Alice Walker – La couleur pourpre

Alice Walker - La couleur pourprelogo_coeur« Dis jamais rien à personne qu’au Bon Dieu. Sinon ta mère elle en mourrait… »

C’est sur ces mots que s’ouvre ce roman épistolaire dans lequel Célie s’adresse au Bon Dieu.

Après la première lettre, j’ai bien failli refermer le livre… Pas parce que ça ne me plaisait pas, oh non, mais parce que j’ai cru que je n’allais pas supporter cette lecture tant j’ai été touchée par les mots de cette pauvre enfant. Car c’est encore une enfant quand son salopard de père commence à la violer. Après qu’elle ait mis au monde deux enfants qui lui seront subtilisés, son père décide de la donner en mariage à un homme du coin, , veuf avec quatre enfants, alors que celui-ci souhaitait épouser la jeune sœur de Célie, Nettie.

Une fois sa sœur partie, Nettie ne peut supporter leur père et s’enfuit de la maison familiale pour se réfugier chez Célie. Malheureusement, au bout d’un certain temps, Nettie n’est plus la bienvenue, elle est chassée par son beau-frère. Avant qu’elle ne parte, Célie lui fait promettre de lui écrire mais elle ne recevra aucune lettre…

Plus tard, on apprend que Nettie est partie en Afrique où elle est devenue missionnaire. Sa découverte du continent africain foisonne de descriptions extraordinaire ! J’ai beaucoup aimé les passages qui lui sont consacrés !

Il est difficile de vous parler de ce livre sans tout raconter car j’en ai aimé chaque page et je voudrais pouvoir vous dire tout ce qui m’a plu, mais ça serait gâcher votre plaisir si vous ne l’avez pas lu. Les destins, si différents, de ces deux sœurs sont aussi touchants que passionnants.

Un roman incontournable.

Robert Laffont, Pavillons poche, avril 2008

A la suite de cette lecture, j’ai regardé sa célèbre adaptation cinématographique, réalisée par Steven Spielberg avec une excellente interprétation de Whoopi Goldberg dans le rôle de Célie. Je dois avouer que j’ai moins aimé le film qui rentre moins en détails dans certains aspects de l’histoire malgré une durée de 2 heures 30. C’est dire si les 340 pages du livre sont riches et intenses !

Du côté des challenges : Le challenge US chez Noctenbule ; Romancières américaines chez Miss G. ; A tous prix chez Asphodèle, Prix Pulitzer en 1983.

Publicités
  1. Je l’avais reçu dans le swap de fin d’année grâce à Manu et ç’avait été un gros gros coup de cœur pour moi aussi ! Un roman bouleversant et plein de sensibilité.

  2. Tu me donnes vraiment envie de le lire, je le note,merci

  3. ton éloge fait vraiment envie!! peut-être un jour, quand j’aurais liquidé un peu ma PAL

    • Centrino
    • 3 octobre 2013

    ok merci je l´ajoute à la PAL

  4. J’aimerais beaucoup me procurer ce livre :)

    • cleanthe1
    • 3 octobre 2013

    J’ai vu le film, mais je ne connaissais pas le livre. Pavillons poche est une excellente collection.

    • Effectivement, j’aime aussi beaucoup cette collection. Si tu as l’occasion de lire le livre, n’hésite pas !

  5. Oui il est dans ma LAL, il m’a l’air vraiment tres bien et ta revue donne tres envie!

  6. Je l’ai découvert il y a quelques mois seulement et j’ai aussi beaucoup aimé (malgré les mêmes peurs au tout début!), dans le « même genre », j’ai aussi beaucoup aimé « This is why the caged bird sings » de Maya Angelou qui raconte également l’enfance d’une jeune fille noire dans le sud des Etats Unis.

    • J’ai lu aussi le livre de Maya Angelou un peu après et je n’ai pas trop aimé, j’en parlerai dans quelques jours.

  7. encore une fois tu sais donner envie, je note pour mon prochain passage en librairie!

    • Je suis contente d’avoir réussi à communiquer mon enthousiasme ! ;)

  8. Bah voilà, un billet pareil, je suis obligée de noter !!! Grrr, tu vas me tenter tous les jours ??? :D

  9. On sent que ce livre t’a touché, voir un peu bouleversé. Je me trompe?

    • Pas bouleversée non, mais c’est un livre magnifique ! ♥

  10. Ah, j’ai vu le film mais je n’ai jamais lu le livre. Quelle triste histoire, atroce même… Bon weekend.

    • Triste oui mais je n’irai pas jusqu’à dire atroce, il se passe de belles choses aussi par moments.

  11. Moi aussi, j’ai failli le refermer très vite. Il s’agissait du premier livre que je lisais en anglais et ça me paraissait trop difficile. Et puis, l’histoire est si belle qu’on ne peut plus le lâcher.

    • Une histoire vraiment émouvante, j’en garderai le souvenir pendant longtemps je pense !

  12. J’ai le film à la maison. Mais peut-être faudrait-il que je me procure le roman avant…

    • Je ne sais pas ce qui est le mieux, tu risques peut-être d’être, comme moi, un peu déçue que le film ne traite pas toute l’histoire.

    • chaplum2
    • 8 octobre 2013

    Pour moi aussi un gros coup de coeur, et c’est pour ça que je l’avais offert à Lili ;-)

  13. Tu me donnes envie de le lire ! Je note !

    • J’en suis bien contente !
      C’était bien NYC ? J’ai hâte que tu nous en parle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :