la même chose. C’est donc à la fois avec angoisse et curiosité que j’ai ouvert Legend.

Dès les premières pages, je me suis plongée dans l’intrigue avec avidité. J’ai d’emblée aimé le fait que tout oppose les deux personnages principaux et qu’on ne voit pas ce qui pourrait les rapprocher. Par ailleurs, l’auteure a réussi à établir un bon équilibre entre l’action et l’histoire d’amour pour que le lecteur ne s’ennuie pas. Le contexte est également intéressant même si on a assez peu d’informations sur ce qui est arrivé, j’imagine que cela viendra dans la suite de la série.

Le scénario de Marie Lu est vraiment bien ficelé et plein de surprises et ses personnages ont des caractères bien trempés, j’ai donc été tout à fait séduite par ce premier tome !

Je remercie Amadis de me l’avoir conseillé, ce roman a complètement répondu à mes attentes ! A mon tour, je vous encourage à le lire.

Le tome 2, Prodigy, est prévu pour janvier 2013 en VO, espérons que la version française suivra rapidement !

Castelmore, septembre 2012

Tammara Webber – Easy

Tammara Webber - EasyJacqueline vient de se faire plaquer par son copain avec qui elle était depuis 3 ans alors qu’ils viennent tout juste d’entrer à l’université. Elle accepte tout de même d’aller avec ses amis à la soirée organisée pour Halloween, seulement le cœur n’y est pas et elle préfère rentrer tôt. C’est alors qu’elle est agressée sexuellement par le meilleur ami de son ex. Heureusement, le beau Lucas se trouvait tout près de la scène et intervient avant que cela n’aille trop loin.

Traumatisée, Jacqueline refuse d’appeler la police ou d’en parler à sa meilleure amie et garde pour elle ce qui vient de se passer en espérant pouvoir l’oublier rapidement. Cependant, lorsqu’elle constate que Lucas suit le même cours d’économie qu’elle, elle ne peut s’empêcher de repenser à cette nuit-là… Dire qu’elle ne l’avait jamais remarqué alors qu’il a un physique à tomber raide !

Par ailleurs, il se trouve qu’elle a justement loupé son examen d’économie et que son professeur lui assigne un tuteur qui devra l’aider à rattraper sa note. Il s’agit d’un certain Landon Maxfield avec qui elle commence à échanger des mails qui ne restent pas toujours dans les limites du tutorat même si elle ne sait absolument pas à quoi il ressemble…

Même si ça n’a pas été un coup de cœur comme pour Cécile ou Mlle Pointillés, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture ! J’ai aimé les questions que Jacqueline se pose sur Lucas et le fait qu’elle ne sache pas si elle lui plait ou non, j’ai aimé le flirt par e-mail avec Landon alors qu’elle ne sait pas à quoi il ressemble (si elle savait, hiiii !), j’ai aussi aimé sa copine Erin qui a toujours des supers idées ! Hormis le côté romantique, c’est aussi un roman qui aborde un thème sérieux, celui du viol, et j’ai trouvé cet aspect très intéressant car on a pas toujours l’occasion de trouver ce genre de réflexion dans ce type d’ouvrage.

Moi qui n’avait pas lu ce genre de roman depuis longtemps et qui avait envie de lire une histoire d’amour, j’ai été servie ! C’était le livre idéal ! Il n’y a qu’une décision de l’héroïne qui m’a un peu déplu et apporte un rebondissement un peu trop convenu mais à part ça, j’ai vraiment passé un très bon moment.

Si vous lisez l’anglais, je vous conseille de vous le procurer au plus vite ; pour les autres, il n’y a qu’à espérer qu’il sera traduit en français !

Benjamin Reiss – Tokyoland

2046, Jean-Yves Brückmann, illustrateur de bande dessinée, est invité à Tokyo pour participer à une conférence. Il se remémore alors son séjour au Japon quarante ans plus tôt et les raisons qui l’avaient poussé à y aller.

Voici une BD qui devrait rappeler des souvenirs à tous ceux qui sont allés passer du temps au Japon ! J’y ai retrouvé beaucoup de choses qui me sont arrivées ou que des amis m’ont racontées (je fais notamment référence aux relations amoureuses avec des japonais(e)s) et ces anecdotes sont souvent drôles. Si vous n’êtes pas familier du pays, en revanche, vous pourriez apprendre quelques petites choses.

Je regrette un peu, toutefois, que l’histoire se focalise à un certain moment sur les problèmes de Jean-Yves avec d’autres étrangers plutôt que sur le contraste entre les mœurs japonaises et européennes. Je m’attendais à plus d’anecdotes sur les particularités qu’on peut trouver à Tokyo et les diverses situations dans lesquelles on peut se retrouver en tant qu’immigré ; en somme, je m’attendais à plus de situations comiques.

J’ai tout de même passé un bon moment avec cette BD, si le sujet vous intéresse, il n’y a aucune raison de ne pas y jeter un œil !

Léon Tolstoï – Anna Karénine

Anna se rend en visite chez son frère Stiva qui lui a demandé de l’aide, en effet, son épouse Dolly a découvert sa liaison avec une autre femme et menace de le quitter. Il espère qu’Anna pourra la faire changer d’avis.

En arrivant à la gare, elle rencontre pour la première fois le Comte Alexei Kirillovich Vronsky, une rencontre qui ne les laissera indifférent ni l’un ni l’autre.

Plus tard, alors qu’Anna séjourne toujours chez Stiva, un bal est organisé au cours duquel Vronsky l’invite à danser. Bouleversée par les émotions qu’elle ressenti dans ses bras, elle rentre retrouver son mari à Saint-Pétersbourg. C’est en le revoyant qu’elle se rend compte qu’elle ne l’a en fait jamais aimé…

Par ailleurs, au même moment, Levine, riche propriétaire, fait sa demande à la sœur de Dolly, Kitty, jeune fille de dix-huit printemps. Celle-ci le rejette, pensant que Vronsky va la demander en mariage. Lorsqu’elle se rend compte que celui-ci n’a d’yeux que pour Anna, sa santé commence à se dégrader…

Cette relecture a été bien meilleure que la première, en partie sans doute du fait qu’à l’époque j’étais beaucoup moins mature, d’autre part, parce que j’ai attaqué le roman avec un tout autre état d’esprit et l’envie de voir cette histoire sur grand écran ! Lors de ma première lecture, je m’étais focalisée sur ce qui arrive à Anna à la toute fin du récit (élément qui m’avait été spoilé maintes et maintes fois…) sans vraiment m’intéresser aux conséquences de sa liaison avec Vronsky, encore moins à l’histoire de Levine qui est pourtant un personnage passionnant ! Cette fois, je me suis aussi beaucoup plus intéressée aux sentiments d’Anna et aux réactions que ses actions ont suscité dans la société. Qu’aurais-je fait à la place d’Anna ? je continue à me le demander…

Certes, c’est un roman très long, oui, parfois, j’en ai eu marre (j’ai d’ailleurs alterné avec d’autres lectures pour me distraire), mais cette histoire vaut largement le coup qu’on y investisse du temps. J’ai redécouvert les personnages avec un nouveau regard et j’en suis ravie, je ne resterai donc pas sur une sensation d’inachevé.

Une relecture qui m’a réconciliée avec Tolstoï et qui va me permettre de m’attaquer à la prochaine étape : Guerre et paix !

Je vous encourage vivement à aller lire les billets des participantes à cette lecture commune : Arieste, Cécile, Grignoteuse, Malika, Malorie, Miss Leo, Philisine Cave, Sandy, Shelbylee, Touloulou et Une comète. J’espère que je n’ai oublié personne, si c’est le cas, je m’en excuse et j’accepte les coups de fouets (ben quoi, c’est la mode non ?). Laissez-moi juste un petit mot et je vous rajouterai !

Ce fût une lecture commune très agréable en ce qui me concerne mais la longueur du livre a cependant posé quelques problèmes, je rajouterai donc au fur et à mesures les billets des participantes. Stay tuned !

Je vous laisse avec la bande annonce du film dont la sortie en France est prévue le 5 décembre 2012.

Et une lecture de plus pour le challenge Gilmore Girls de Karine !