MAYUZUMI Madoka – Haikus du temps présent

MAYUZUMI Madoka - Haikus du temps présentCet ouvrage à été conçu spécialement pour le public français à partir de haikus parus dans d’autres recueils de MAYUZUMI Madoka.

Le livre comporte quatre partie correspondant aux quatre saisons. Au-dessous de chaque haiku, on peut lire le poème dans sa langue d’origine, puis sa prononciation. Depuis que j’ai découvert cette forme de poésie, j’ai toujours eu l’impression de passer à côté de quelque chose à cause de la traduction, aussi bonne soit-elle. Le fait de voir le haiku dans sa langue originale et de pouvoir entendre sa sonorité m’a ouvert de nouvelles perspectives.

L’ouvrage est, de plus, complété par une explication de l’auteure pour chacun des poèmes, le contexte dans lequel elle l’a écrit, les lieux et les gens qui l’ont inspirée, etc. Chaque explication est également suivie d’une note de la traductrice Corinne Atlan qui nous éclaire sur la culture nippone.

Grâce à ce recueil et aux explications qu’il contient, j’ai enfin le sentiment de mieux comprendre l’art du haiku. Amoureux de la poésie et du Japon, je ne peux que vous conseiller ce livre.

Picquier poche, novembre 2014

Du côté des challenges : Écrivains japonais d’hier et d’aujourd’hui chez moi.

Logo challenge écrivains japonais

Publicités
  1. Ca a l’air super, est ce une compilation ? je l’ajoute à ma liste. Je suis en train de lire « On se les gèle » Haikus d’hiver

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi en ce qui concerne le haïku en version originale et dans sa forme traduite, il n’y a pas tout à fait la même musicalité, la même fluidité ! Mes notions de japonais sont loin mais j’ai toujours une tendresse pour la poésie japonaise, je m’empresse de noter ce livre !!! :)

    • Ça n’a même rien à voir ! Je pense qu’il est possible de transmettre le sens et l’émotion mais on ne peut pas, en français, dire autant de choses avec aussi peu de mots et donc conserver la structure du haiku.

  3. je note, c’est intriguant! par contre je recherche une nouvelle, train de nuit pour la voie lactée de Kenji Miyazawa, dont j’ai entendu parler, mais difficile de le trouver en France, il n’est plus édité. J’essaierais de le trouver en faisant quelques librairies d’occasion. Est ce que tu l’as lu par hasard?

    • Non, ça ne me dit rien. J’espère que tu le trouveras et que tu pourras nous en parler !

  4. Tout me tente dans ce livre : tant le titre que cette manière plus approfondie d’aborder l’art du haïku. Je note !

    • Vraiment un chouette recueil, j’espère que tu apprécieras !

    • leranchsansnom
    • 22 janvier 2015

    Il est vrai que la musicalité du haïku, son rythme et ses effets sonores sont importants. Et même si certaines traductions peuvent être bien faites, il y manque souvent quelque chose. Mais d’ailleurs, c’est le cas de la poésie qui perd un peu de son âme à chaque traduction…

  1. 2 février 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :