Archive pour 11 juin 2013

Stephen Fry – Le faiseur d’histoire

Stephen Fry - Le faiseur d'histoireLe récit se découpe en deux parties, une première partie dans laquelle nous faisons la connaissance du personnage principal, Michael Young, étudiant en histoire sur le point de remettre sa thèse de doctorat. Toujours dans cette première partie, nous assistons à sa rencontre avec le professeur Zuckermann, un physicien, qui tombe par hasard sur la thèse de Michael et dont le sujet l’intéresse tout particulièrement. C’est dans la seconde partie, que nous basculons dans l’uchronie, conséquence de la rencontre de ces deux personnages qui ont décidé de refaire l’histoire…

J’ai tout de suite bien aimé cette lecture, d’une part pour l’histoire en train de se mette en place mais aussi parce que Stephen Fry nous raconte tout cela avec beaucoup d’humour ! Toutefois, cette mise en place, on ne peut plus nécessaire, est tout de même un peu longue et c’est dans la deuxième partie que j’ai vraiment accroché et que j’ai commencé à dévorer Le faiseur d’histoire. L’uchronie est un genre que j’aime beaucoup – quand c’est bien fait, évidemment – car cela nous permet d’imaginer un monde différent de celui dans lequel nous vivons et de se demander si un seul petit changement dans la ligne temporelle n’aurait pas des conséquences catastrophiques. (On peut également imaginer que cela aurait des conséquences bénéfiques mais je ne sais pas si un scénario de ce type serait aussi attrayant). J’ai donc passé un très bon moment avec ce roman du célèbre humoriste, acteur, réalisateur et dans le cas présent écrivain : Stephen Fry. Je dois malheureusement mettre un petit bémol à mon enthousiasme, je ne suis pas certaine que la fin soit plausible… Soit elle manque d’explications soit c’est moi qui ai raté quelque chose – il faudrait peut-être que je la relise pour en être sûre – mais je n’arrive pas à comprendre comment on en arrive à cette conclusion !

Exceptée cette fin, c’est un roman que je recommande pour l’imagination de l’auteur, pour son humour et pour sa façon de manipuler l’histoire qui est assez jouissive !

Folio, avril 2011

keep-calm-and-read