Archive for the ‘ Mes lectures en VO ’ Category

J.G. Ballard – High-Rise

J.G. Ballard - High-RiseHigh-Rise raconte la révolte des deux milles habitants d’une tour de 40 étages. Cet immeuble créé par l’architecte Anthony Royal a été bâti comme un lieu d’habitation idéal dont les habitants seraient triés sur le volet. Tout a été pensé pour le bien-être de ses occupants, supermarché, piscine, classe pour les enfants… Pourtant, petit à petit, certaines installations commencent à s’étioler, malfonction ou nuisance volontaire ? La tension monte entre les habitants des différents étages, et très vite, la guerre éclate.

J’avais lu Crash du même auteur il y a quelques années et j’en avais gardé un assez mauvais souvenir (souvenir qui n’avait en rien été arrangé par l’adaptation de David Cronenberg), pourtant, lorsque j’ai lu la quatrième de couverture de High-Rise, je n’ai pas hésité longtemps !

Les premiers chapitres nous permettent de nous familiariser avec quelques-uns des habitants de cet Immeuble de Grande Hauteur et de découvrir les aménagements de ce qui semble être un paradis sur terre. Pourtant, on sent tout de suite que cette perfection n’est pas viable sur le long terme. La montée de la violence est inéluctable mais elle n’en est pas moins terrifiante.

C’est un roman à la fois dérangeant et fascinant qui a suscité mon admiration autant que mon écœurement. C’est le genre de livre dont on tourne les pages avec avidité pour voir jusqu’où cela va aller et qui en même temps nous fait tourner la tête pour prendre notre respiration devant autant d’horreur. Il offre en tout cas une réflexion très intéressante sur la société qui, bien que le roman ait été écrit dans les années 70, ne détone pas à l’heure actuelle.

En conclusion, High-Rise est un excellent roman d’anticipation que je ne peux que vous recommander !

High-Rise est en cours d’adaptation sur grand écran par le réalisateur Ben Wheatley avec un casting prometteur comprenant Tom Hiddleston, Jeremy Irons, Sienna Miller, Luke Evans et Elisabeth Moss.

Je l’ai lu en V.O. mais vous pouvez trouver ce texte en français sous le titre I.G.H (pour Immeuble de Grande Hauteur) dans la trilogie de béton aux éditions folio.

Jay Crownover – Rule

Jay Crownover - RuleDepuis qu’elle l’a vu, Shaw est amoureuse de Rule Archer, le frère jumeau de son meilleur ami, décédé dans un tragique accident de voiture. Rule n’a cependant jamais fait attention à Shaw bien qu’elle ait quasiment grandi sous leur toit, pour lui elle était simplement la copine de Remy… Depuis la mort de celui-ci, Shaw s’efforce pourtant de maintenir la tradition du déjeuner dominical chez les Archer qui l’ont toujours considérée comme leur propre fille. Jusqu’au jour où Rule, ne supportant plus les reproches incessants de sa famille, part en claquant la porte… Ne serait-ce point une nouvelle opportunité de se découvrir l’un l’autre hors du cadre qu’ils ont toujours connu ?

Tout d’abord, je remercie Cess qui m’a donné envie de lire ce roman avec son billet – que je vous invite vivement à aller lire – cette lecture correspondait tout à fait à mon envie du moment, il est tombé à pic !

La première raison pour laquelle j’ai aimé ce livre, c’est évidemment Rule, il est vraiment craquant dans son rôle de bad boy, plus blasé que méchant, qui vit sa vie sans trop penser aux conséquences. Par ailleurs, Shaw est une héroïne qui a tout pour plaire, notamment le fait d’être une fille intelligente et pas une cruche comme on en croise trop souvent lorsqu’on lit une histoire d’amour. J’ai aussi apprécié les personnages secondaires qu’il s’agisse de la meilleure amie de Shaw, des potes de Rule, ou encore son grand frère Rome. Même le méchant de l’histoire, l’ex-petit ami de Shaw, est bien représenté. Les seuls personnages que je n’ai pas aimé sont les parents, j’ai eu un peu plus de mal à apprécier ces scènes…

Pour conclure, je dirais que Jay Crownover a réussi à rendre le récit plutôt réaliste ; les personnages n’ont pas des réactions démesurées et on arrive à s’identifier facilement à eux. Bien sûr, cela n’empêche pas certains clichés et une trame assez convenue mais cela ne va pas trop loin et ne tourne pas au ridicule.

Il y a toutefois un bémol à ce sympathique roman auto-édité, il comporte pas mal de coquilles ce qui rend parfois la lecture désagréable, c’est dommage.

Cela ne m’empêchera pas, toutefois, de lire, lorsqu’ils sortiront, les deux romans suivants qui mettront en avant d’autres personnages !

Gayle Forman – Just one day

Gayle Forman - Just One DayAllyson est une étudiante américaine en voyage d’étude en Europe dont la dernière étape est Londres. C’est une jeune fille studieuse et sage qui ne sort jamais des sentiers battus, jusqu’au jour où elle décide de ne pas aller voir la représentation d’Hamlet avec le reste du groupe et se rend à la place à une représentation en plein air de La nuit des rois, organisée en pleine rue par une troupe itinérante. Ce changement de programme est motivé par un jeune homme qui lui a tapé dans l’œil et qui va alors lui proposer quelque chose d’encore plus fou, aller passer une journée à Paris avec lui avant de rentrer aux USA !

Ce voyage, avec un garçon qu’elle connaît à peine, est complètement dingue mais en même temps tellement grisant ! Gayle Forman réussi à nous toucher par cette histoire dont le scénario n’est pourtant pas ce que j’ai lu de plus original car sa façon de décrire les sentiments d’Allyson tout en laissant des zones d’ombre à propos de Willem nous intrigue et nous émeut. Je ne vous cache pas que j’ai dévoré les pages de ce livre sans voir le temps passer ! Allyson m’a parfois un peu énervée par sa naïveté et son manque d’expérience mais on ne peut pas vraiment le lui reprocher, quant à Willem, j’avoue m’être laissée séduire par son côté mystérieux.

J’attends maintenant Just one year qui, si j’ai bien compris, devrait raconter l’histoire du point de vue de Willem et peut-être ainsi nous aider à mieux comprendre ses sentiments.

Le roman sera disponible en français sous le titre Pour un jour avec toi à partir du 21 février aux éditions Kero.

John Green – The fault in our stars

John Green - The fault in our starsHazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

J’ai aimé ce nouveau roman de John Green, il est très bien écrit, les situations et les sentiments sont réalistes et bien exprimés, et on ne s’ennuie pas un seul instant au cours de cette lecture.

Cependant, je me suis fait l’effet de quelqu’un d’insensible tout au long de ma lecture, moi qui, habituellement, verse facilement une ou deux larmichettes, je n’ai pas été émue du tout. Le sujet m’a touchée évidemment, mais je m’attendais à ressentir plus d’émotions comme lors de ma découverte de l’auteur avec Qui es-tu Alaska ? et le déclic n’a pas eu lieu.

Mon avis global sur le roman n’est pas négatif du tout et c’est une lecture que je conseille ; pour ma part, je pense que j’en attendais trop et cette attente n’a pas été entièrement comblée, c’est une chose qui arrive malheureusement parfois.

La version française de ce roman sortira, sous le titre Nos étoiles contraires, aux éditions le Nathan le 21 février prochain.

D’autres avis chez Cécile, Mlle Pointillés, Radicale, pour elles, c’est un coup de cœur !

Tammara Webber – Easy

Tammara Webber - EasyJacqueline vient de se faire plaquer par son copain avec qui elle était depuis 3 ans alors qu’ils viennent tout juste d’entrer à l’université. Elle accepte tout de même d’aller avec ses amis à la soirée organisée pour Halloween, seulement le cœur n’y est pas et elle préfère rentrer tôt. C’est alors qu’elle est agressée sexuellement par le meilleur ami de son ex. Heureusement, le beau Lucas se trouvait tout près de la scène et intervient avant que cela n’aille trop loin.

Traumatisée, Jacqueline refuse d’appeler la police ou d’en parler à sa meilleure amie et garde pour elle ce qui vient de se passer en espérant pouvoir l’oublier rapidement. Cependant, lorsqu’elle constate que Lucas suit le même cours d’économie qu’elle, elle ne peut s’empêcher de repenser à cette nuit-là… Dire qu’elle ne l’avait jamais remarqué alors qu’il a un physique à tomber raide !

Par ailleurs, il se trouve qu’elle a justement loupé son examen d’économie et que son professeur lui assigne un tuteur qui devra l’aider à rattraper sa note. Il s’agit d’un certain Landon Maxfield avec qui elle commence à échanger des mails qui ne restent pas toujours dans les limites du tutorat même si elle ne sait absolument pas à quoi il ressemble…

Même si ça n’a pas été un coup de cœur comme pour Cécile ou Mlle Pointillés, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture ! J’ai aimé les questions que Jacqueline se pose sur Lucas et le fait qu’elle ne sache pas si elle lui plait ou non, j’ai aimé le flirt par e-mail avec Landon alors qu’elle ne sait pas à quoi il ressemble (si elle savait, hiiii !), j’ai aussi aimé sa copine Erin qui a toujours des supers idées ! Hormis le côté romantique, c’est aussi un roman qui aborde un thème sérieux, celui du viol, et j’ai trouvé cet aspect très intéressant car on a pas toujours l’occasion de trouver ce genre de réflexion dans ce type d’ouvrage.

Moi qui n’avait pas lu ce genre de roman depuis longtemps et qui avait envie de lire une histoire d’amour, j’ai été servie ! C’était le livre idéal ! Il n’y a qu’une décision de l’héroïne qui m’a un peu déplu et apporte un rebondissement un peu trop convenu mais à part ça, j’ai vraiment passé un très bon moment.

Si vous lisez l’anglais, je vous conseille de vous le procurer au plus vite ; pour les autres, il n’y a qu’à espérer qu’il sera traduit en français !

Delilah Fawkes – I fucked the Invisible Man

Delilah Fawkes - I fucked the Invisible ManLe mois dernier, vous étiez peut-être tombés sur les billets de Cécile et Mlle Pointillés sur le premier livre de Delilah Fawkes, I fucked the swamp creature. Pour la lecture de ce sixième tome de la série Monster Sex, elles ont eu la gentillesse de nous convier, Sandy, Caro et moi pour une lecture commune en direct, et laissez-moi vous dire qu’on a bien rigolé !

Un petit résumé rapide de l’histoire même si le scénario est assez mince – ce qui est plutôt normal puisque cette nouvelle érotique ne compte qu’une douzaine de pages. Cybil est victime d’un braquage au cours duquel elle se voit contrainte de donner à l’homme masqué la bague de fiançailles que lui a offert Roger. Après avoir téléphoné à ce dernier, qui l’informe qu’il ne passera pas la voir ce soir, la voilà qui s’apprête à passer la nuit seule… jusqu’à ce qu’elle sente une présence dans son lit.

Que dire à propos de cette nouvelle, il y a tellement de choses invraisemblables et ridicules que je ne sais par où commencer. Dans un premier temps, le fiancé, Roger, a l’air d’être un vrai crétin, on se demande bien ce qu’elle fout avec lui, mais bon elle est blonde alors je suppose que ceci explique cela. On notera également qu’elle se fout à poil avant d’enlever ses chaussures pour se mettre au lit, j’ai trouvé ça un peu étrange car au Japon on enlève ses chaussures avant de rentrer dans les maisons, mais c’est peut-être moi qui est tout faux, vos témoignages sont donc les bienvenus si vous le souhaitez.

Passons au moment que vous attendez tous, l’arrivée de l’homme invisible ! Imaginez que vous alliez vous coucher, seul(e), et que tout à coup, vous sentiez une présence dans votre lit. Je ne sais pas vous, mais moi, je pense que je saute du lit et allume la lumière pour voir ce que c’est avant de me laisser tripoter. A sa décharge, il faut dire que dans un premier temps, elle croit que c’est Roger, jusqu’au moment où elle réalise qu’il n’a pas la clé de chez elle… admettons (je vous rappelle qu’elle est blonde, ça peut arriver). Là, vous partez en courant non ? Et bien Cybil, non, elle se lève sans paniquer, allume la lumière, constate qu’il n’y a rien, et se recouche comme si de rien n’était. Et voilà que ça recommence dites donc ! Pas farouche, Cybil se laisse donc faire tout en pensant qu’il doit s’agir d’un fantôme, normal (et donc, coucher avec un fantôme ce n’est pas tromper, n’oubliez pas ça les filles !). Je vous avoue qu’avec un peu d’imagination on se retrouve avec certaines scènes assez cocasses mais ça n’est globalement pas très excitant.

Bon, au final, on a vraiment beaucoup ri en lisant cette nouvelle mais je suis un peu déçue, j’ai l’impression que le texte en lui-même n’était pas aussi drôle que le premier tome malgré quelques sorties mythiques de la part de l’héroïne et un final à mourir de rire.

Conclusion, il va falloir en lire une autre pour pouvoir comparer !

ebook, mars 2012

Je vous invite à aller lire les billets de Caro, Cécile, Mlle Pointillés, et à dénicher d’autres lectures coquines chez Stephie !

(Cliquez sur le logo pour les détails sur ce rendez-vous)

E.L. James – Fifty Shades of Grey

E.L. James - Fifty Shades of GreyLe roman débute lorsqu’Anastasia Steele, camarade dévouée, accepte de remplacer sa copine Kate, clouée au lit, pour faire l’interview du célèbre homme d’affaires Christian Grey.

La suite, vous vous en doutez ; Ana n’est pas indifférente à ce bel homme de 27 ans froid et arrogant mais qui n’en est pas moins charismatique. Quant à lui, il est intrigué par cette jeune femme mignonne et maladroite et qu’il a adoré mettre en boite. Du coup, il lui propose de devenir sa Soumise car son petit plaisir à lui, c’est de Dominer. Il lui présente alors un contrat où sont expliqués toutes les règles auxquelles elle devra se soumettre ; il a pensé à tout, il ne manque pas un seul détail sur les pratiques autorisées !

Dès sa rencontre avec Christian Grey, on s’aperçoit qu’Ana est certainement l’héroïne la plus cruche qu’il nous ait été donné de rencontrer. Elle n’est pas seulement inexpérimentée et naïve, non, non, elle est vraiment idiote ! Je lui aurais bien mis une paire de claques (ou une fessée, si elle préfère).

Quant à Christian, j’ai eu un peu de mal à le cerner finalement, toujours à la limite entre le parfait salaud et le mec qui a des sentiments mais ne peut pas/n’arrive pas à les exprimer pour on ne sait quelle raison, je trouve que ça lui enlève un peu du charisme que je lui avais trouvé au départ.

Bon, et à part ça, qu’est-ce que j’ai pensé de cette romance SM qui défraie la chronique chez les lectrices américaines ? C’est bourré de clichés et pas original pour un sou, c’est mal écrit, il y a plein de répétitions et de détails superflus ce qui rend la lecture désagréable, et le scénario est plus que léger, il ne se passe finalement pas grand chose et on connait la fin dès les premières lignes. Je ne comprends pas vraiment le buzz autour de cette trilogie (et non, ce n’est pas terminé…) mais en tout cas, ça marche, puisque je l’ai lu ; ma curiosité me perdra !

On parle maintenant d’une adaptation ciné, on en demandait pas tant ! Ian Somerhalder – connu, entre autres, pour son rôle de Damon Salvatore dans la série TV Vampire Diaries – aurait déclaré être intéressé par le rôle de Christian Grey, affaire à suivre ! Je me marre déjà en imaginant le film !

Ne manquez pas le billet de Cécile qui vous parle de ce livre bien mieux que moi !

The Writer’s Coffee Shop Publishing House, mai 2011

Cette lecture marque ma première participation au rendez-vous de Stephie : Le premier mardi c’est permis !

(Cliquez sur le logo pour les détails sur ce rendez-vous)

Laini Taylor – Daughter of Smoke and Bone

Laini Taylor - Daughter of Smoke and BoneKarou est étudiante en art et habite seule un petit appartement dans la belle ville de Prague.

Elle passe tout son temps libre avec sa meilleure amie Zuzana. Le problème, c’est qu’elle n’en a pas beaucoup, du temps libre. En effet, elle doit, de temps à autres, et sans que ce soit jamais prévu à l’avance, effectuer quelques courses pour Brimstone, celui qui l’a élevée. Ceci ne lui poserait pas autant de problèmes si elle pouvait révéler à Zuzana la vraie nature de ses missions et de celui qui les lui donne et que pour les effectuer elle traverse des portails qui la mène tout autour du monde.

Un jour, alors qu’elle revient d’une mission elle s’aperçoit qu’une étrange marque noire est apposée sur le portail qu’elle vient d’emprunter mais omet d’en informer Brimstone. Alors qu’elle poursuit ses étranges achats à travers le monde, les marques continuent d’apparaître, jusqu’au jour où son fournisseur à Marrakech est attaqué par un jeune homme ailé d’une grande beauté qui laisse Karou subjuguée jusqu’à ce qu’il se mette à la poursuivre à son tour…

Voilà à peu près le point de départ de l’histoire imaginée par Laini Taylor, et quelle imagination ! J’ai adoré le personnage de Karou, ses cheveux bleus, ses tatouages, sa « famille », le côté artistique, les descriptions de Prague, le spectacle de Zuzana, Akiva, oh oui Akiva ! On ne s’ennuie pas une seconde dans cette histoire aux multiples rebondissements ! Il n’y a en revanche pas autant de romance que ce à quoi je m’attendais, mais est-ce pour autant un mal ? Le scénario a eu le mérite de me tenir en haleine et de me surprendre et Laini Taylor a un réel talent de conteuse ; je suis sous le charme.

Un petit défaut tout de même : la fin ! Ce n’est pas qu’elle n’est pas bien, mais on veut la suite !

J’ai passé un très agréable moment à la lecture de ce roman que je vous conseille vivement !

La sortie en français est prévue le 8 mars 2012 chez Gallimard jeunesse et s’intitulera Fille des chimères.

Little, Brown & Company, septembre 2011

Tahereh Mafi – Shatter Me

Tahereh Mafi - Shatter MeJuliette est enfermée depuis 264 jours, soit depuis la dernière fois où elle a touché quelqu’un…

Personne ne sait pourquoi son touché est fatal. En tout cas, depuis toute petite, elle s’est sentie exclue, que ce soit à l’école ou par sa propre famille qui dû se sentir enfin débarrassée quand elle a été arrêtée et enfermée !

C’est au bout de ces 264 jours d’enfermement et de solitude qu’elle se voit affecter un compagnon de cellule. Quelle n’est pas sa surprise d’ailleurs en constant qu’il s’agit bien d’un compagnon et non d’une compagne ! L’arrivée d’Adam Kent est-elle une façon de la faire souffrir encore plus ? Une machination pour lui faire commettre un nouveau crime ?

Voilà le point de départ de ce roman de Tahereh Mafi et ce n’est que le début d’une série de péripéties auxquelles je ne m’attendais absolument pas. D’ailleurs, je n’ai pas tout aimé dans ce scénario, il m’a semblé que certains enchaînements manquaient d’explications et bien qu’il y ait effectivement pas mal de rebondissements, l’ensemble manque un peu d’action.

Je me suis cependant laissée enchanter par la plume de cette jeune auteure et malgré ses petits défauts, c’est un roman très agréable à lire ! On s’attache tout de suite aux personnages principaux, Adam et Juliette et on a hâte d’en savoir plus sur la société dans laquelle ils évoluent.

Si le début du roman est plutôt oppressant, la fin a un petit côté amusant qui a le mérite d’être originale à défaut d’être entièrement satisfaisante, mais j’attends de voir comment cela va évoluer dans le prochain tome, annoncé pour fin 2012.

Une suite que je lirai sans doute avec plaisir !

Harper Collins, novembre 2011

Stephen King – 11/22/63

Stephen King - 11.22.63La date du 22 novembre 1963 ne vous dit peut-être rien mais c’est une date qui a profondément marqué l’Histoire des États-Unis puisque c’est le jour où John F. Kennedy a été assassiné lors d’un défilé dans les rues de Dallas.

Dans ce nouveau roman de Stephen King, Al Templeton, gérant d’un restaurant de burgers, a découvert dans ses locaux une faille temporelle qui mène quiconque l’emprunte au même endroit le mardi 9 septembre 1958.

Aux portes de la mort, il lègue son secret à Jake Epping, un simple enseignant dans une école du Maine et lui demande d’accomplir sa dernière volonté : remonter dans le temps et tuer Lee Harvey Oswald avant qu’il n’assassine JFK.

Al ayant lui-même effectué ce voyage plusieurs fois, il a tout prévu : des papiers d’identité établis au nom de George Amberson et une belle somme d’argent en liquide, de quoi évoluer dans cette autre époque sans trop attirer l’attention.

Et voilà Jake/George en route pour changer l’Histoire. Mais peut-on réellement changer le destin ? Quelles seraient les conséquences sur le présent si un évènement aussi important était évité ?

Après ma lecture des deux volumes de Dôme, je m’étais promis de suivre l’actualité de Stephen King, auteur que j’avais délaissé depuis un certain temps. Quand j’ai lu le sujet de son nouveau roman, je ne pouvais faire autrement que me jeter dessus ! D’une part parce que j’aime les histoires de voyage dans le temps et d’autre part parce que j’étais curieuse de savoir si le personnage allait pouvoir sauver le Président Kennedy et les conséquences que cela aurait sur notre époque, et j’ai été totalement comblée par ce roman !

Il y a beaucoup de choses que j’ai aimé dans ce livre, la première étant les comparaisons faites par le personnage entre notre époque et les années cinquante-soixante. On s’aperçoit qu’un certain nombre de choses devait être mieux avant et d’un autre côté on ne peut s’empêcher de penser que certaines découvertes technologiques nous ont bien facilité la vie.

C’est aussi un roman où il y a énormément de suspens ; malgré ses 900 pages, je dois dire que je ne me suis pas du tout ennuyée ! D’autant que Jake/George doit séjourner pendant 5 ans dans le passé avant la date fatidique et qu’il lui arrive une multitude de choses ! A certains moments, j’en avais même oublié la raison pour laquelle il avait fait ce voyage et le fait qu’il n’aurait pas dû exister à cette période.

Stephen King a toujours été très fort pour les descriptions, il sait comment retranscrire une ambiance, à tel point que je me suis complètement perdue dans ce livre ; j’ai eu moi aussi l’impression de vivre dans un autre lieu et à une autre époque pendant le temps qu’il m’a fallu pour le lire.

Il y a notamment un passage où il est fait allusion à Des souris et des hommes de John Steinbeck (que je vous conseille de lire si ce n’est déjà fait) qui m’a beaucoup émue et qui est un mon avis un des passages les plus réussis et qui démontre son talent à nous mener où il veut.

Le roman n’est pas encore traduit en français mais j’ose espérer qu’il le sera bientôt, c’est une vraie réussite !

Scribner, novembre 2011