Virginia Woolf – Les vagues

Virginia Woolf - Les vaguesQuatrième de couverture : Publié en 1931, Les Vagues se compose d’une succession de monologues intérieurs entrecroisés de brèves descriptions de la nature. Chaque personnage donne sa voix et se retire dans un mouvement rythmé qui évoque le flux et le reflux des marées. « J’espère avoir retenu ainsi le chant de la mer et des oiseaux, l’aube et le jardin, subconsciemment présents, accomplissant leur tâche souterraine… Ce pourraient être des îlots de lumière, des îles dans le courant que j’essaie de représenter ; la vie elle-même qui s’écoule. »

Les vagues est un récit raconté par six narrateurs différents : Susan, Rhoda, Jinny, Bernard, Neville et Louis, et met également en scène un septième personnage, Percival, que nous suivons depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte. Le fait que le récit se déroule au présent le rend très vivant et m’a donné l’impression que les scènes se déroulaient devant moi ce que j’ai trouvé à la fois agréable et déconcertant.

Le récit est aussi entrecoupé d’interludes poétiques décrivant le bord de mer à différents moments de la journée. Ces passages, bien que courts, sont pour moi de toute beauté.

Toutefois, je ressors un peu déboussolée de cette lecture et je pense que ce roman méritera que je m’y replonge plus tard pour en saisir tous les aspects. Comme à chaque fois, je suis émerveillée par la virtuosité de l’écriture de Virginia Woolf même si elle n’est pas toujours facile à suivre !

Le livre de poche, octobre 1982

Cette lecture rentre bien entendu dans le cadre du mois anglais organisé par Lou et Titine !

keep-calm-and-read

Publicités
  1. Comme je dois lire un livre de cette auteure, je note ce titre. Ton billet attise ma curiosité.

  2. En voilà un que je lirai bien d’elle en espérant qu’il me donne moins de fil à retordre que « La traversée des apparences »…

  3. J’ai été comme toi totalement émerveillée par l’originalité de la construction de ce roman. Je trouve qu’il se dégage de ce roman beaucoup de poésie, de mélancolie et de beauté. J’ai été enthousiasmée par ma lecture.

  4. j’ai lu un recueil de nouvelles pour cette LC également déconcertant, expérimental mais avec de superbes phrases
    je n’ai pas lu les vagues mais j’ai tellement envie d’approfondir son œuvre grâce à la pléiade que j’ai à la maison
    et je pense que Woolf est à lire, relire, en se concentrant sur quelques passages, et là ces successions de monologues avec « vignettes poétiques », ce doit être prodigieux

  5. Toi aussi, comme Anis, tu penses qu’une relecture s’impose dans quelque temps. Bref un livre suffisamment intéressant pour interroger son lectorat. J’aime assez l’idée.

  6. J’ai eu un peu la même impression à la lecture. C’est très beau et très déconcertant.

  7. Tu me donnais envie avec les 6 narrateurs mais ta conclusion m’a un peu refroidie… je passe…

  1. 17 juin 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :