Archive for the ‘ Gourmandise ’ Category

L’okonomiyaki : recette japonaise

Suite à une discussion avec mes copines Touloulou et Syl., j’ai décidé de vous donner la recette de mon plat préféré japonais à ce jour : l’okonomiyaki.

Ingrédients de base :

  • 75g de farine
  • 1 œuf
  • 75ml d’eau
  • 1/4 c.c de dashi
  • 60g de yamaimo ou nagaimo (igname japonais ou chinois)*
  • 100g de chou coupé en lamelles

* en dehors du Japon, vous risquez d’avoir du mal à trouver cet ingrédient, dans ce cas, mieux vaut acheter directement de la farine pour okonomiyaki qui contient déjà cet ingrédient qui est en fait le liant qui donne sa consistance à la pâte. Dans le cas où vous utilisez cette farine, la quantité à utiliser pour une okonomiyaki sera indiquée sur la paquet car cela dépend des marques. Vous pourrez la trouver dans les épiceries japonaises ou sur les sites de vente en ligne.

Ingrédients pour la garniture :

Ce que vous aimez ! C’est dans cet aspect que ce plat peut se comparer à la pizza ou à la crêpe, on y met les ingrédients de son choix. Je vais tout de même vous donnez quelques exemples de ce que l’on trouve le plus souvent : poitrine de porc, crevettes, fruits de mer, poulet, kimchi, poireau, fromage, etc., vous pouvez ne choisir qu’un ou deux ingrédients ou en mettre plein, vous pouvez en faire un plat végétarien en y mettant seulement des légumes. Bref, c’est vraiment comme voulez !

Préparation :

Rien de sorcier dans cette préparation, il vous suffit de mélanger les ingrédients ci-dessus dans un saladier jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Versez ensuite le contenu du saladier sur une plaque ou dans une poêle bien huilée. Une fois que le dessous est bien cuit, retournez-là. On attend que cela prenne une couleur bien dorée pour servir.

Avant de servir :

Une fois que votre okonomiyaki est bien cuite, il y a quelques condiments à ajouter dessus pour lui donner son aspect final :

  • de la sauce chuuno
  • de la mayonnaise
  • de l’ao nori (algue en poudre)
  • du katsuobushi (bonite séchée)

Une fois encore, vous n’être pas obligés de tout mettre. C’est ce qu’on met traditionnellement mais si quelque chose ne vous plaît pas, n’en mettez pas, ça sera bon aussi !

A noter :

Il existe un nombre infini de recettes pour ce plat selon les régions du Japon mais aussi selon les goûts de chacun. La recette d’Hiroshima, par exemple, ajoute des nouilles et se cuit un peu différemment, je ne l’ai pas encore testée mais lorsque ce sera le cas je pourrai vous en reparler.  Tout cela pour dire que c’est un plat qui peut plaire à beaucoup de monde, n’hésitez pas à essayer et revenez me dire ce que vous en avez pensé !

Et si vous avez des questions sur la recette et ses ingrédients, n’hésitez pas à me les poser, mon article manque peut-être de précisions.

PS : C’est la recette pour 1 okonomiyaki soit pour 1 personne.

Bulbul Sharma – La colère des aubergines

Bulbul Sharma - La colère des auberginesVoici un petit recueil de nouvelles pas banal du tout puisqu’en plus de nous éclairer sur les mœurs et le culture indienne, il nous livre plusieurs recettes de cuisine fort appétissantes. Dès l’avant-propos de l’auteur, le ton est donné et déjà l’odeur des épices nous chatouille les narines.

Si la cuisine joue un rôle important dans ces douze nouvelles, on se rend également compte à quel point la notion de famille est primordiale dans cette société et on voit bien que même au sein de celle-ci, les rôles sont très hiérarchisés : les hommes ont tous les droits, ils sont les chefs de famille, après seulement viennent les femmes, avec là aussi un ordre de priorité selon leur rôle au sein de la famille. L’ensemble est raconté avec humour, mais je n’ai tout de même pas pu m’empêcher de tiquer à la lecture de certains passages.

Les femmes doivent toujours manger à la cuisine, après les hommes, disait son père. Gopal comprenait maintenant pourquoi. Comme elles sont laides quand elles mâchonnent comme des vaches, avec leurs dents toutes tachées de mangeaille, pensait-il avec irritation.

On y constate aussi que la plupart des mariages sont arrangés par les parents en fonction de nombreux critères incluant les caractéristiques des époux mais aussi le rang social de leur famille. Ce n’est certes pas le seul pays du monde dans lequel les mariages arrangés sont monnaie courante mais cela m’a semblé ici vraiment très stricte.

En tout cas, j’ai pris plaisir à lire ce petit recueil de nouvelles, pas seulement parce que je suis gourmande mais aussi parce qu’elles sont bien écrites et dépaysantes. Il m’a aussi donné envie d’en apprendre plus sur l’Inde et sur son système de castes qui est évoqué à plusieurs reprises. D’ailleurs, si vous avez des suggestions de titres, n’hésitez pas !

Un livre que j’ai repéré chez Céline et qui s’inscrit à merveille dans le challenge des livres gourmands de Syl. !

Philippe Picquier, octobre 2002

日本料理 : cuisine japonaise

Le voici, le voilà, mon article tant attendu sur les bons petits plats du Japon !

Il ne s’agit pas ici de vous faire une liste de tout ce qui existe, je vais juste vous parler de quelques plats que j’aime et qui j’espère, vous feront envie !

En France, on connaît surtout les 寿司 (sushi), mets à base de poisson cru, ainsi que les 焼鳥 (yakitori).

Il faut savoir, pour les premiers, qu’ici ils sont faits avec des poissons et des crustacés beaucoup plus variés, on trouve par exemple de l’oursin, de la coquille saint-jacques… Je ne vous cache pas que la plupart du temps, on ne sait même pas de quel poisson il s’agit !

Pour les seconds, c’est pareil, il y a toutes sortes de brochettes différentes dont certaines sont assez surprenantes quand on ne s’y attends pas : cartilages, peau de poulet, abats…

Yakitori

Mais mon objectif aujourd’hui est surtout de vous parler de plats qui sont moins connu en occident et qui sont pourtant délicieux !

Rāmen ラーメン

Ce plat – que tous les fans de Naruto doivent connaître ! – est en fait un plat d’origine chinoise. Il s’agit d’un plat de nouilles dans un bouillon à base de poisson ou de viande souvent assaisonné au miso ou à la sauce soja (dans la plupart des restaurants on peut choisir son assaisonnement). Chaque restaurant a sa recette de bouillon ; selon l’endroit où vous le mangez, vous serez donc amenés à trouver des goûts différents !

Rāmen

On peut également ajouter au rāmen un certain nombres d’ingrédients : chāshū (tranche de porc), oignons, nori (feuille d’algues), pousses de soja, ou encore le fameux naruto-maki (rouleau de pâte de poisson) !

Rāmen

Onigiri おにぎり

Ce sont des boulettes de riz avec une garniture à l’intérieur (la plupart du temps) et souvent enroulées d’une feuille de nori.

Il y a plein de garnitures différentes – saumon, thon, umeboshi (prune salée), algue, viande… De quoi satisfaire tous les goûts !

C’est un plat idéal à emmener en pique-nique ou pour manger sur le pouce !

Onigiri maison

Kara-age から揚げ

Pas la peine que je me lance dans des explications compliquées, ce sont tout simplement des beignets de poulet ! A la fois tendres et croustillants, on en trouve souvent dans les bentō (plateau repas) avec du riz et une petite salade. C’est délicieux !

Kara-age maison

Zarusoba ざる蕎麦

Les soba sont des nouilles de sarrasin. Dans ce plat, on les mange froides et on les trempe dans une sauce que l’on peut agrémenter d’oignons et de riz soufflé pour ceux qui veulent !

C’est un plat hyper rafraichissant, idéal en été ! Ça se marie très bien avec un tempura (beignet) de crevette, comme sur la photo ci-dessous.

Zarusoba

Takoyaki たこ焼き

Ce sont des boulettes de pâte fourrées au poulpe et cuites dans un moule spécial. On en mange souvent lors des matsuri (festival) où de nombreux stands en vendent. Ça reste assez facile à manger en marchant dans la rue même si c’est souvent brûlant !

Takoyaki en train de cuire !

Okonomiyaki お好み焼き

Last but not least, voici mon plat japonnais préféré, l’okonomiyaki !

Pour la petite histoire, c’est « l’omelette » que mangeait le petit garçon prénommé Benjamin dans la série animée Embrasse-moi, Lucille (ou Lucille, amour, et rock’n’roll). Vous vous souvenez ?

Il s’agit en fait d’une sorte de galette. La pâte a un peu la consistance d’une pâte à crêpes dans laquelle on ajoute du chou  émincé ; ensuite, on y met un peu les ingrédients que l’on veut ! Viande, fruits de mer, fromage, kimchi (chou mariné et épicé coréen), les variantes sont multiples et il y en a vraiment pour tous les goûts.

Okonomiyaki avant cuisson

En plus d’être délicieux, c’est un plat qui est très convivial puisque dans les restaurants chacun prépare son okonomiyaki sur la plaque chauffante située au milieu de la table. Il y a d’ailleurs plusieurs façon de faire selon la région où on se trouve, celle d’Hiroshima est très réputée et se cuit tout à fait différemment de celle que je vous montre ci-dessous.

Une fois cuite, on l’assaisonne en général avec une sauce spéciale, de l’aonori (algues en poudre), de la mayonnaise (oui je sais, c’est pas très japonais, mais ils en mettent dans beaucoup de choses, en particulier sur les pizzas, sacrilège !) et du katsuobushi (bonite séchée) ; mais vous n’êtes pas obligés de mettre tout ça, c’est comme vous voulez !

Okonomiyaki

Ce n’est qu’un tout petit aperçu de ce qu’on peut manger au Japon, je referai sans doute un autre article plus tard avec d’autres plats !

J’espère que tout ceci vous a mis en appétit ! N’hésitez pas à m’écrire en commentaire ce qui vous fait envie, si je connais la recette, je vous en ferai part dans un prochain article !