Archive pour janvier 2014

John King – Skinheads

John King - SkinheadsPrésentation de l’éditeur : Crâne rasé et Doc Martens aux pieds, Terry English a fait les 400 coups dans le temps. OK, il n’était pas un ange mais avait des principes, comme tout vrai skin. Aujourd’hui, il gère une compagnie de taxis dont les chauffeurs sont tous d’anciens potes de biture et de baston. Élevé dans les valeurs skin, Lol, son fils, se cherche encore. Aujourd’hui skater punk, il pourrait bien rejoindre les hippies…

Si je me suis intéressée à ce livre, c’est parce que j’avais lu il y a quelques années son roman Human Punk, et que depuis j’avais envie de relire John King.

Ce roman nous permet de connaître les origines et les codes de ce que l’on appelle le mouvement skinhead, apparu à la fin des années 60. Il y a notamment beaucoup de références musicales qui, bien que ça ne soit pas du tout mon style de musique, se sont révélées instructives (reggae, ska…). N’étant pas tellement familière de la Grande-Bretagne, il y a par contre un certain nombre de références politiques ou culturelles qui m’ont échappé, c’est un peu dommage. Les passages qui parlent de football m’ont particulièrement ennuyée – et pourtant il y en a très peu – et m’ont confortée dans l’idée de ne pas lire le roman Football Factory du même auteur !

Mais revenons à nos moutons. On se rend compte qu’à l’origine, les skinheads « première génération » ne partageaient pas forcément les mêmes idées que les skinheads de maintenant même si cette appellation regroupait déjà un certain nombre de personnes des classes populaires prônant des valeurs nationalistes et souvent en désaccord avec l’establishment. Cela, John King le montre bien à travers ses trois générations de personnages que représentent Terry, son neveu Ray et enfin son fils adolescent Laurel (Lol pour les intimes). J’ai aimé constater cela à travers leurs histoires personnelles même si individuellement elles ne m’ont pas plus emballée que ça.

Un bon livre qui dresse un portrait réaliste et extrêmement bien documenté sur les diverses générations skinheads mais qui se conclue un peu trop rapidement.

Points, août 2013

Challenge « oh my, cette couverture ! » chez Cécile !

Cécile nous propose un challenge intitulé « oh my, cette couverture ! » dont les règles sont très simples : lire un livre (easy!) ayant une couverture la plus moche possible !

Évidemment, pas de challenge sans logo, et celui que nous propose Cécile est particulièrement réussi !

fabio2

Si, comme moi, vous avez envie d’arborer ce splendide logo sur votre blog, vous pouvez vous inscrire par-ici !

Quant à moi, je vais faire mes recherches pour trouver un roman à la couverture hideuse MAIS qui ne soit pas pourri (parce que j’ai envie de lire un truc bien quand même, je ne suis pas maso à ce point) !

Guy de Maupassant – Pierre et Jean

Guy de Maupassant - Pierre et JeanRésumé : Il est blond, calme, doux. C’est Jean. Un solide gaillard de vingt-cinq ans, rayonnant, responsable, généreux. Pierre, son frère aîné, est tout le contraire. Noir, emporté, rancunier, fragile, instable. Au Havre, les deux frères se retrouvent chez leurs parents, le temps des vacances. Leurs journées s’écoulent paisiblement au rythme des parties de pêche en mer, les vieilles rivalités d’enfants s’apaisent… Mais, brusquement, l’horizon s’obscurcit. L’orage éclate. C’est un notaire qui frappe à la porte. Affaire d’héritage. Avant de mourir, un lointain ami de la famille a légué sa fortune à Jean. À Jean ? Pourquoi à Jean ? Et pourquoi ce frère est-il si différent de lui ? Pierre en perd le sommeil et la raison. Ces questions le hantent jour et nuit. Il fouille le passé de sa mère. Cherche le secret enfoui. Au risque de sacrifier pour toujours son bonheur…

Lorsque le mot pierre a été tiré au sort pour la vingt-et-unième session du challenge Un mot, des titres de Calypso, mon choix s’est tout de suite porté sur Maupassant que j’ai repris plaisir à lire depuis ma lecture de Bel Ami.

Au début du roman, lorsque les Roland apprennent que Jean, le plus jeune des deux frères, a hérité de M. Maréchal, un vieil ami de la famille, je n’ai pas aimé le comportement de Pierre et sa jalousie. Puis, même si son attitude et sa méchanceté ont continué à m’énerver, je n’ai pu faire autrement que d’apaiser mes sentiments à son égard en découvrant la vérité. Sentiments qui ont été apaisés également par le fait que les autres personnages sont tout aussi détestable.

Maupassant nous donne une fois de plus un excellent angle de réflexion quant aux bonnes mœurs et à l’image que l’on doit donner en société. Je l’ai lu d’une traite, me demandant quels allaient être les choix des protagonistes !

La fin est plutôt surprenante et me paraît assez injuste. L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Librio, novembre 2003

Du côté des challenges : Un mot, des titres chez Calypso.

Un-mot-des-titres

Le mardi sur son 31 #20

Extrait de la page 31 de ma lecture en cours : La dernière conquête du major Pettigrew de Helen Simonson.

Contexte : le major se rend aux obsèques de son frère.

Ce que j’en pense : J’aime l’humour pince-sans-rire que l’on retrouve tout au long du livre et l’atmosphère typiquement britannique !

La maison de Bertie – il fallait sans doute la considérer, supposait le major, comme celle de Marjorie, désormais – se présentait comme une espèce de boîte, sur deux niveaux, qu’elle était parvenue à reconvertir en un semblant de villa espagnole.

Helen Simonson - La dernière conquête du major Pettigrew

Retrouvez tous les participants au rendez-vous Le mardi sur son 31 chez Sophie en cliquant sur le logo ci-dessous !

logo-mardi-31

Pierre Pevel – La trilogie de Wielstadt

Pierre Pevel - La trilogie de WielstadtQuatrième de couverture : Hiver 1620 : après s’être acquitté d’une délicate mission pour l’Ordre des Templiers, le Chevalier Kantz revient à Wielstadt, cité allemande protégée depuis toujours par un mystérieux dragon.

Chasseur de démons initié aux arts secrets de la Kabbale, Kantz est un exorciste qui mène contre le mal une croisade solitaire et implacable. Rapière au poing, il va devoir traquer une insaisissable meute de goules qui répand la terreur dans la ville.

Cette trilogie est composée des trois romans suivants : Les Ombres de Wielstadt, Les Masques de Wielstadt et Le Chevalier de Wielstadt.

Les trois tomes sont à la hauteur les uns des autres, je n’ai été déçue à aucun moment. Les intrigues se renouvellent autour du Chevalier Kantz, exorciste aux prises avec diverses créatures surnaturelles et le suspens est toujours présent. J’ai également aimé déambuler dans les rues de cette ville à part, survolée par un mystérieux dragon ainsi que le contexte historique et les descriptions de l’époque. L’auteur fournit beaucoup d’explications sur l’organisation de la ville, sur la guerre en cours, la façon de vivre des habitants de Wielstadt, des passages qui pourrait casser le rythme de l’histoire, pourtant il n’en est rien.

Une trilogie palpitante et bien écrite qui m’a fait passer un excellent moment !

Pocket, avril 2011

Du côté des challenges : A tous prix chez Asphodèle : Grand Prix de l’Imaginaire 2002 pour Les Ombres de Wielstadt.

logo-challenge-c3a0-tous-prix-asphodèle

Karen Marie Moning – Iced

Karen Marie Moning - IcedÇa y est, enfin, j’ai lu Iced, roman situé dans le même univers que la série Fever mettant en scène MacKayla Lane avec cette fois, dans le rôle principal, Dani « Mega » O’Malley !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire au cas où vous n’auriez pas lu les précédents romans de Karen Marie Moning (ce que je vous encourage à faire tout de suite si vous êtes dans ce cas !).

Évidemment, j’ai retrouvé cet univers avec un immense plaisir même si j’ai eu un peu de mal à me souvenir de tous les évènements précédents.

Pourtant, je dois avouer que j’ai moins aimé que les romans de la série Fever à cause du sale caractère de l’héroïne. Dani est une fille de 14 ans qui sait se débrouiller toute seule, d’accord, mais là où ça ne colle pas pour moi, c’est qu’à force de dire qu’elle n’est pas une gamine, j’aurais aimé que son comportement soit en adéquation, d’une part, et qu’elle ne se serve pas de cet argument à tort et à travers, d’autre part. Mais c’est un personnage qui a du potentiel – aussi gros que son ego ! – donc j’attends beaucoup du prochain tome et espère qu’elle gagnera un peu en maturité.

Ceci mis à part, j’ai aimé tout le reste. Le scénario et l’imagination de KMM, être  surprise, les personnages masculins, Ryodan, Christian MacKeltar, et même Dancer à un certain point. Ils ont tous les trois une certaine ambiguïté qui les rends attirants mais qui fait qu’on s’en méfie constamment.

Même si j’ai un peu moins aimé le personage de Dani que celui de Mac, j’attends avec impatience la suite car il y a des tonnes de questions que je me pose et auxquelles j’aimerais avoir les réponses !

J’ai lu, octobre 2013

Le TAG du blogueur convivial

Voici les règles auxquelles tu devras te plier :

1. Lorsque tu apprendras que tu as été désigné, te réjouir tu devras. Danser la gigue et arborer le logo de ce tag sur ton blog tu feras.

Tag blogueur convivialDanser la gigue m’est un peu difficile à ce stade de la grossesse, je me contenterai d’agiter les bras en signe de réjouissance :D

2. Pour remercier celui qui t’a désigné, un petit texte tu rédigeras.

Je remercie Natiora qui fait d’ailleurs partie des personnes qui commentent le plus sur mon blog. Je prends toujours plaisir à lire ses billets et il est vrai que je laisse souvent des commentaires dans son jardin même si je parle souvent pour ne rien dire !

3. Puis, les 10 internautes les plus bavards sur ton blog tu nommeras.

Pour établir cette liste, j’ai pris les 5 commentateurs les plus actifs en 2013 dans le bilan établi par wordpress (j’aurais aimé que les statistiques aillent au moins jusqu’à 10 !) auxquels j’ai ajouté les commentateurs les plus actifs de ces dernières semaines, toujours d’après WP, les voici : Syl., denis, Shelbylee, NatioraAsphodèle, Bianca, belette2911 et Nahe.

La plupart d’entre vous ont déjà fait ce TAG, je pense, mais si ce n’est pas le cas, je serais ravie de lire vos réponses !

4. Les prévenir (sur leur blog) de ton méfait tu devras.

5. Faire ce tag UNE SEULE FOIS tu pourras.

Louise Rennison – Le coup passa si près que le félidé fit un écart

Louise Rennison - Le coup passa si près que le félidé fit un écartNeuvième tome sur les dix qui composent le journal intime de Georgia Nicolson et je m’amuse toujours !

Arrivé à ce stade de l’histoire, il devient cependant difficile de se rappeler tous les éléments précédents, notamment les jeux de mots et expressions utilisés ; quelqu’un qui ouvrirait le livre au hasard se demanderait ce que c’est que ce charabia ! Pour ma part, même si je suis passée à côté du sens de deux ou trois mots, j’ai quand même bien rigolé.

A la différence des autres tomes, l’intrigue de celui-ci comporte un élément dramatique auquel je ne m’attendais pas et qui m’a fait une grosse frayeur. Il m’a aussi permis de voir Georgia dans un nouvel état d’esprit beaucoup moins autocentré, ça fait du bien !

J’attends avec impatience le dénouement !

Gallimard, Pôle fiction, octobre 2013

Du côté des challenges : Animaux du monde chez Sharon.

Challenge Animaux du Monde

Le mardi sur son 31 #19

Phrase extraite de la page 31 de ma lecture en cours : Skinheads de John King.

Contexte : une bande d’amis se retrouve au pub et discute politique.

Les médias censurent tous ceux qui ne sont pas d’accord.

John King - Skinheads

Retrouvez tous les participants au rendez-vous Le mardi sur son 31 chez Sophie en cliquant sur le logo ci-dessous !

logo-mardi-31

Challenge Écrivains japonais : le bilan !

Le challenge Écrivains japonais 2013 s’est achevé le 31 décembre dernier au bout d’un an au cours duquel 33 personnes ont participé au moins une fois ! Au total, ce sont 197 billets qui ont été écrits et j’en suis vraiment ravie car je tenais à partager cette littérature avec vous ! J’espère que vous y avez pris autant de plaisir que moi même s’il y a eu quelques déceptions.

Je remercie donc tous ceux qui ont participé, tout au long de l’année ou ponctuellement, et j’espère vivement que ce challenge a permis à certains de découvrir la littérature japonaise, à d’autres d’approfondir leur goût pour celle-ci.

Le sondage organisé au cours des semaines précédentes a montré que l’auteur qui a été le plus apprécié est HIGASHINO Keigo. Il est suivi de près par les deux MURAKAMI, Haruki et Ryū.

Vous trouverez toutes les lectures des participants dans les billets récapitulatifs recensés sur la page Challenges.

Le challenge ne sera pas reconduit dans l’immédiat pour raisons personnelles mais je réorganiserai quelque chose en rapport avec la littérature japonaise dans les mois qui viennent, sous cette forme ou une autre, je n’ai pas encore décidé.

En attendant ce nouveau défi, vous pouvez continuer à partager vos lectures nippones dans le groupe facebook !

Logo écrivains japonais_1