Sylvia Plath – La cloche de détresse

Sylvia Plath - La cloche de détresseLauréate d’un concours de poésie organisé par un magazine de mode, Esther Greenwood est invitée avec onze autres jeunes filles à un séjour à New York. A dix-neuf ans, c’est la première fois qu’elle quitte sa Nouvelle-Angleterre natale.

Logées dans un hôtel réservé à la clientèle féminine, L’Amazone, ces jeunes filles sont invitées à participer à de nombreuses réceptions organisées par les plus grandes marques ; pour Esther, c’est la découverte d’un nouveau monde et un tremplin qui pourrait lui permettre de faire éditer ses écrits.

Le début du livre évoque également ses souvenirs, notamment sa relation avec son petit ami, Buddy Willard, étudiant en médecine atteint de tuberculose et soigné, à ce moment-là, dans un sanatorium.

La vie d’Esther bascule lorsqu’elle rentre chez elle et que sa mère l’informe qu’elle n’a pas été retenue pour suivre le cours d’été de littérature auquel elle avait postulé. Coincée pour tout l’été, sans aucun projet, elle se met à écrire au point de ne plus pouvoir dormir. En proie à la dépression nerveuse, Esther songe au suicide…

La deuxième partie du roman se focalise sur l’internement de la jeune femme et sur les traitements administrés dans ces établissements hospitaliers.

Ce roman de Sylvia Plath m’a beaucoup plu malgré son sujet difficile ; mieux vaut éviter de le lire en période de déprime. L’ambiance entre la première et la seconde moitié du livre est très différente mais on voit, dès le début, les signes annonciateurs du mal-être d’Esther Greenwood. Les passages qui se situent en milieu hospitalier m’ont mise plutôt mal à l’aise, j’ai toujours été assez traumatisée par les descriptions des traitements administrés à ces patients et le fait que ce roman est en partie autobiographique n’a fait que renforcer ce sentiment.

Une lecture et une plume que je ne suis pas près d’oublier.

L’imaginaire Gallimard, janvier 1988

Publicités
  1. Tu en parles très bien mais je n’ai pas envie de ces thèmes décrits en ce moment. Bises.

    • Je ne peux pas t’en vouloir !
      Il faut bien choisir son moment pour ce genre de lecture.
      Bises.

    • iloucat
    • 24 avril 2012

    J’ai beaucoup aimé ce livre aussi.J’en ai beaucoup aimé le style aussi qui me faisait penser à celui de l’auteur de l’Attape Coeur ou à celui de Sur la Route.Je ne parle là que de l’écriture mais je ne suis pas une specialiste.C’est un livre plein de douleur qui represente bien Sylvia . Elle a fini elle aussi par mettre fin à ses jours et comme si l’histoire se répétait je crois que son propre fils s’est suicidé lui aussi .C’est une lecture et une plume qu’on ne peut oublier il est vrai

    • J’étais au courant pour elle mais pas pour son fils :-/
      As-tu lu ses autres ouvrages (poèmes, journaux…) ? Si oui, que me conseillerais-tu ?

    • iloucat
    • 25 avril 2012

    Je crois qu’il faut lire son poeme »daddy » » il est sur le net et son recueil Ariel mais encore une fois je ne suis qu’une simple lectrice.J’ai rencontré Sylvia par l’intermediaire du livre de Claude Pujade renaud « Les Femmes du Braconnier.

    • Merci pour ta réponse, je note ça et je vais me renseigner !

    • theomaaudouchoc
    • 30 avril 2012

    j’aime Sylvia Plath. Je lis, relis, lis, relis de temps en temps…

    • Je vais sûrement m’acheter d’autres livres d’elle…

  2. est-ce que mon commentaire a passé ? J’en ai écris plusieurs mais je ne vois rien… :-(

    • Oui, oui, ça fonctionne, mais je modère les commentaires, ils n’apparaissent pas tout de suite ;)

  3. Je ne sais pas si je choisirai ce titre pour débuter dans son oeuvre, quelque chose de moins déprimant peut-être. En tout cas, tu me permet de découvrir une autre facette de sa personnalité, j’ignorais qu’elle avait écrit aussi des romans.

    • IL s’agit du seul roman qu’elle ait écrit, malheureusement. L’écriture est magnifique.
      Il ne me reste qu’à découvrir le reste !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :