Archive for the ‘ Policier – Thriller – Espionnage ’ Category

Hugh Laurie – Tout est sous contrôle

Hugh Laurie - Tout est sous contrôlePrésentation de l’éditeur : Tout comme le Dr. House, Thomas Lang a un caractère de chien. Mais c’est un type bien. Quand on lui propose 100000 dollars pour tuer un riche homme d’affaires, non seulement il a l’indécence de refuser mais il tente en plus de prévenir la future victime. Une bonne intention ? L’enfer en est pavé.

Je vous dirais bien que c’est uniquement ma curiosité qui m’a poussée à acheter le livre de Hugh Laurie, mais non, à force de le voir en tête de gondole dans tous les magasins, je me retrouvais à une caisse en train de l’acheter. C’est cette phrase « J’ai promis de ne lui faire aucun mal si elle ne criait pas. Alors elle a crié et je lui ai fait mal. « , extraite du livre, qui m’a convaincue, elle m’a fait sourire et je me suis dit « Pourquoi pas ? ». Maintenant, au moins, je sais pourquoi je n’aurais pas dû l’acheter, 400 et quelques pages, sur ce même ton cynique et pince-sans-rire, c’est lassant. Et quand en plus le scénario n’est ni original ni bien ficelé, on le regrette d’autant plus. Peut-être les fans du Dr House trouvent-t-ils leur compte dans cette comédie policière mais pour moi cette lecture a été plutôt pénible et sans intérêt.

Points, mai 2010

Sire Cédric – De fièvre et de sang

De fièvre et de sang - Sire CédricDans une ferme isolée de la région toulousaine, les frères Salaville séquestrent et torturent des jeunes filles jusqu’à ce que mort s’en suive. Après des mois d’enquête, le commandant Alexandre Vauvert et la profileuse Eva Svärta se rendent sur les lieux pour arrêter les criminels. C’est une horreur indescriptible qui les attend, un nombre incroyable de corps mutilés, des miroirs brisés, et surtout ces inscriptions en lettre de sang qui laisse les policiers perplexes quant au mobile de ces homicides.

Pourtant, un an plus tard, à Paris cette fois, de nouveaux meurtres suivant le même procédé ont lieu. Le cauchemar n’est pas terminé…

Cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi angoissée en lisant un bouquin ! Dès les premières pages j’étais partagée entre l’envie de reposer le livre tout de suite pour m’éviter des cauchemars et celle de continuer à plonger dans cette enquête sordide. C’est mon côté maso qui l’a emporté et j’ai sombré dans l’horreur en compagnie d’Eva Svärta, cette sublime trentenaire albinos qui chasse ses propres démons en même temps que les criminels. L’ambiance générale, même si oppressante, m’a vraiment plu ainsi que les personnages qui sont tous si bien dépeints qu’on a aucun mal à les imaginer (et à les haïr pour nombre d’entre eux). D’autre part, notons que le style de Sire Cédric a encore gagné en maturité et que le scénario est très bien ficelé, rien n’est laissé au hasard. Vraiment, je ne trouve aucun reproche à faire à ce roman et je vous encourage à le lire si vous avez le cœur bien accroché.

Le Pré aux Clercs, mars 2010

Tom Piccirilli – La rédemption du marchand de sable

Tom Piccirilli - La redemption du marchand de sableJ’avais découvert Tom Piccirilli avec Un chœur d’enfants maudits et je n’avais pas aimé. Compte tenue des nombreuses critiques positives, je me suis laissée tentée par ce thriller. C’est donc avec un peu d’appréhension mais aussi avec pas mal de curiosité que j’ai commencé  La rédemption du marchand de sable (dont je préfère le titre original : The Dead Letters).

La vie d’Eddie Whitt a basculée le jour où sa fille a été assassinée. Ce meurtre fut le premier d’une longue série attribuée à un tueur surnommée Killjoy, selon les propos de Whitt lui-même. Sa femme quant à elle est devenue folle et vit désormais dans une institution spécialisée. Habité par un désir de vengeance, Eddie a laissé tomber son travail de publicitaire et a appris à se servir d’une arme dont il ne se sépare plus. Il mène lui-même son enquête, allant parfois jusqu’à cacher des preuves aux forces de police. En effet, depuis le drame, il reçoit régulièrement par courrier les confidences de Killjoy. La relation qui s’instaure entre les deux personnages est extrêmement ambigüe, d’autant que Killjoy s’est mis à enlever des enfants maltraités pour les confier aux parents dont il a tué la progéniture…

Au début, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, le style et l’ambiance plus que glauque m’ont rebutée de prime abord et m’ont rappelée pourquoi je n’avais pas aimé Un chœur d’enfants maudits. Cependant, après une trentaine de pages, j’ai été happée par l’intrigue et par les réflexions de Whitt pour tenter de démasquer l’assassin. De plus, j’avais vraiment envie de comprendre ce qui poussait Killjoy à enlever d’autres enfants pour les donner aux familles des victimes. Au final, c’est un roman très réussi dont l’intrigue est bien menée et je le conseille vraiment si vous vous sentez le courage d’affronter cette atmosphère poisseuse. En ce qui me concerne, me voilà réconciliée avec Tom Piccirilli.

Denoël, Lunes d’encre, avril 2009

René Reouven – Histoires secrètes de Sherlock Holmes

René Reouven - Histoires secrètes de Sherlock HolmesVous avez toujours rêvé de savoir ce qui s’est passé à Sumatra ? Vous aimeriez connaître les passes-temps de Sherlock Holmes lorsqu’il ne travaille pas sur une enquête ? Vous pensez que le Dr Watson ne nous a pas tout raconté ? René Reouven s’en est chargé !

Réunies dans un recueil intitulé Histoires secrètes de Sherlock Holmes, vous trouverez plusieurs nouvelles constituant d’une part Celles que Watson a évoquées sans les raconter et d’autres part Celles que Watson n’a jamais osé évoquer. Nouvelles dans lesquelles René Reouven nous conte les aventures cachées de Sherlock Holmes et du Docteur Watson avec un tel brio que l’on pourrait presque les confondre avec l’œuvre originale !

Je vous assure, si vous aimez l’œuvre de Conan Doyle, vous passerez un excellent moment avec ce livre ; les enquêtes sont tout aussi intéressantes, et l’ambiance et le caractère des personnages sont extrêmement bien restitués. A ne pas manquer !

Denoël Lunes d’Encre, mai 2002/Folio policier, janvier 2010

Judy Blundell – Ce que j’ai vu et pourquoi j’ai menti

Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti - Judy BlundellNous sommes en été 1947 aux États-Unis, Evie, 15 ans, vit à New York avec sa mère Beverly, une femme sublime, son beau-père Joe qui a bien réussi en vendant de l’électro-ménager en revenant de la guerre et sa grand-mère Glam, une vieille femme acariâtre qui n’apprécie pas tellement sa belle-fille.

Subitement, un soir, Joe décide d’emmener sa petite famille en Floride pour une semaine de vacances, ce que finit par accepter Bev à condition que la grand-mère Glam ne vienne pas. Et voici la famille sillonnant les routes jusqu’à Palm Beach où ils vont avoir du mal à trouver un hôtel puisque en septembre c’est encore la basse saison. Ils vont finir par s’installer à l’hôtel Le Mirage qui s’avère un peu défraichi mais où Evie va rencontrer Peter Coleridge, un jeune homme de 23 ans très séduisant dont elle va tomber amoureuse, qui s’avèrera être, étrange coïncidence, un compagnon de régiment de Joe…

Difficile d’en dire plus sans vous révéler l’intrigue, je préfère vous laisser la découvrir au fil des pages.

Ce roman est vraiment passionnant même si on sait dès le début que ça finira mal, l’ambiance rappelle les films noirs des années 50, la période de l’après-guerre est très bien abordée ainsi que le passage de l’adolescence à l’âge adulte d’Ivy.

J’ai vraiment passé un très bon moment, je ne regrette pas du tout cette lecture, même si je ne savais pas trop à quoi m’attendre au début l’histoire s’avère palpitante !

Gallimard jeunesse, janvier 2010

Gyles Brandreth – Oscar Wilde et le jeu de la mort

Oscar Wilde et le jeu de la mortAprès Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles, quel plaisir de retrouver Oscar Wilde et son ami Robert Sherard dans une nouvelle aventure !

A la fin d’un dîner du Club Socrate, présidé par Oscar Wilde et auquel assiste 14 personnes dont le romancier Bram Stoker ou encore le peintre Walter Sickert – excusez du peu ! – un petit jeu va être organisé, il s’intitule « le jeu de la mort ». Chacun doit écrire sur une feuille de papier le nom de la personne qu’il voudrait tuer, puis, chaque papier sera tiré au sort et lu par une tierce personne, les participants devront alors deviner qui a désigné cette personne. Vous ne trouvez sans doute pas cela très amusant comme jeu ; c’est aussi l’avis d’Arthur Conan Doyle qui ne souhaite tout d’abord pas participer avant de se ranger à la décision générale, et cela devient encore moins drôle lorsque les personnes désignées se trouvent être dans la pièce.

Et lorsque ces personnes meurent tour à tour dans l’ordre dans lequel elles ont été citées, l’affaire prend un tournant des plus inquiétants, surtout que les deux dernières personnes de la liste sont Oscar et Constance Wilde ! Il ne reste alors plus une seconde à perdre pour démasquer le coupable, car ces morts ne peuvent pas être des coïncidences, si ?

Pas besoin d’en dire plus, c’est vraiment une enquête palpitante qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne ! Je le recommande vivement !

Pour ceux et celles qui souhaitent continuer à suivre ces aventures, Oscar Wilde et le cadavre souriant vient de paraître aux éditions 10×18 en grand format.

Editions 10×18, février 2010

Camilla Läckberg – La princesse des glaces

La princesse des glacesErica Falck est une jeune suédoise de trente-cinq ans, auteure de biographies, de retour à Fjälbacka dans la maison de ses parents récemment décédés. Un matin, interpellée par un voisin, elle va découvrir, nue dans une baignoire d’eau glacée, le corps d’une de ses amies d’enfance, Alexandra Wijkner. Suicide ou meurtre ? Erica penche plutôt pour la deuxième solution, même si elle n’était plus aussi proche d’Alex que dans leur enfance, elle ne la voit pas du tout comme quelqu’un de suicidaire.

Mêlée malgré elle à l’enquête, elle va ainsi revoir Patrik Hedström, devenu inspecteur de police dont elle va se rapprocher au fil de l’enquête. Car elle est bien décidée à élucider le mystère de la mort d’Alexandra, et ne va pas hésiter à mener son investigation de son côté, sans forcément tenir la police informée de ses découvertes.

Comme souvent dans ce genre de livres, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, d’autant que le début est plutôt lent, mais une fois que j’ai eu assimilé tous les personnages, j’ai commencé à être intriguée. J’ai cependant bien vite découvert le coupable, cependant on apprend le mobile qu’à la fin et on prend plaisir à découvrir petit à petit certains détails obscurs d’évènements survenus à Fjälbacka. Sans être exceptionnelle, ce fut une lecture divertissante mais je ne sais pas encore si je réitérerai l’expérience avec Camilla Läckberg ; pourtant j’aime bien le dépaysement offert par ce petit village de la côte suédoise.

Deux tomes sont déjà sortis en France, Le prédicateur en mars 2009 et Le tailleur de pierre en octobre dernier. En Suède, déjà 8 volumes des aventures d’Erica Falck ont été publiés.

Editions Actes Sud, avril 2008

Gyles Brandreth – Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles

Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles - Gyles BrandrethOscar Wilde (oui, oui, celui que vous connaissez !) tombe sur le cadavre d’un jeune garçon dans la maison où il a rendez-vous. Il l’identifie tout de suite comme Billy Wood, mais au lieu de  le signaler tout de suite à la police, il quitte les lieux et en parle avec son ami Arthur Conan Doyle (oui, oui, le papa de Sherlock Holmes). Celui-ci va sur les lieux avec Wilde où ils s’aperçoivent que le corps a disparu. Ne pouvant l’aider, Conan Doyle va le présenter à son ami Aidan Fraser, inspecteur à Scotland Yard.

L’histoire est racontée du point de vue de Robert Sherard, ami et plus tard biographe d’Oscar Wilde. Si Wilde s’inspire de Sherlock Holmes – qu’il admire – pour élucider cette affaire, Sherard tient en quelque sorte le rôle du Dr. Watson. Et ça fonctionne très bien ! On prend beaucoup de plaisir à enquêter avec eux pour élucider la mort puis la disparition du corps de Billy Wood. De plus l’ambiance du Londres de la fin du 19e est vraiment intéressante et on croise avec plaisir des figures plus ou moins connues de l’époque.

Un roman vraiment très agréable à lire, avec une intrigue bien ficelée ; j’ai vraiment passé un très bon moment ! Je ne vais donc pas m’arrêter là avec cette série, je m’attaque bientôt à Oscar Wilde et le jeu de la mort. Il y en a également un troisième qui vient tout juste de sortir : Oscar Wilde et le cadavre souriant. Ça promet !

Merci à Clarabel qui m’a donné envie de le lire !

Editions 10×18, février 2009