Paolo Bacigalupi – Ferrailleurs des mers

Paolo Bacigalupi - Ferrailleurs des mersQuatrième de couverture : A la fin du XXIe siècle, dans un bidonville de Louisiane, Nailer survit avec d’autres adolescents grâce aux carcasses de pétroliers qui lui fournissent du cuivre à revendre. A la suite d’une gigantesque tempête, un bateau s’échoue sur la côte. Des objets rares et précieux s’en échappent, mais également une jeune fille qui semble en difficulté.

Dire que j’ai accroché à cette lecture dès les premières pages serait mentir, cependant, le personnage de Nailer m’a assez interpellée pour que je me plonge dans ce roman sans aucune réticence. Son métier, les conditions de vie dans le bidonville, sa relation houleuse avec son père font partie des éléments qui ont immédiatement attirée mon attention et m’ont fait penser que ce livre avait du potentiel. Mais c’est surtout à partir de sa rencontre avec Nita, jeune fille riche dont le bateau vient de s’échouer, que je n’ai plus pu lâcher le livre. Le contraste entre les deux personnages est saisissant et c’est un des points qui font la richesse de ce roman. Le contexte dans lequel les personnages évoluent en est un autre. L’action est quant à elle bien menée, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Je suis ressortie de cette lecture absolument ravie, ce fût une belle découverte.

J’ai maintenant hâte de lire le roman compagnon de celui-ci : Les cités englouties. Par ailleurs, cela m’a également donné envie de reprendre La fille automate que j’avais abandonné après 200 pages auxquelles je n’avais rien compris. Peut-être serai-je plus réceptive la prochaine fois.

J’ai lu, août 2014

Du côté des challenges : A tous prix chez Asphodèle, Prix Locus du meilleur roman pour jeunes adultes 2011

logo-challenge-c3a0-tous-prix-asphodèle

Publicités
  1. C’est en effet un bon roman d’aventure pour les ados et qui a beaucoup plu à notre comité lecture! J’avais particulièrement aimé le monde qu’il avait transformé.
    Par contre, j’ai trouvé « Les cités englouties » trop…violent pour moi. Je n’ai pas réussi / voulu le finir.

    • Tu me rends encore plus curieuse des « cités englouties ».

  2. Je ne connais pas du tout mais le postulat de départ me semble bien vu. J’ajouterai tôn lien quand mon ordi sera repare. De l’iPhone c’est pas facile 😣😉

  3. J’ai dans ma pal son dernier roman, « Zombie ball », qui a l’air totalement barré !

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :