En vrac : Quelques-unes de mes dernières lectures

Ces derniers temps j’ai, d’une part, été pas mal occupée, d’autre part, eu la flemme de rédiger des billets. J’ai donc choisi de réunir dans un même billet mes avis sur quelques lectures récentes qui ne m’ont pas inspirée plus que quelques lignes, en bien ou en mal.

Colum McCann – Transatlantic

Colum McCann - TransatlanticQuatrième de couverture : À Dublin, en 1845, Lily Duggan, jeune domestique de 17 ans, croise le regard de Frederick Douglass, le Dark Dandy, l’esclave en fuite, le premier à avoir témoigné de l’horreur absolue dans ses Mémoires. Ce jour-là, Lily comprend qu’elle doit changer de vie et embarque pour le Nouveau Monde, bouleversant ainsi son destin et celui de ses descendantes, sur quatre générations. À Dublin encore, cent cinquante ans plus tard, Hannah, son arrière-petite-fille, tente de puiser dans l’histoire de ses ancêtres la force de survivre à la perte et à la solitude.

Je n’ai pas réussi à m’intéresser aux personnages de ce roman. La seule histoire qui m’a intriguée est celle de Lily, celle par qui tout commence, mais en dehors de cela, je n’ai pas réellement pris de plaisir à cette lecture. J’avais déjà été plutôt mitigée après ma lecture de Danseur du même auteur. Dois-je en déduire que les romans de Colum McCann ne sont pas pour moi ? Je ne suis vraiment pas loin de le penser.

Pablo de Santis – La soif primordiale

Pablo de Santis - La soif primordialeQuatrième de couverture : Dans la Buenos Aires des années 1950, à l’ombre de la dictature, Santiago, un jeune provincial réparateur de machines à écrire, se retrouve par hasard responsable de la rubrique ésotérique du journal où il travaille et informateur du ministère de l’Occulte. Malgré son scepticisme à l’égard du surnaturel, Santiago assiste à une rencontre de spécialistes des superstitions, y est témoin d’un meurtre et mis en contact avec «les antiquaires», des êtres extraordinaires qui vivent dans la pénombre entourés d’objets anciens, vendent de vieux livres et sont la proie d’une soif primordiale, celle du sang. Le hasard ou le destin, mais surtout un étrange amour, puissant et troublant, amèneront Santiago à ne plus résister à cette soif et il devra alors chercher à survivre, peut-être pour l’éternité, dans un monde hostile.

Voici un roman que j’ai lu sans déplaisir, toutefois quelques semaines après l’avoir terminé, je ne m’en rappelle déjà presque plu. Pas mauvais mais vite oublié, c’est dommage.

Erik L’Homme – L’étoffe fragile du monde

Erik L'Homme - L'étoffe fragile du mondeQuatrième de couverture : Ombe est en danger ! Jasper, pourtant mis à pied de l’Association, n’écoute que son courage et vole au secours de son amie. Sur sa route il trouve en Erglug, le troll-qui-rit, un allié à l’humour très particulier. Bientôt catapultés dans un étrange Moyen Âge par la maléfique mage Siyah, les deux compagnons devront conjuguer leurs talents et compter sur leurs dons d’improvisation pour sortir de cette farce infernale…

C’est le troisième tome de la série A comme Association et je suis très contente d’avoir retrouvé Jasper et son humour à deux balles qui m’a de nouveau valu quelques éclats de rire. J’ai été ravie de découvrir la suite de ses aventures et il me tarde de découvrir ce qui s’est passé du côté d’Ombe dans le tome suivant. Une série que je poursuis avec grand plaisir !

Joyce Carol Oates – Marya, une vie

Joyce Carol Oates - Marya, une vieQuatrième de couverture : Orpheline de père, abandonnée par sa mère, Marya Knauer est confiée à son oncle et sa tante. Elève brillante mais solitaire, confrontée à la peur et à la cruauté, elle se plonge avec passion dans les études. Dans ce livre aux forts accents autobiographiques, Joyce Carol Oates donne à voir de façon magistrale comment la littérature peut changer une destinée.

Marya, une vie est un bon roman de JCO mais il ne fait pas partie de ceux qui m’auront le plus marquée. Le plus intéressant ici est le fait qu’il est  en partie autobiographique, on ne s’étonnera donc pas de retrouver certains thèmes récurrents dans l’œuvre de Joyce Carol Oates.

Eli Anderson – Cérébra, l’ultime voyage

Eli Anderson - Cérébra, l'ultime voyageQuatrième de couverture : « Trouve le quatrième Pilier. Retourne la terre s’il le faut, mais trouve-le, Oscar. Et que la prophétie se réalise ». Alors que le monde est ravagé par la folie du Prince Noir, Oscar part pour l’ultime destination de son voyage initiatique dans le corps humain : Cérébra, le plus fascinant – et le plus dangereux – des univers intérieurs, qui lui révélera aussi le secret de sa propre destinée.

Puisque je n’aime pas les spoilers, je ne vous parlerai pas du contenu du roman même si j’aurais beaucoup de choses à dire sur le scénario imaginé par Eli Anderson. Ce que je peux vous dire en revanche, c’est que ce fût une lecture palpitante, du premier au dernier tome ! J’ai passé d’excellents moments avec Oscar Pill et son entourage. Une série jeunesse de grande qualité que je recommande chaudement.

Publicités
  1. Je devrais faire comme toi et regrouper la pile qui prend la poussière. Je les compte, j’en ai 11.
    J’aimerais bien lire Marya et Oscar. Quant à Jasper… les auteurs te préservent des surprises !

    • Il faut absolument que tu lises Oscar Pill, c’est une excellente série. Quant à moi, j’ai hâte de savoir ce qui va se passer du côté de Jasper !

  2. J’ai repéré le Pablo de Santis, ça a l’air original, mais tout à fait le type de chose qui pourrait me plaire. Je crois que je n’ai toujours pas lu le tome final de A comme Association, il devait être emprunté à la médiathèque quand j’en avais « besoin » et j’ai du attendre sans le réserver puis oublier ! Cette série me faisait bien rire aussi mais il m’a manqué un petit quelque chose pour que j’accroche énormément, malgré les nombreuses références que je connaissais et qui rendaient ma lecture plaisante et quelque peu familière.J’avais bien aimé le début d’Oscar Pill (idée très originale !) mais là aussi je n’ai pour le moment pas continué la série, me suis trompée en empruntant le tome 3 au lieu du 2 (me spoilant une ou deux choses au passage dans les deux premières pages argh !!) et n’ai pas corrigé le tir par la suite. Je les reprendrais peut-être. Je n’ai pas u de Joyce Carol Oates, je ne me souviens même plus si l’auteur n’écrit que de la littérature « blanche » ou pas.

  3. Je me demande aussi si je ne vais pas faire une rubrique des livres dont je n’ai pas parlés et dont les billets prennent la poussière… Coluum McCaan me tentait mais après ce que tu en dis, beaucoup moins…

    • Il y a parfois des livres à propos desquels je n’ai pas énormément de choses à dire, et en même temps ça m’embête de ne pas en parler du tout, je pense que ce genre de billet est un bon compromis.

      Le McCaan m’a déçue, mais en même temps j’aurais pu m’en douter.

  4. Je suis tentée par Oates dont je n’ai jamais rien lu encore.

  5. Je note de le JCO dont le sujet me tente plus que d’autres romans de l’auteur. (et il est moins gros aussi ^^)

  6. Transatlantic est dans ma pal depuis sa sortie mais je n’ai jamais eu envie de me précipiter pour le lire !

    • Et j’imagine que mon avis ne t’a pas donné envie de le faire…

  7. Je n’en ai lu aucun mais la série « A comme association » me fait envie, j’attends un peu avant d’entamer des séries (trop de livres dans ma PAL) sinon j’ai beaucoup de mal avec les œuvres de Joyce Carol Oates. Bonne journée !

    • Comme je dis toujours JCO on aime ou on déteste, il n’y a pas de demi-mesure !
      A comme Association, ça se lit vite ;-)

  8. Zut, le McCaan me tentait bien…bon plus trop après ta critique…

    • leranchsansnom
    • 22 novembre 2014

    J’ai adoré le Transatlantic de Colum McCann, tout comme son chant du coyote et ses saisons de la nuit. De là à dire que les romans de Colum sont pour moi… Enfin presque parce que j’avoue que son danseur ne me tente pas trop…
    Et je lirai bien par curiosité le JCO…

  9. Accroche toi bien pour le prochain tome de « A comme Association », il s’y passe de sacrés évènements !

  10. Je note le livre de Joyce Carol Oates, le résumé me tente bien.
    Jusque là je n’ai lu que « Délicieuses pourritures » d’elle, et j’avais adoré même si c’est assez sombre.

    • Délicieuses pourritures est un de premiers que j’ai lu et aimé !

  11. j’aime bien ces avis courts. Et à lire les commentaires, j’ai envie de relire JCO!

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :