Archive pour 31 octobre 2012

Ray Bradbury – La foire des ténèbres

La foire des ténèbres de Ray BradburyPrésentation de l’éditeur : Quelques jours avant Halloween, la foire est arrivée à Green Town en pleine nuit, dans un train mystérieux. Jim et Will ont entendu le chant de l’orgue et le sifflet du train, ils ont vu la foire débarquer. Seuls témoins d’événements inquiétants, ils savent qu’elle a de noirs desseins. Un carrousel qui, en tournant à rebours, inverse le cours du temps, la plus belle femme du monde endormie dans un bloc de glace, un homme qui a le pouvoir d’exaucer les vœux les plus fous… Telles sont les attractions de cette foire de cauchemar.

Mon avis : Halloween oblige, il me fallait trouver dans ma PAL une lecture de circonstance. Et je n’ai pas eu à chercher bien longtemps puisque je n’avais pas encore eu le temps de lire La foire des ténèbres que j’avais acheté pour le challenge-hommage à Ray Bradbury organisé par Arieste.

L’atmosphère générale du roman est inquiétante. Les deux garçons, aux patronymes prédestinés, Will Halloway et Jim Nigthshade, ne sont pas les enfants les plus sages du monde pourtant, on ne leur souhaite pas de vivre ce qui leur arrive !

By the pricking of my thumbs
Something wicked this way comes.

L’arrivée du cirque, dont ils sont apparemment les seuls à voir l’envers du décor, les jettent dans la plus vive angoisse ! A qui se fier si l’on ne peut plus compter sur ses professeurs ou encore ses propres parents ? Des tensions entre les deux garçons naissent aussi assez rapidement en même temps que leur désaccord sur la manière d’agir.

Le suspens est présent jusqu’au bout de l’histoire, pourtant, je dois avouer que je n’ai pas été réellement surprise par le déroulement des évènements. Il faut dire que le roman est paru initialement en 1962 et que le thème a depuis été maintes fois exploré ; je pense que c’est cela qui a fait que ce livre n’a pas eu autant d’impact sur moi qu’il a du en avoir à l’époque ou sur un lectorat plus jeune. Malgré cela, je trouve que le roman possède de nombreuses qualités mêlant à la fois un langage poétique et un univers horrifique. En conclusion, j’ai passé un bon moment et je n’ai aucune envie d’aller au cirque !

Folio SF, octobre 2006

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un Joyeux Halloween !