Archive pour octobre 2013

Stephen King – Carrie

Stephen King - CarrieA l’occasion de la lecture commune autour de Stephen King, organisée dans le cadre du challenge US chez Noctenbule, j’ai eu envie de relire le roman qui m’a permis de découvrir l’auteur il y a 20 ans.

A l’époque – j’avais alors 13 ans – certaines scènes m’avaient beaucoup marquée, la scène d’introduction dans les douches notamment, et étaient restées très vives dans ma mémoire. Je les ai trouvé aussi percutantes lors de cette relecture.

De plus, la construction du récit est prenante, et même si je connaissais l’issue du roman, j’ai tourné les pages avec avidité.

Cette relecture, contrairement à la première, m’a permis de redécouvrir le personnage de Mrs Margaret White, la mère de Carrie. En effet, à l’époque, j’avais surtout été marquée par l’attitude des camarades de classe de Carrie plus que par sa mère alors que sa personnalité donne une dimension cruciale au récit. Il faut croire que mes préoccupations d’adolescentes n’étaient pas les mêmes que maintenant !

En conclusion, cette relecture a été aussi bonne que la première, même si j’ai appréhendé le livre différemment avec un regard d’adulte.

Je vous conseille donc ce premier roman de Stephen King auquel je dois en grande partie ma passion pour la lecture et pour tout ce qui touche au fantastique ou à l’imaginaire.

J’ai lu, mars 1993

Une nouvelle adaptation ciné sortira le 4 décembre prochain en France. Il sort la semaine prochaine au Japon, je vous en reparlerai quand j’aurai pu le voir. Le film est réalisé par Kimberly Peirce. Les rôles de Carrie et de sa mère sont tenus respectivement par Chloë Grace Moretz et Julianne Moore.

Ayant beaucoup aimé la première adaptation de 1976 signée Brian de Palma avec Sissy Spacek, Piper Laurie ou encore John Travolta, je vais avoir beaucoup de mal à ne pas comparer les deux ! Quoi qu’il en soit, je suis vraiment curieuse de voir si ce nouveau film aura la même impact !

Carrie

Du côté des challenges : Le challenge Gilmore Girls chez Touloulou ; le challenge US chez Noctenbule ; lu pendant le Marathon de lecture d’Halloween organisé par Hilde, Lou et Karine.

Georgia Caldera – Réminiscences (Les Larmes Rouges #1)

Georgia Caldera - Réminiscences (Les Larmes Rouges 1)Présentation de l’éditeur : « Le temps n est rien, il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.

Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s y méprendre avec la réalité.

Si vous m’avez suivi pendant le marathon de lecture d’Halloween qui a eu lieu les 12 et 13 octobre dernier, vous savez déjà que j’ai dévoré la moitié du roman en quelques heures. Et bien, il ne m’a pas fallu beaucoup plus de temps pour le terminer tant l’écriture est plaisante et le récit rythmé.

L’atmosphère de l’histoire y est également pour beaucoup, Cornélia, après sa tentative de suicide, est emmenée par son père dans une maison de famille située dans un petit village et voisine d’une demeure pour le moins inquiétante, tout comme son propriétaire.

J’ai aimé les rêves de Cornélia et le moment où elle commence à se poser des questions sur Henri de Maltombes, comme si elle le connaissait déjà… Et j’avoue que j’étais aussi intriguée qu’elle par cet homme qui m’a rapidement séduite !

Il y a toutefois un personnage qui m’a franchement cassé les pieds, la patronne/copine de Cornélia, et eussé-je été l’héroïne, je l’aurais envoyé balader bien vite. Georgia Caldera a heureusement donné à son héroïne plus de patience que je n’en aurais jamais !

Une histoire bien ficelée, bien écrite, pas forcément novatrice si on l’habitude de ce genre de récits, mais qui se lit avec délice.

Le suite, Déliquescence, est prévue aux éditions J’ai lu en mars 2014. Une sortie que je vais surveiller de près !

J’ai lu, Darklight, septembre 2013

Du côté des challenges : A tous prix chez Asphodèle, Prix Merlin 2012 ; lu pendant le Marathon de lecture d’Halloween organisé par Hilde, Lou et Karine.

Alden Bell – Les faucheurs sont les anges

Alden Bell - Les faucheurs sont les angesQuatrième de couverture : Temple a quinze ans. Elle ne peut se souvenir du monde tel qu’il était avant, il y a vingt-cinq ans… Avant que les morts ne reviennent à la vie, avant de se retrouver seule ou presque, sans personne d’autre qu’elle-même pour assurer sa survie. Heureusement, elle semble faite pour ça, et son périple sur les routes des États-Unis lui permet de se nourrir chaque jour de la beauté du monde. Pourquoi, dès lors, éprouver le moindre ressentiment pour les autres : les limaces, les sacs à viande… les zombies.

Temple est une héroïne intelligente et courageuse, c’est le premier atout de cette histoire de zombies où on a plutôt l’habitude de voir des cruches sans cervelles. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à la suivre dans son road-trip, d’autant qu’elle n’a aucune soif de sauver le monde, elle essaye juste de survivre, avec l’espoir de trouver un endroit paisible où se reposer. Un espoir qui semble bien mince dans ce monde infesté de créatures mortes-vivantes et d’humains ayant perdu toute morale.

Un roman bien écrit, intelligent et rythmé que je vous conseille si vous aimez les ambiances post-apocalyptiques et les histoires de zombies !

Folio, août 2013

Du côté des challenges : Le challenge US chez Noctenbule ; lu pendant le Marathon de lecture d’Halloween organisé par Hilde, Lou et Karine.

James Dashner – Le Labyrinthe

James Dashner - Le LabyrintheQuatrième de couverture : Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier… Il se retrouve entouré d’adolescents dans un lieu étrange, à l’ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d’acier. Chaque nuit, le plan en est modifié. Thomas comprend qu’une terrible épreuve les attend tous. Comment s’échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire…

Ce roman est un véritable page-turner, une fois commencé, il m’a été impossible de le poser ; et le pire, c’est que je n’avais même pas prévu de le lire, je l’ai pris dans ma PAL sans réfléchir et j’ai vraiment bien fait !

Le labyrinthe est le premier tome d’une dystopie totalement efficace. Le mystère qui règne autour du labyrinthe est aussi fascinant qu’effrayant, tout comme les raisons pour lesquelles ces adolescents sont enfermés dans ce camp. On se demande bien pourquoi ils n’ont aucun souvenir de leur passé, ce qui a pu arriver à l’extérieur, et surtout, qui sont ceux qui tirent les ficelles…

The Maze Runner_poster 1

Un bon roman YA qui plaira aussi bien aux filles qu’aux garçons !

Mon unique crainte est que la suite ne soit pas à la hauteur…

Le tome 2, La terre brûlée, est sorti le 14 août dernier, toujours aux éditions Pocket jeunesse.

Pocket Jeunesse, octobre 2012

Un film adapté de ce roman est a priori prévu pour février 2014 en France.

The Maze Runner est réalisé par Wes Ball ; pour le casting, le rôle de Thomas est interprété par Dylan O’Brien (Stiles dans Teen Wolf), il sera entouré, entre autres, de Will Poulter (We’re the Millers), Thomas Brodie-Sangster (Jojen Reed dans Game of Thrones), et Kaya Scodelario, connue pour son rôle dans la série Skins.

Il n’existe pas encore de trailer (en tout cas je n’en ai pas trouvé) mais les images me donnent déjà sacrément envie de le voir !

The Maze Runner_poster

KIRINO Natsuo – Intrusion

KIRINO Natsuo - IntrusionQuatrième de couverture : Au départ, il ne s’agissait que d’un livre… Tamaki est écrivain et son prochain ouvrage a pour sujet O., l’héroïne du célèbre roman de Mikio Midorikawa, Innocent. O., l’amour fou, la femme de l’ombre, celle qui disparaît… Pour Tamaki, O. existe réellement. Qui est-elle ? Qu’est-elle devenue ? Obnubilée par ce personnage, Tamaki part sur sa piste. Plusieurs O. surgissent. Mirage ou réalité ?

J’ai proposé cette auteure pour mon challenge écrivains japonais parce que j’avais aimé ses romans Disparitions et Le vrai monde. J’ai choisi, cette fois-ci, Intrusion, parce que l’idée que le personnage principal soit un écrivain me plaisait ; malheureusement, il n’a pas été à la hauteur de mes attentes…

Pour commencer, je n’ai pas accroché à la personnalité des protagonistes ni à leurs préoccupations, ils m’ont d’ailleurs rapidement ennuyée. D’autre part, j’ai trouvé l’ensemble confus ; j’apprécie pourtant, d’habitude, les romans qui flirtent entre la réalité et le fantastique mais ici la formule n’a pas fonctionné. J’ai vraiment le sentiment d’être passée à côté.

J’avoue cependant avoir un peu bâclée ma lecture, n’ayant toujours pas accroché à la moitié du bouquin (et après avoir lu un tas de critiques négatives sur babelio ou encore goodreads)…

En conclusion, je l’ai trouvé très décevant comparé aux deux romans que je connaissais. Je lirai sans doute ses autres livres, pour ne pas rester sur une mauvaise impression et parce que les critiques sont meilleures, mais ça ne sera pas pour tout de suite !

Points, septembre 2012

Du côté des challenges : Challenge Écrivains japonais ici-même.

Logo écrivains japonais_1

J.D. Salinger – Franny et Zooey

J.D. Salinger - Franny et ZooeyFranny et Zooey n’est pas à proprement parler un roman – même s’il paru comme tel – mais une série de deux récits.

Dans le première histoire, Franny, est une jeune fille qui rend visite à son petit ami à l’université. La majeure partie de la nouvelle se déroule pendant qu’ils déjeunent au restaurant. Elle est obsédée par un petit livre qu’elle a glissé dans son sac à main et qu’elle refuse de lui montrer. Le comportement de Franny et son obsession m’ont pas mal énervée mais j’ai pourtant beaucoup aimé la chute de la nouvelle que j’ai trouvée bien amenée.

Quant à Zooey, il s’agit en fait d’un des frères aînés de la jeune femme. On apprend que cette dernière est retournée dans sa famille plutôt qu’à l’université et qu’elle ne quitte plus le canapé, toujours obsédée par Récits d’un pèlerin russe, livre qu’elle a trouvé dans la chambre de ses frères ainés. Cette deuxième nouvelle est composée de deux parties essentielles. La première met en scène Zooey et sa mère Bessie et nous montre le fossé qui existe entre sa façon de penser et celle de ses enfants. La seconde partie, qui occupe la plus grande partie du livre , est constituée d’un long dialogue entre Franny et Zooey dans lequel il lui explique sa façon de penser et essaie de la faire redevenir elle-même.

Ce livre aborde notamment le thème de la religion via la crise mystique que traverse Franny mais il parle aussi et surtout, à mon avis, de la difficulté de trouver sa place et son but dans le monde.

Une lecture intéressante et qui apporte matière à réflexion.

Robert Laffont, Pavillons poche, mars 2010

Du côté des challenges : Le challenge US chez Noctenbule ; challenge Gilmore Girls chez Touloulou.

Kate Quinn – La maîtresse de Rome

Quatrième de couverture : Jeune esclave juive soumise aux caprices de l’arrogante Lepida Pollia, sa maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s’emploie de son mieux à les séparer. Cette dernière n’est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. Grâce à ses talents de musicienne, la belle Thea ne tarde pas à être remarquée de l’aristocratie romaine… et d’un dangereux admirateur : l’empereur Domitien, un homme brillant mais cruel qui en fait sa favorite. Devenue la femme la plus influente de Rome, Thea doit plus que jamais garder son amour pour Arius secret.

Kate Quinn - La maîtresse de Rome

Lorsque j’ai commencé à lire La maîtresse de Rome, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la série TV Spartacus. J’ai tout de suite aimer l’ambiance de la Rome antique, mais on ne peut pas dire que l’histoire me passionnait, la liaison entre une esclave et un gladiateur avait un petit goût de déjà vu… Pourtant, plus j’avançais, plus je trouvais le roman palpitant et j’ai fini par dévorer les 300 dernières pages du livre en une après-midi !

J’ai aimé le fait que le temps passe relativement vite et que l’histoire se déroule sur plusieurs années, cela permet de voir les personnages vieillir et évoluer. Cela contribue aussi au fait que l’histoire ne piétine pas et qu’il n’y a pas de longueurs.

L’histoire de Thea ne serait, à mon avis, pas aussi intéressante sans Lepida Pollia, la salope garce méchante de service, jalouse d’elle depuis le début. Le pire, c’est qu’en plus d’être méchante, elle est conne elle n’est pas intelligente, ce qui lui ôte tout le respect que j’aurais pu avoir pour un personnage mauvais mais brillant, j’ai donc pris un plaisir malsain à la haïr !

Pour conclure, j’ai donc passé un excellent moment avec cette romance historique et je ne manquerai pas de lire le deuxième tome de la trilogie !

Pocket, juin 2013

Charlaine Harris – La reine des vampires

Charlaine Harris - La reine des vampiresLorsque Calypso a annoncé le mot de cette dix-neuvième session de son challenge Un mot, des titres – à savoir le mot Reine – je me suis dit que c’était l’occasion de sortir le sixième tome de La communauté du Sud qui trainait dans ma PAL depuis un bail.

Dans le genre, j’avais plutôt apprécié les débuts de la série ; j’avais même réussi à passer outre la stupidité de Sookie ! Mais au bout du sixième tome, quand même, elle a fini par m’énerver… On dirait qu’elle n’a tiré aucune leçon de ses expériences passées ! Il n’empêche que ça se lit bien et qu’on a pas conscience de tourner les pages, c’est donc que la formule fonctionne !

Ayant aussi suivi la série TV True Blood, je ne peux m’empêcher de constater que l’intrigue est beaucoup plus lente dans les livres mais je trouve que les scénaristes ont su garder les éléments les plus intéressants pour faire avancer l’histoire.

Cette série constitue un bon divertissement et je pense continuer à la lire à l’occasion, même si je n’ai pas une envie incontrôlable de me jeter sur la suite, car je passe toujours un bon moment !

J’ai lu, octobre 2009

Un-mot-des-titres

Laura Kasischke – A Suspicious River

Laura Kasischke - A Suspicious RiverQuatrième de couverture : « Le Swan Motel, de l’autre côté de la rue, était propre et frais – draps amidonnés, moquette beige, serviettes de toilette blanches et décentes que nous envoyions deux fois par semaine à Ottawa City, pour les faire laver, dans un camion plein de sacs-poubelle en plastique vert olive. Derrière le motel, la Suspicious River roulait ses flots noirs… » Hyperréalisme, violence et crudité, transfigurés dans un univers poétique d’une force exceptionnelle, Kasischke n’est pas sans rappeler le grand Hopper et les meilleurs cinéastes américains. Mais surtout, elle fait du lecteur un voyeur fasciné, véritable héros de cette entreprise.

Cela faisait un bon moment que je voulais découvrir Laura Kasischke et malheureusement cette première incursion dans ses écrits n’aura pas été concluante.

Je ne vais pas passer par quatre chemins pour vous dire que je me suis ennuyée… Cela avait pourtant bien commencé, le style est, certes cru, mais aussi réaliste et vraiment pas désagréable à lire, pourtant, j’ai trouvé au bout d’un moment que la trame était un peu maigre et qu’on tournait un peu en rond dans les pensées de la narratrice.

Cela ne m’empêchera pas de poursuivre ma découverte de la bibliographie de l’auteure car je ne doute pas que sa réputation soit justifiée, reste à savoir si ma déception vient du fait que cela ne correspond pas à mes goûts ou si c’est juste que son premier roman – la première publication de Suspicious River date de 1996 – n’est pas le meilleur.

Le Livre de poche, août 2013

Du côté des challenges : Romancières américaines chez Miss G ; Le challenge US chez Noctenbule.

Le marathon de lecture d’Halloween !

Le marathon de lecture d’Halloween (ou pas) est enfin là ! Vous pouvez retrouver les suivis de lecture des participants chez les organisatrices : Hilde, Lou et Karine.

1230024_10151681029956848_1884423154_n

L’heure du top départ approche pour moi, il est bientôt 10h au Japon (3h du matin en France) et voilà ce que j’ai préparé pour mes 12 heures de lecture :

RAT d'Halloween

Côté lecture : Les faucheurs sont les anges d’Alden Bell, Carrie de Stephen King (relecture) et Réminiscences de Georgia Caldera (Les larmes rouges #1), et une BD : Block 109 de Brugeas et Toulhoat que j’ai oublié au moment de prendre la photo !

Côté friandises : des kakis, des kit kat goût « pumpkin pudding », des Timtam « chewy caramel…

Comme vous le voyez, il fait beau, et je suis prête à démarrer !

RAT d'Halloween-I'm ready

Je repasserai régulièrement pour vous dire où j’en suis ! A plus tard ;)

13h12 : J’ai terminé Les faucheurs sont les anges, un roman prenant, je n’ai pas vu le temps passer ! Je vais grignoter quelque-chose et j’attaque la BD Block 109 !

15h04 : J’ai terminé la BD – sympa – et commencé ma relecture de Carrie de Stephen King c’est aussi bien que dans mon souvenir !

16h23 : Je vais commencer le roman de Georgia Caldera, Réminiscences. Il fait super chaud et je bois des litres d’eau, ça n’est pas très ambiance Halloween mais on fait avec les moyens du bord !

21h53 : J’en suis à la page 455 de Réminiscences de Georgia Caldera, je m’arrête là car n’aime pas stopper ma lecture en milieu de chapitre. J’ai hâte de savoir la suite mais mes yeux commencent à picoter, il est temps que je m’arrête !

Le bilan

Qu’est-ce que j’ai lu pendant ces 12 heures de marathon d’Halloween ?

Les faucheurs sont les anges = 306 pages

Block 109 = 198 pages

Carrie = 253 pages

Réminiscences = 455 pages

Ce qui nous fait un total de 1222 pages, mon record pour un RAT ! Il faut dire que je me sentais particulièrement en forme et aussi que j’ai moins trainé sur les blogs des copines – ce dont je m’excuse car je ne vous ai, du coup, pas beaucoup encouragé.

Un grand merci aux organisatrices et à toutes celles qui m’ont encouragé, ici ou sur facebook et bravo à tous les participants !