Archive pour 16 mai 2013

Roberto Bolaño – Le Troisième Reich

Roberto Bolaño - Le Troisième ReichUdo Berger, champion allemand d’un jeu de plateau appelé Le Troisième Reich, est en vacances sur la Costa Brava avec sa fiancée Ingeborg, dans l’hôtel où il avait l’habitude d’aller avec ses parents quand il était petit. Il y retrouve Frau Else, la gérante de l’hôtel qui le fascine depuis son enfance, puis fait la connaissance d’un autre couple de vacanciers allemands, de deux autochtones mystérieux nommés dans le roman comme le Loup et l’Agneau (je n’ai toujours pas compris pourquoi), et enfin du Brûlé – surnommé ainsi en raison des brûlures qui couvrent son visage – qui gère une location de pédalos sur la plage…

Depuis ma lecture de 2666, j’avais très envie de lire un autre roman de Roberto Bolaño ; c’est sur le premier roman écrit par l’auteur que mon choix s’est porté bien qu’il soit paru à titre posthume en 2010 (l’écrivain chilien est décédé en 2003).

Si je n’ai pas été emballée d’emblée par ma lecture, je dois dire que plus j’avançais plus j’étais curieuse de voir ce qui allait se passer. Les personnages ont exercé sur moi une certaine fascination même si je n’ai pas réussi à les comprendre. Chacun d’entre eux vit avec son obsession au risque qu’elle les mène à leur propre perte…

J’ai terminé ce roman avec un sentiment mitigé, la construction du récit est linéaire, le style simple, tout le contraire de ce qui m’avait plu dans 2666, et pourtant, ce premier roman laissait déjà présager du talent de l’auteur. L’histoire n’est pas forcément palpitante mais le récit tire sa force dans la personnalité des divers protagonistes et dans leurs relations étranges voire malsaines.

Le Troisième Reich fait partie de cette catégorie de romans dont je ne sais pas trop quoi penser, dont j’ai aimé certains aspects tout en étant écœurée ou déçue par d’autres et que je n’ai pourtant pas été capable de lâcher avant la fin. Je reste perplexe.

Folio, mars 2013