Archive pour février 2014

Stephen Baxter – Gravité

Stephen Baxter - GravitéQuatrième de couverture : La Ceinture : un agrégat de matériaux archaïques peuplé de mineurs. Rees est l’un d’eux, passant le plus clair de son temps à creuser le cœur de fer de l’étoile morte autour de laquelle la Ceinture gravite. Un travail harassant et dangereux. Au bénéfice du Radeau, cité spatiale et siège du savoir scientifique dont tous dépendent depuis des générations… Mais la Ceinture gronde. Rees se pose des questions qu’aucun autre ne se pose. D’ou viennent les hommes ? Comment sont-ils arrivés ici, dans la Nébuleuse ? Il existe des légendes. Qui parlent d’un Vaisseau. De son Équipage… De baleines volantes et des mythiques Osseux…

Rees est un jeune homme qui travaille dans les mines de fer, extrait sous une gravité inimaginable de 5g (soit 5x l’attraction terrestre), habitant de la Ceinture. Poussé par la curiosité et l’envie de comprendre son environnement, il embarque clandestinement sur « le Radeau », vaisseau qui vient régulièrement échanger des données contre du fer. C’est ainsi que débutent les aventures de Rees et notre incursion dans le futur…

Globalement, j’ai apprécié ce roman. Le personnage de Rees est intéressant à suivre car il est avide de réponses et je l’étais tout autant. On découvre ainsi petit à petit comment vit la population humaine dans un futur très éloigné de notre ère et je ne peux que saluer l’imagination de Stephen Baxter lorsqu’il a créé cet univers.

Un premier tome intéressant et que j’ai pris plaisir à lire mais qui ne nous éclaire que très peu – voire pas du tout – sur ce que sont les Xeelees. Si je n’avais pas d’abord lu la trilogie des Enfants de la destinée, je me serais posée encore plus de questions ! Toutefois, il faut noter que Gravité est le premier roman de Stephen Baxter, paru en 1991, j’espère donc que les tomes suivants m’en apprendront plus !

Pocket, février 2013

Gillian Flynn – Les apparences

Gillian Flynn - Les apparencesAu moment où le livre commence, Amy et Nick sont sur le point de fêter leur anniversaire de mariage mais au moment où Nick rentre chez lui, il découvre un salon saccagé, et aucune trace de son épouse… Comme souvent dans ce genre d’affaires, les soupçons de la police se portent sur le mari, et, de fait, les preuves s’accumulent contre Nick.

La construction du récit alterne des chapitres consacrés à Nick au fur et à mesure de l’enquête et journaux intimes d’Amy écrit pendant toute la durée de leur mariage jusqu’au jour de sa disparition. Petit à petit, Nick Dunne, cet homme qui nous semblait au-dessus de tout soupçon, se révèle sous un nouveau jour, loin du mari aimant et inquiet pour sa femme que l’on imagine au début du récit. Cependant, il n’est pas le seul sur qui le lecteur commence à avoir des doutes et j’ai échafaudé plusieurs hypothèses avant de trouver la bonne.

Cette lecture m’a tenue en haleine pendant un bon moment grâce à son scénario machiavélique ; je suis toutefois déçue par la conclusion que j’aurais aimé différente.

J’ai lu quelque part que le film – réalisé par David Fincher, avec Ben Affleck dans le rôle de Nick et Rosamund Pike dans celui d’Amy – aurait une fin différente ; je suis curieuse de voir ce que les scénaristes ont imaginé, d’une part parce que cela me plaira peut-être plus, d’autre part parce que je trouve que ça laisse un peu de suspens pour ceux qui iront voir le film en ayant déjà lu le roman !

Le livre de poche, octobre 2013

Du côté des challenges : Le challenge US chez Noctenbule ; A tous prix chez Asphodèle, Grand prix des lectrices de ELLE 2013 catégorie policier.

Helen Simonson – La dernière conquête du major Pettigrew

Helen Simonson - La dernière conquête du major PettigrewQuatrième de couverture : À Edgecombe St. Mary, en plein cœur de la campagne anglaise, amour courtois et tasse de thé sont de rigueur ! Mais quand un flegmatique major s’amourache d’une modeste pakistanaise, les langues se délient et les collets montés frémissent… Confrontés aux préjugés des villageois, ou le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées que sur les bancs de messe, les obstacles pour leur amour seront nombreux… Un roman à déguster avec scones et marmelade.

La dernière conquête du major Pettigrew est un roman touchant et drôle – notamment grâce à l’humour pince-sans-rire du major – qui m’a séduite dès les premières lignes.

Cela faisait pourtant plusieurs mois que ce livre était rangé sur mes étagères sans que j’ai envie de l’en sortir me disant que finalement les amoures d’un homme âgé ne m’intéressaient pas tant que ça ; c’était une grossière erreur ! D’autant qu’au-delà du fait que le major soit attirée par Mme Ali, le roman traite également des préjugés et du racisme avec brio et rend l’histoire vraiment intéressante.

Je vous conseille donc fortement ce roman de l’anglaise Helen Simonson !

logo_coeurEn ce jour de Saint-Valentin, je vous laisse avec un extrait qui parle d’amour et qui m’a beaucoup plu de la part du major :

À l’inverse de toi qui doit procéder à une analyse coût-bénéfice de toutes les relations humaines, dit-il, je n’ai aucune idée de ce que j’espère obtenir. Je sais seulement que je dois essayer de la voir. L’amour, c’est cela, Roger. C’est quand une femme chasse toute pensée lucide de ton esprit, quand tu es incapable d’échafauder des stratagèmes de séduction et quand les manipulations habituelles t’échappent, quand tous tes plans soigneusement élaborés n’ont plus aucun sens et tout ce que tu peux faire, c’est rester muet en sa présence. Tu espères qu’elle ait pitié de toi et tu lâches quelques mots gentils dans le vide de ton esprit.

10/18, mai 2013

Riikka Pulkkinen – L’armoire des robes oubliées

Riikka Pulkkinen - L'armoire des robes oubliéesQuatrième de couverture : Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé…

Le besoin d’Elsa de se confier avant de partir et la curiosité d’Anna une fois qu’elle a découvert la robe appartenant à Eeva sont compréhensibles et j’ai tout de suite été séduite par l’atmosphère du roman malgré la distance mise entre les personnages. Riikka Pulkkinen, à travers l’histoire d’Eeva, nous entraîne en plein cœur des années 60, ce sont ces chapitres qui m’ont le plus plu et qui sont à mon avis les mieux développés. Je regrette toutefois que les sentiments des protagonistes ne soient pas plus approfondis dans les passages qui se passent de nos jours. J’aurais aimé, par exemple, en savoir plus sur les sentiments d’Ella, la fille d’Elsa et Martti, mais il ne s’agit là que d’une petite remarque qui na gâche en rien la qualité du roman.

Une histoire qui cache un secret de famille comme je les aime ; j’ai été plutôt séduite par cette lecture !

Je remercie Asphodèle grâce à qui j’ai pu lire ce roman qu’elle a fait gagner dans le cadre du challenge A tous prix. Son avis sur ce roman.

Le Livre de poche, juin 2013

Le Printemps coréen revient chez Coccinelle !

Comme l’an dernier, Coccinelle organise un challenge Printemps coréen. Cette année, il se déroulera du 31 janvier au 20 juin 2014.

Je vous laisse aller voir les modalités sur son blog en cliquant sur le logo ci-dessous !

ob_0d21a4_printempscoreen2014-1